/news/politics
Navigation
Robert-Baldwin

Carlos Leitao l’emporte dans Robert-Baldwin

Carlos Leitao
Photo Agence QMI
Carlos Leitao
Photo Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Sans surprise, Carlos Leitao l’a emporté haut la main dans Robert-Baldwin – l’une des circonscriptions les plus libérales du Québec, dans l’ouest de l’Île de Montréal. À 21 h 30, l’économiste vedette menait loin devant le candidat du Parti québécois, Michaël Comtois-Lussier, avec 87,2 % des voix.

Tôt en soirée, ses partisans ont donc pu célébrer sa victoire à son quartier général du Marché de l’Ouest, à Dollard-des-Ormeaux. Les sondages laissaient planer peu de doutes sur la victoire de l’ancien économiste en chef de Valeurs mobilières Banque Laurentienne, qui pourrait bien devenir ministre des Finances dans le gouvernement de Philippe Couillard.

Une fois sa victoire confirmée, Carlos Leitao s’est levé pour commenter la victoire libérale à l’échelle de la province, qualifiant la politique péquiste de «divisive». «C’est un message très important que les Québécois envoient, a-t-il déclaré. Ça semble être un balayage !»

Pour ou contre le budget Marceau ?

Le nouveau député a assuré que son parti allait maintenant s’atteler à «redresser l’économie du Québec». «On a besoin d’un bon coup de barre pour le faire, a-t-il dit. Ensemble, on va s’occuper des vraies affaires !»

En février dernier, avant de devenir candidat libéral, Carlos Leitao a pourtant émis des commentaires élogieux sur le budget du ministre des Finances sortant, Nicolas Marceau.

Il contredisait alors Philippe Couillard en assurant que le document péquiste était susceptible de «faire du Québec un endroit plus prospère» et qualifiait le budget de «preuve de gestion rigoureuse», qui rendait «plus crédible le maintien souhaité de la croissance des dépenses au cours des trois prochaines années».

«C’est vrai que pour le budget, on n’avait pas émis de commentaires très négatifs, concède Carlos Leitao en entrevue avec le Journal. Mais pour une banque, c’est très rare de critiquer le gouvernement.»

Il ajoute qu’en novembre, il avait qualifié d’«échec» le déficit péquiste de 1,5 milliard de dollars prévu au budget.

Peu de suspense

Rencontré au local électoral de Carlos Leitao, le militant Éric Lessard avoue que les bénévoles n’avaient pas beaucoup de pression dans Robert-Baldwin. «Je me suis porté volontaire pour aller chercher des gens qui ne pouvaient pas se déplacer pour aller voter, dit-il. Mais j’aurais peut-être dû aller dans un endroit où c’était plus serré !»

Diplômé de l’Université McGill, Carlos Leitao a travaillé 30 ans dans le domaine financier. Après un passage à la Banque Royale, il est devenu en 2003 économiste en chef chez Valeurs mobilières Banque Laurentienne.

Rencontré au local électoral, son cousin Peter Gonçalves se dit «très fier de lui». «C’est une très bonne personne, pas juste un académicien, dit-il. Il est très impliqué à son église de Pointe-Claire.»

Commentaires
Loading