/news/health
Navigation
Soins médicaux

Les médecins gagnent plus sans pour autant travailler davantage

Les médecins gagnent plus sans pour autant travailler davantage

success smart medical doctor
photo fotolia

Coup d'oeil sur cet article

La facture des soins médicaux dispensés au Québec, entre 2008 et 2012, a progressé cinq fois plus que le volume de services.

La facture des soins médicaux dispensés au Québec, entre 2008 et 2012, a progressé cinq fois plus que le volume de services.

Au cours de la même période, la note liée aux soins en gynécologie a littéralement explosé de 257%, révèlent des chiffres livrés par la Régie de l’assurance maladie du Québec. Les coûts engendrés par les services en radio-oncologie ont bondi de 124%; les honoraires pour un examen complet en consultation externe ont augmenté de 63%. Tous les actes médicaux ont été fortement majorés.

Forte hausse

En 2008, les médecins québécois ont effectué 90,2 millions d’actes médicaux et facturé 3,65 milliards $ au Trésor public. En 2012, la Régie de l’assurance maladie du Québec avait répertorié 97,3 millions d’actes médicaux pour une facture de 5,25 milliards $ remise par les médecins.

En l’espace de cinq ans, le coût des services médicaux offerts au Québec a bondi de 43,7%, 5,6fois plus que le volume de services, qui a progressé de 7,8%. Pendant ce temps, la rémunération des médecins spécialistes a progressé de 45,7%, alors que celle des médecins généralistes a augmenté de 40,6%.

L’augmentation de la facture des services médicaux payés par les fonds publics est la conséquence directe des augmentations de rémunération successives consenties en 2007 et en 2011 aux médecins spécialistes et aux omnipraticiens par le gouvernement de Jean Charest, confirme le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS).

« Pas nécessairement en faire plus »

«Ça ne veut pas dire que les médecins vont travailler plus qu’ils travaillaient. Ce qu’ils vont faire va coûter plus cher à l’État, mais ils ne vont pas nécessairement en faire plus», a expliqué une porte-parole du MSSS Stéphanie Ménard.

La productivité des médecins ne semble pas avoir augmenté pour autant. Le nombre d’actes médicaux a légèrement progressé de 1,8% entre 2008 et 2014 pour les omnipraticiens, alors qu’il a diminué de 4,7% pour les médecins spécialistes. «L’augmentation du volume de services est liée à l’augmentation du nombre de médecins», a précisé MmeMénard. Les chiffres du MSSS confirment que le corps médical québécois (généralistes et spécialistes confondus) a augmenté, passant 16340médecins en 2008 à 17971 en 2012. Sur une base individuelle, les médecins gagnent beaucoup plus d’argent, mais ils ne semblent pas travailler plus.

Les ententes avec les médecins ont fait bondir leur rémunération de 67% entre 2007 et 2013, révèle le budget de l’ex-ministre des Finances Nicolas Marceau. L’an dernier (2013-2014), les quelque 18000médecins québécois ont facturé 6,1 milliards $ au Trésor public. La facture atteindra 7 milliards $ en 2016. Les médecins québécois sont principalement rémunérés à l’acte.

Commentaires