/sports/hockey/canadien
Navigation
Canadien | Bruins

11 raisons de détester Boston

boston
Photo d'archives
boston
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

(1) Les fans
 
« Les fans de Boston sont odieux et détestables, admet Joe Keohane, rédacteur d’Esquire Magazine et ancien résident de Boston. C’est un mélange de facteurs, mais je dirais que Boston a un immense complexe d’infériorité en plus d’avoir un immense complexe de supériorité, ils ont parfois les deux en même temps. Quand ils gagnent, ils sont arrogants à un degré intolérable et quand ils perdent, ils se lamentent. »
 
« Les gens de Boston ont la croyance erronée que d’être un trou du cul cynique et sans relâche endurcit. Que c’est attachant même», écrit le journaliste du site Deadspin, Drew Magary, un des critiques les plus enflammés des fans de Boston.
 
(2) Ils n’ont pas de style
 
Le magazine GQ a classé la ville de Boston en tête du top 40 des villes où les gens sont les moins bien habillés aux États-Unis. « Boston est l’égout du mauvais goût aux États-Unis, le Parc jurassique de la mode », écrit la publication. « Les pires idées de mode à travers le pays y affluent, y stagnent et y pourrissent. Il est difficile d’être une capitale de la mode quand la moitié de votre population est composée d’étudiants qui aiment les cotons ouatés et d’étudiantes qui ne réalisent pas que les leggings doivent être portés avec des chandails longs. Dans les villes environnantes comme Cambridge et Somerville, tout le monde s’habille comme le propriétaire de son propre laboratoire de méthamphétamine.
 
(3) L’accent
 
L’accent des Bostoniens est un des plus imités et parodiés aux États-Unis. En règle générale, ils laissent tomber le « r » à la fin des mots et prononcent « ah ». Leur « o » se transforme aussi en « ahh ». « Parking the car » devient donc « Pahking the cah ». Ils ajoutent aussi des « r » où il n’y en a pas. Le mot pizza sonne comme « pizzer ». Ils ont aussi un dialecte unique. Au lieu de dire « water fountain » (fontaine d’eau), ils disent « bubblah ».
 
(4) Snobisme
 
Le magazine Travel + Leisure a classé Boston au troisième rang des villes les plus snobs des États-Unis. Même le surnom de la ville est prétentieux : « L’Athènes d’Amérique » ou  « The Hub of the Universe ». Créé en 1858, il sous-entendait à l’époque que Boston était le centre de toutes activités commerciales et intellectuelles. Le surnom est resté, mais il a été réduit à « The Hub ». « Si vous ne croyez pas que nous sommes une ville snob, il suffit de regarder les gens que nous élisons comme la sénatrice Elizabeth Warren et le gouverneur du Massachusetts Deval Patrick », écrit le journaliste de Fox, Jim Polito.
 
« Quand John Kerry était en campagne présidentielle en 2004, il a dit à un marchand de sandwichs de Philadelphie Pouvez-vous mettre un peu de fromage suisse? Du fromage suisse sur un Philly cheese steak ? C’est comme tremper son homard dans la margarine pour réduire la teneur en gras.»
 
(5) Ils ne supportent pas la critique
 
« Les gens ont toujours détesté Boston. Les raisons sont assez constantes depuis les deux derniers siècles: les Bostoniens sont arrogants, puritains, inhospitaliers, racistes et/ou communistes, et désespérément bornés et insulaires. Les Bostoniens deviennent hystériques face à la critique et c’est amusant de les faire paniquer », dit le journaliste Joe Keohane, qui a vécu à Boston pendant 30 ans.
 
(6) Les « Frat Boys »
 
Ces étudiants membres des fraternités des prestigieuses universités de Boston débarquent en troupeau à Montréal. Ces frères de beuverie tapageurs et amateurs de pantalons kaki pensent que la ville se résume aux clubs de danseuses de la rue Sainte-Catherine et aux bars de la rue Crescent.
 
(7) La gastronomie douteuse
 
Contrairement aux autres grandes villes américaines, Boston ne semble pas avoir encore trouvé son plat national. Les trois plats qui ressortent sont la tarte Boston Cream Pie, déclaré dessert officiel de l’État du Massachusetts en 1996, les Boston baked beans, l’équivalent de nos fèves au lard et le New England Clam Chowder. Ils ont aussi le Norm Burger, une monstruosité culinaire servie au restaurant Cheers. Il s’agit de deux hamburgers empilés avec des rondelles d’oignons frites au milieu.
 
(8) New Kids on the Block
 
Boston est la ville qui nous a donné les New Kids on the Block. Il n’y a rien d’autre à ajouter.
 
(9) Sweet Caroline
 
La chanson de Neil Diamond est jouée depuis 1997 à tous les matchs des Red Sox au Fenway Park. Depuis 2002, la chanson est jouée précisément durant la 8e manche. On trouve quelques péti­­tions sur internet pour que la chanson soit bannie des matchs. « S’il vous plaît Red Sox, envisagez de la jouer seulement de temps en temps, mais pas à tous les matchs. C’est humiliant », écrit Stacey Ortiz, auteu­re de la pétition.
 
(10) Leur expression préférée est

« Wicked awesome »

(11) Milan Lucic

Le joueur des Bruins semble aimer donner des coups de bâton à l’entrejambe de ses adversaires. C’est arrivé il y a deux semaines avec Danny DeKeyser, des Red Wings de Detroit. C’est aussi arrivé le 25 mars dernier avec le défenseur du CH, Alexeï Emelin. Lucic a au passage traité Emelin de poule mouillée. Le hockey semble avoir trouvé son nouveau Sean Avery. 
Commentaires
Loading