/misc
Navigation

Les huit facteurs-clés de succès des écosystèmes de startups technologiques

Coup d'oeil sur cet article

À la conférence StartupFest de Montréal ce matin,  Dave McClure, le partenaire fondateur de l'accélérateur 500 Startups, nous a dévoilé sa liste des huit facteurs-clés de succès des écosystèmes de jeunes pousses technologiques.

  1. 1) Optimisme et confiance (je suis à Silicon Valley, je peux réussir)
  2. 2) Mentorat et éducation (le savoir)
  3. 3) Universités et compagnies (les gens)
  4. 4) Capitaux, cadre juridique et financier (le cadre, l'infrastructure)
  5. 5) Ingénierie et talent design/expérience utilisateur (le produit)
  6. 6) Plateformes et distribution (les clients)
  7. 7) Paiements en ligne (la monétisation)
  8. 8) Marché des premiers appels publics à l'épargne (IPO) et des regroupements d'entreprises (M&A) (l'aboutissement)
Selon moi, la région de Montréal peut compter sur au moins cinq des huit facteurs-clés de succès (l'éducation, les gens, les capitaux, les talents produits, la monétisation). Quant aux autres critères, je pense que l'optimisme/confiance se porte mieux que jamais. On le voit bien cette semaine à StartupFest. La confiance des entrepreneurs est gonflée à bloc. Quant aux clients, notre proximité avec les États-Unis contrebalance la petitesse du marché local (Québec et Canada).

Par contre, l'aboutissement (les fameux "exits") est plus difficile à Montréal. C'est probablement là où le bât blesse. Peu de compagnies technologiques du Québec finissent par faire un premier appel public à l'épargne (la plus récente est Lumenpulse je crois) et peu de grandes sociétés canadiennes et québécoises achètent des jeunes pousses technos. Il faut donc se tourner vers le marché américain pour la vente d'une startup et le niveau de difficulté augmente rapidement à moins d'avoir un grand réseau de contacts chez les sociétés américaines acquéreuses.

Et vous, qu'en pensez-vous? Êtes-vous d'accord avec mon analyse?

1 commentaire(s)

Chrystian Guy dit :
11 juillet 2014 à 14 h 59 min

Il manque souvent quelque chose de fondamental dans les startups: le volet commercial. Je vois beaucoup de bonnes idées, parfois même de bonnes exécutions, mais la commercialisation est plus souvent qu'autrement dans la catégorie 'build it, they will come.' They don't.

Il nous faut des mentors en commercialisation, pas seulement en démarrage/financement ou en technologie.

Et je dois dire que la faction anglophone de Montréal a une petite longueur d'avance sur la francophone à ce chapitre.