/news/green
Navigation
Canada

Le caribou forestier, emblème du recul de la forêt boréale

Grand Nord
Photo Archives / Journal de Montréal
Grand Nord
Photo Archives / Journal de Montréal

Coup d'oeil sur cet article

WASWANIPI - Symbole de la forêt boréale, officiellement «en péril» au Canada, le caribou forestier voit son habitat et sa population fondre à grande vitesse mais les autorités compétentes tardent à agir.

Ce cervidé au large museau et au panache étroit, appelé renne en Europe, a vu son territoire rogné depuis 150 ans. Des montagnes rocheuses de l'ouest canadien aux forêts québécoises, cet animal connaît un déclin ininterrompu, amenant le gouvernement canadien à l'inscrire sur la liste des espèces en voie de disparition en 2002.

Le phénomène est particulièrement marqué au Québec. Alors que vers 1850, il était présent au sud du fleuve Saint-Laurent, descendant jusqu'à l'État américain du Maine, les rares données existantes aujourd'hui indiquent qu'il a migré aux confins de la taïga.

L'habitat du cervidé est perturbé par «l'exploitation minière, l'exploitation forestière, l'exploration pétrolière et gazière», selon le ministère fédéral de l'Environnement. Pays dont la croissance repose en grande partie sur l'exploitation de ses abondantes ressources naturelles, le Canada peine à mettre en oeuvre des plans de protection viables.

Cette inaction a été dénoncée par la justice en février lors d'un jugement inédit. Poursuivi par des mouvements écologistes, l'État canadien a été reconnu coupable de ne pas avoir appliqué sa loi sur les espèces en péril.

La plainte concernait quatre espèces emblématiques --le caribou forestier, l'esturgeon blanc, le guillemot marbré et le rorqual à bosse-- mais, dans les attendus du jugement, la juge Anne Mactavish a souligné que ces dossiers constituaient seulement «la pointe de l'iceberg».

«Il y a clairement un énorme problème d'organisation au sein des ministères concernés», ceux de l'Environnement et des Ressources naturelles, a déploré la magistrate, se demandant si Ottawa n'avait pas agi de manière délibérée pour privilégier l'exploitation des ressources naturelles.

Lobby de l'industrie forestière

Représentant 20% de la forêt boréale canadienne --la plus grande de la planète-- et 25% de la population de caribous forestiers du pays, le Québec résume à lui seul la complexité de ce dossier. Ici, la protection du caribou forestier, et donc de son habitat, la forêt boréale, est perçue comme une menace par l'industrie forestière, qui emploie environ 70 000 personnes dans la province et pèse pour près de 3% de son PIB.

En tête dans les sondages pour devenir premier ministre du Québec le 7 avril, le libéral Philippe Couillard, qui se présente dans une des régions clés de cette industrie, a estimé lors d'une récente rencontre que «la question du caribou forestier mettait littéralement en jeu des milliers d'emplois.»

Face à M. Couillard, le Parti québécois, qui dirige le gouvernement sortant, promet 675 millions de dollars de subvention à cette industrie en trois ans.

Tout en jugeant «conciliable» le soutien de la sylviculture avec la protection du caribou forestier et de son habitat, la ministre des Ressources naturelles sortante Martine Ouellet a expliqué à l'AFP que «les données» sur la répartition du caribou faisaient défaut, et qu'en leur absence, aucune initiative comme la création de parcs naturels dédiés n'était envisageable.

Des documents obtenus par l'AFP, datant de 2012 et provenant du ministère de Mme Ouellet, démontrent pourtant que les troupeaux de caribous ont été parfaitement recensés à la lisière de la taïga, par des relevés télémétriques, dans une forêt encore épargnée par les coupes forestières: la Vallée de la Broadback.

Grands défenseurs de cet animal, les Amérindiens de la nation Crie, qui vivent environ 1000 km au nord de Montréal, militent depuis plusieurs années pour la création d'une aire protégée de 13 000 km2 dans cette zone refuge où ils ont d'ailleurs décidé cette année de ne pas chasser le cervidé en raison de son déclin.

«Il ne manque que le leadership politique pour protéger cette forêt vierge avant qu'il ne soit trop tard», juge le directeur de Greenpeace au Québec, Nicolas Mainville. Pour Isaac Voyageur, qui dirige les questions environnementales des Cris, «il devrait y avoir une différence entre la protection de l'environnement et la défense d'emplois.»

Commentaires
Loading