/entertainment/celebrities
Navigation
Guy Laliberté

«On va entretenir le mythe»

Guy Laliberté
Photo d'archives
Guy Laliberté veut profiter des années qui s’offrent à lui pour passer du temps avec ses amis, sa famille, et voir grandir ses enfants.
Guy Laliberté
Photo d'archives
Guy Laliberté veut profiter des années qui s’offrent à lui pour passer du temps avec ses amis, sa famille, et voir grandir ses enfants.

Coup d'oeil sur cet article

Guy Laliberté vient de vendre sa demeure de Las Vegas. De son propre aveu, l’homme de 54 ans dit avoir passé sa phase «festive à grand déploiement».

Aujourd’hui, Guy Laliberté pose ses valises à Sin City uniquement pour des questions d’affaires.«Ce n’est plus là où j’ai du fun», admet-il au Journal, dans l’une de ses rares entrevues.

Longtemps, Guy Laliberté a entretenu l’image d’un fêtard, chez qui les soirées pouvaient être démesurées.

«On va entretenir le mythe, parce qu’il me sert encore. Ça a été synonyme d’expériences sensorielles que les gens ont vécues là, dit-il à propos de ses fameux partys annuels, organisés dans sa cour de St-Bruno lors du Grand prix de la F1.

«Aujourd’hui, ça sert l’une de mes divisions d’organisations de partys. […] Les gens appellent [en raison] de la réputation des fêtes qu’on faisait. Moi, ça a été de la business avant tout: incubateur de créativité, laboratoire humain, relations d’affaires.»

De l’alcool, oui. Des expériences créatives, oui. Autres choses?

«On parle de fêtes où les hommes politiques, de grands hommes d’affaires étaient. À un moment donné, il ne faut quand même pas exagérer. Est-ce que les gens se sont permis certaines folies? Ça faisait partie des objectifs. Après ça, est-ce qu’on est assez idiots pour faire des choses de ces fêtes-là qui pourraient m’exposer, et exposer le Cirque… Je pense que j’ai une tête sur les épaules.»

« Je me suis fait arnaquer »

Guy Laliberté est un joueur de poker. «En live game: ride on the top of my game. J’ai aucun complexe au live game, mes scores sont bons», dit-il.

En ligne, il ne mise cependant plus un sou depuis le Black Friday d’avril 2011.

«J’aurais dû me souvenir que je suis un dinosaure par rapport à ça [l’internet].»

«L’histoire de Full Tilt est claire: Je me suis fait arnaquer, carrément, par des gens que je connaissais personnellement, qui utilisaient unfillted bank, qui payent pas d’argent.

«À force de «All in» tout le temps, quand c’est pas ton propre argent, et qu’ils imprimaient de l’argent pour jouer contre moi, et qu’ils se mettaient à deux, trois... ; j’ai été idiot.»

Discret sur le montant, il admet quand même avoir perdu beaucoup d’argent. «Je me suis fait avoir comme un enfant d’école».

Ferrari et Coupe du monde

Amateur de belles voitures (il en a une vingtaine), il recevra bientôt sa nouvelle Ferrari, que seules 348 personnes conduiront.

«Déjà, avant de la recevoir, elle a déjà pris quasiment 750 000 $ de valeur. J’ai hâte de l’avoir», admet-il en riant.

Sa dépense la plus folle? Le poker en ligne.

«Pas à cause de la perte de l’argent; d’avoir le feeling de m’être fait avoir et d’avoir fourni la Vaseline», dit-il avec son franc-parler qui le caractérise.

Sa «vraie» dépense folle: des billets (entre 4 et 8) qu’il achète chaque année pour la Coupe du monde, depuis 1990, et qui valent, maintenant, autour de 25 000 $ chacun.

«Je fais toutes les demi-finales, je fais les quarts de finale. [...]. Là, c’est rendu une fortune. C’est malade mental, et je l’achète encore. Ça, c’est une dépense folle. C’est une question de passion.»

 
Guy Laliberté
L’homme d’affaires a coupé court à ses envies de jouer au poker sur internet.
Photo d'archives
L’homme d’affaires a coupé court à ses envies de jouer au poker sur internet.
Commentaires
Loading