/news/currentevents
Navigation

Semaine coquine au camping

Pour permettre aux campeurs de vivre leur sexualité dans la nature

Semaine coquine au camping
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Échange de partenaires, défilé de vêtements érotiques, jeux coquins: les organisateurs du festival échangiste qui aura lieu au camping naturiste Adam & Ève, à Sainte-Brigitte-des-Saults, du 7 au 12 août, promettent beaucoup d'ambiance aux campeurs qui s'inscriront à l'activité.

Dans les petites annonces publiées dans certains hebdos régionaux, les organisateurs s'adressent aux adultes «libérés» qui veulent s'adonner à des pratiques sexuelles en plein air.

«Il sera possible de pratiquer l'échangisme dans les roulottes, sur les terrains de camping et aussi dans les sentiers. Pas question toutefois de le faire dans les lieux publics comme au restaurant, au bar et dans la piscine», indique le propriétaire du camping, Gilles Chantal.

Il se défend d'opérer un bordel à ciel ouvert. «Il y a des règles ici, les activités se déroulent entre adultes consentants et il n'y a pas de prostitution.» Les campeurs désireux de participer au Festival doivent remettre leur permis de conduire et signer un contrat avec le camping et s'assurer de bien connaître les règles. «Nous organisons des festivals comme celui-ci depuis au moins 10 ans et ça se fait en toute légalité.»

Un bénévole du camping, qui participe aux activités depuis plusieurs années, est catégorique: «Après avoir travaillé toute la semaine, quand les gens ont terminé de payer leurs dettes, ils arrivent ici, ils vont dans la nature et ils font ce qu'ils ont à faire.»

Éric Guyon travaille sur le site et s’assure que l'événement soit populaire. «Les gens qui viennent ici reviennent toujours, on les revoit chaque année et ils apprécient le volet discret du site.»

Pour participer au festival, les campeurs doivent louer un chalet ou un terrain pour les cinq jours de festivités au coût approximatif de 85 $ par jour. Aucun mineur n'est toléré sur le site réservé aux 18 ans et plus.

La municipalité préoccupée

Agence QMI a appris l'existence du festival échangiste au maire de la municipalité de Sainte-Brigitte-des-Saults. Ne voulant pas condamner ni dénoncer les organisateurs, Jean-Guy Hébert s'est dit surpris et très préoccupé par les activités sur ce camping. «Nous allons définitivement réunir notre conseil après les vacances avec la Sûreté du Québec pour voir s'il y a une façon d'encadrer par une réglementation municipale ces activités. Nous allons demander conseil auprès de nos aviseurs légaux», a-t-il tranché.

«Nous avons fait quelques visites sur ce camping en lien avec d'autres dossiers mais comme les gens sont nus, ça nous rend un peu mal à l'aise d'y aller», a ajouté le maire de la municipalité.

De son côté, la Sûreté du Québec dit n'avoir reçu aucune plainte en lien avec ce dossier. La porte-parole, Mélanie Dumaresq, a indiqué que les agents feront le nécessaire pour faire respecter la loi sur le territoire et surveilleront la tenue du festival en août prochain.

Légal?

Si la Cour suprême a légalisé l'échangisme en 2005, le criminaliste Me Robert La Haye, qui a porté cette cause devant le plus haut tribunal au pays, soutient qu'il y a des règles très spécifiques à respecter pour gérer ce type d'activité. «Les activités doivent se dérouler entre adultes consentants et à l'abri des regards qui pourraient être choqués. Sur un camping, les tenanciers doivent s'assurer de bien identifier les zones où se déroulent les pratiques sexuelles et de bien les surveiller, ajoute Me La Haye. Ils doivent aussi organiser des rencontres préliminaires avec les participants pour bien leur expliquer les règles en vigueur.»

Questionné à ce sujet, le propriétaire dit n'avoir jamais eu d'ennuis avec la justice à ce sujet et affirme exercer ses activités en toute légalité au sens de la loi. «Nous nommons des bénévoles pour assurer la sécurité sur le site», indique Gilles Chantal.

Naturisme

La Fédération québécoise de naturisme tient à se dissocier des activités menées au Camping Adam & Ève. Joint au téléphone, le président, François Lévesque, a indiqué que toute activité à connotations sexuelles nuisait aux valeurs fondamentales de naturisme défendues par la fédération. «Ce camping n'est pas membre de notre Fédération et nous tenons à ne pas être identifiés à eux», a-t-il dit.

Chez Camping Québec, le porte-parole Simon Tessier a indiqué qu'il ignorait les pratiques du camping Adam & Ève. «Pour nous, c'est un des seuls camping en son genre au Québec. Ce camping ne fait pas partie de notre association», a-t-il conclu.