/travel/destinations
Navigation
Vacances

42 heures à Dijon

42 heures à Dijon
Photo courtoisie
42 heures à Dijon
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Cité des Ducs de Bourgogne et capitale de la région, Dijon a hérité d’un patrimoine architectural exceptionnel en France. Cité de la gastronomie, elle se démarque aussi par sa culture et son histoire. Une ville à découvrir et à savourer.

VENDREDI

16 h

Pause gourmande

On s’offre une gougère chez 1 Le Pétrin Toussaint Boulangerie Pâtisserie (58, avenue du Drapeau ou 154, avenue Victor-Hugo). La spécialité bourguignonne de pâte à chou est garnie de fromage Comté fort affiné et aromatisée de moutarde à l’ancienne de Dijon. Pour joindre le centre-ville, on loue l’un des 400 vélos Vélodi à 1 € pour sept jours pour 30 minutes d’utilisation (www.velodi.net). Une fois à destination, on se déplace à pied ou avec la navette City gratuite qui passe toutes les 10 minutes (www.divia.fr).

16 h 45

On cuisine dijonnais

Avec un chef, on découvre les secrets des pains d’épices et de la moutarde de Dijon à 2 La Cuisine de Madeleine (18, rue Chaudronnerie) et on en fabrique. Réservation sur le site ou sur celui de l’Office de tourisme de Dijon.

17 h 30

Le parcours à découvrir

Remontez dans le temps et découvrez l’histoire de la ville en suivant le 3 Parcours de la Chouette en 22 étapes (indiquées au sol), où chaque numéro renvoie à un point d’intérêt. On se procure le livret pour 3,5 € dans les trois points d’accueil de l’Office de tourisme de Dijon: 15, cour de la Gare, 11, rue des Forges et Puits de Moïse). On y réserve aussi des visites guidées (Dijon découverte, Saveurs et piquants, Dijon au fil du temps, Visite nocturne…) qui se déroulent à travers la ville (à partir de 6 € chacune).

18 h

Pause au parc

Le 4 parc Darcy, premier jardin public de la ville, date de 1880. Imaginé autour d’un réservoir construit 40 ans auparavant pour amener l’eau à la ville, le jardin romantique est gardé par l’ours polaire du sculpteur animalier François Pompon. À la sortie du parc, on se dirige vers la 5 place Darcy, où l’on admire l’Arc de Triomphe datant du 18e siècle. On emprunte ensuite la 6 rue de la Liberté, une des plus commerçantes de la ville, où certaines façades ont conservé un cachet d’antan. On admire les toits vernissés (chevrons dorés sur fond noir, losanges verts, rouges ou dorés) datant du 14e siècle de certains immeubles.

19 h

On prend l’apéro

On se déplace au 7 Bistrot Quentin (6, rue Quentin), un bar à vins et cocktails. On y savoure un Kir, mélange d’un bourgogne aligoté (vin blanc) et de crème de cassis, un apéro de la région. L’ambiance y est agréable et décontractée. On dîne ensuite dans l’un des restos du coin.

22 h

Impressionnante cathédrale

Le plus élevé et le plus spectaculaire des clochers de Dijon est celui de la 8 cathédrale Saint-Bénigne, de 93 mètres de haut. Chef-d’œuvre de l’art roman bourguignon, l’ancienne abbatiale a été rebâtie à partir de l’an 1000.

On se repose

On s’installe confortablement à 9 l’Hostellerie du Chapeau rouge (www.chapeau-rouge.fr) dans l’une des chambres récemment rénovées, où le décor contemporain respecte l’identité de la demeure historique. Le restaurant du chef William Frachot, distingué de deux étoiles par le Guide Michelin 2013, propose une cuisine délicate et créative.

SAMEDI

9 h 30

Délicieux pains d’épices

Témoins d’un temps où les marchands remontaient la Route des épices, les pains d’épices font partie du patrimoine dijonnais. On se rend chez 0 Mulot & Petitjean (www.mulotpetitjean.fr) où, depuis 200 ans, on trouve le meilleur pain d’épices nature, aux amandes, aux fruits confits… Les nonnettes valent aussi le détour.

10 h 30

Un peu d’histoire

Pour embrasser d’un seul regard le centre historique de Dijon à 46 mètres de haut, on monte les 316 marches de la ! Tour Philippe le Bon (réservation nécessaire) pour admirer les rues médiévales sinueuses, les voies urbaines ultérieures, les quartiers anciens, la place de la Libération, etc.

12 h

Sortie au musée

On visite le Musée des Beaux-Arts, situé dans le Palais des États de Bourgogne, où l’on découvre des richesses exceptionnelles comme les tombeaux de Philippe le Hardi et de Jean Sans Peur, deux des quatre ducs qui font de la Bourgogne l’un des plus puissants empires d’Europe à partir de 1363.

13 h 30

Découvertes et souvenirs

Détour aux # Halles de Dijon, où, les jours de marché (mardi, jeudi, vendredi et samedi), l’animation est haute en couleur et en saveurs. On poursuit chez $ Pierre Hubert, pâtissier créateur (31, rue des Godrans), pour se délecter de gourmandises artisanales (pâtisseries, macarons et chocolats). Chez % La comté de Bourgogne (33, rue Godrans), on trouve de succulents produits régionaux du terroir. Et à la boutique ? Plaisirs de France (17, rue Musette), on se ravitaille en souvenirs (linges à vaisselle, peluches, aimants, moutardes…).

18 h

Un porte-bonheur

À travers les siècles, la & chouette de la Cathédrale Notre-Dame est devenue un porte-bonheur pour les passants qui la caressent de la main gauche, la main sur le cœur. Chef-d’œuvre de l’architecture bourguignonne du 13e siècle, la façade de la cathédrale est remarquable.

19 h

On se gâte !

On succombe aux mets raffinés de * Loiseau des Ducs (www.bernard-loiseau.com), rue Vauban. Ouvert en 2013 par Dominique Loiseau, épouse du réputé chef Bernard Loiseau, la cuisine du chef Louis-Philippe Vigilant suggère notamment une recette bourguignonne, revue et allégée; les escargots à la crème d’ail, poireau et coulis de persil. ( Loiseau des Vignes, à Beaune, garni d’une première étoile au Guide Michelin en 2010, met à l’honneur les œufs en meurette, une autre spécialité régionale, à base de sauce au vin rouge, compotée d’oignons et croustillant de lard.

DIMANCHE

10 h

À la découverte de Beaune

On quitte Dijon à destination de Beaune, à 50 km au sud. On se munit de l’audio-guide et on visite ) l’Hôtel-Dieu des Hospices de Beaune (www.hospices-de-beaune.com). L’hôpital pour les pauvres témoigne de l’architecture du Moyen Âge (1443) et de la réalité où la misère et la famine se sont abattues sur la région.

12 h

On déguste !

Autour de la place de la Halle, on mange un sandwich au jambon persillé. Le jambon, tranché en cubes, est cuit dans un bouillon au vin blanc de Bourgogne, à la moutarde et au vinaigre de vin. La préparation est ensuite enrobée dans une gelée persillée aromatisée.

12 h 30

La moutarde Fallot s’expose

On visite la ∫ Moutarderie Fallot (www.fallot.com). Depuis 1840, le dernier grand moutardier indépendant de Bourgogne y transforme, selon la méthode traditionnelle à la meule de pierre, les graines pour obtenir une moutarde forte et piquante. La fabrique artisanale nous informe sur le condiment, son histoire, ses traditions et sa confection. Le parcours propose des animations ludiques et interactives des plus modernes à déguster avec tous les sens. Réservation sur le Net.


Ce reportage a été réalisé avec la collaboration de l’Office de tourisme de Dijon.

 

Place de la Libération de la Tour Philippe
42 heures à Dijon
Photo courtoisie
Commentaires
Loading