/news/politics
Navigation
Élections

Des éloges plutôt encombrants pour Philippe Couillard

QMI_QMI_1305281504_002
Photo d'Archives

Coup d'oeil sur cet article

Philippe Couillard a eu droit, mercredi, à des éloges plutôt encombrants de son ex-ami et associé Arthur Porter, emprisonné actuellement au Panama.

Le chef libéral «ferait un excellent premier ministre», a notamment confié Porter, par téléphone, à partir de la prison où il est incarcéré, à son biographe Jeff Todd. De larges extraits de l’entretien, qui s’est déroulé le dimanche 30 mars, ont été publiés par le biographe, mercredi après-midi, sur le site Internet www.illegalinlajoya.com.

Arthur Porter est détenu au pénitencier La Joya en attendant son extradition au Canada en lien avec le scandale des pots-de-vin de 22 millions $ pour la construction du Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

Depuis que la question de l’intégrité est au centre de la campagne électorale, Philippe Couillard a systématiquement tenu à se dissocier des agissements de son ancien ami.

«Nous avions une relation saine et j’aime à croire que ceci est encore le cas», a pourtant répondu Porter lorsqu’il a été interrogé sur le fait que M. Couillard ait déclaré avoir été floué par son ancien partenaire d’affaires.

« Politiser » l’affaire

M. Todd croit qu’Arthur Porter tente de «politiser» son affaire. L’ancien directeur général du CUSM serait tout à fait «conscient» de l’impact médiatique que sa sortie susciterait, pense son biographe, dont le livre doit être publié en septembre.

Interrogé mercredi en fin d’après-midi au 93,3 FM, Philippe Couillard a balayé la question du revers de la main.

«Je ne commenterai même pas ça, a-t-il lâché, visiblement irrité. Cette question-là, ça fait deux ans qu’on me la pose quasiment quotidiennement. Je ne dirai pas que je suis tanné, mais presque.J’ai reconnu que j’ai eu une amitié avec lui. C’est pas ça la question. La question est: Est-ce que le fait que je l’ai connu permet au monde de m’associer à ce qui lui est reproché? Clairement non!»

«Qui se ressemble s’assemble»

Aux antipodes de cette analyse, Pauline Marois a lâché ceci. «Je vais vous dire quelque chose que ma mère me disait, qui se ressemble s’assemble (…) M. Couillard a toujours essayé de se dissocier de M. Porter. On a toujours eu un peu de doutes. On comprend qu’aujourd’hui l’ami de M. Couillard vient lui prêter main-forte.»

De son côté, François Legault a choisi l’ironie. «Avec des amis comme ça, on n’a pas besoin d’ennemis», s’est-il moqué.

— Avec la collaboration de Régys Caron et de Charles Lecavalier, Bureau parlementaire

Commentaires