Actualité | Faits divers et judiciaire

Aliments | Inspections

Amende record de 7000 $ pour des infestations de souris au marché Esposito de la rue Sherbrooke

Un juge impose au marché une peine de 7000 $ pour des infestations de souris à répétition

Stéphan Dussault

Stéphan Dussault @

Publié le: | Mise à jour:

Une épicerie de l’ouest de Montréal vient de recevoir l’amende la plus élevée de l’année en matière de salubrité alimentaire pour la présence constante de souris mortes.

Les inspecteurs de la Ville de Montréal n’ont pas été surpris le moins du monde le 12 mars 2013 en constatant la présence de souris mortes et d’excréments frais un peu partout au marché Aliments Esposito du 5737 Sherbrooke Ouest, dans l’arrondissement montréalais Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce.

La vermine était présente à leurs cinq visites précédentes en 2011 et 2012, selon les rapports d’inspection obtenus par Le Journal. Le marché avait d’ailleurs été con-damné à une amende de 4000 $ en janvier 2013. Le 2 avril dernier, la récidive semble avoir poussé le juge de la Cour municipale de Montréal à faire passer la peine à 7000 $, l’amende la plus élevée à ce jour en 2014 pour un problème de salubrité alimentaire dans un commerce de Montréal.

En 2013, Euromarché Saint-Michel a été condamné à la même amende pour avoir trafiqué ses étiquettes et ajouté 45 jours à la date de péremption de fromages. En 2012, Fruits Monkland a reçu une amende de 7500 $ pour avoir ouvert ses portes malgré une interdiction de la Ville pour une infestation de vermine.

Compliqué de s’en débarrasser

«Nous avions un fournisseur qui nous a contaminés avec ses souris. Et à Montréal, c’est compliqué de s’en débarrasser. Mais on prend ça très au sérieux», dit Normand Crépeau, contrôleur chez Aliments Esposito.

Les deux inspectrices n’ont pas vu de souris, mais des excréments frais et poussiéreux se trouvaient partout dans le commerce.

Même les clients pouvaient en profiter. Au rayon de la boulangerie, un sac de pain tranché était rongé par les souris, qui ont laissé quelques excréments incriminants au pied de l’étagère. En arrière, une boîte de croissants était déposée sur des crottes.

Les souris ont varié leur alimentation en se rendant aussi dans la section de la boucherie. Dans la chambre froide dédiée à la viande, les inspectrices ont calculé une trentaine d’excréments sur une étagère mobile avec beaucoup de morceaux de bœuf haché sur les rebords.

Les souris se sont aussi servies dans le garde-manger de l’épicerie au sous-sol. Plusieurs crottes se trouvaient devant des plateaux de styromousse servant à l’emballage des fruits et légumes. On en a trouvé plusieurs ici et là entre des sacs de navet et de farine ainsi que des boîtes de biscuits et de tomates.

Pas nouveau

En novembre 2011, les inspecteurs ont constaté la présence de souris mortes malgré le passage fréquent d’exterminateurs.

En février 2012, on a remarqué que des croissants au chocolat avaient été rongés par la vermine. Les inspecteurs ont aussi vu que des aliments périmés étaient en vente.

En juin 2012, la police de la salubrité parle d’une «infestation généralisée de rongeurs», avec la découverte de 12 souris mortes ainsi que de pains et de tomates rongées. Une semaine plus tard, le nombre de souris découvertes dans des pièges était passé à trois.


Il faut attendre plusieurs mois après l’infraction pour qu’un juge rende sa sentence.

 

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus