/news/politics
Navigation
Hausse de 3,9 %

Une «hausse énorme» qui ne passe vraiment pas

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement libéral étudie les moyens qui lui permettrait de limiter la prochaine hausse des tarifs d’électricité à l’inflation plutôt qu’à 3,9 %, comme le réclame Hydro-Québec.

«Préoccupé» par cette nouvelle demande de hausse des tarifs d’électricité que vient de déposer Hydro-Québec, le gouvernement Couillard cherche maintenant à savoir comment, en vertu de la loi sur Hydro-Québec, le ministre de l’Énergie et des ressources naturelles, Pierre Arcand, pourrait intervenir.

«L’engagement que nous avions en campagne électorale, c’était de maintenir les hausses à l’inflation, alors on va essayer d’étudier l’ensemble des outils qui s’offrent à nous pour mieux encadrer les hausses (…) futures, et celle-ci», a fait savoir mardi Guillaume Demers, conseiller politique et aux communications du ministre Arcand. Comme la plupart des ministres, M. Arcand est présentement en vacances.

«(M. Couillard) a renié sa promesse», a déploré de son côté Antonine Yaccarini, attachée de presse de l’aile parlementaire péquiste.

«Nous sommes inquiets pour les travailleurs et les familles», a-t-elle ajouté.

«On a menti aux Québécois, purement et simplement, a tranché pour sa part François Bonnardel, leader parlementaire de la Coalition Avenir Québec. Encore une fois, les contribuables vont faire les frais de ces mauvaises décisions économiques que le gouvernement a décidé de prendre.»

La faute à l’éolien

Selon M. Bonnardel, qui a qualifié la nouvelle hausse demandée par Hydro-Québec de «très mauvaise nouvelle», le gouvernement se doit de mettre immédiatement un frein à l’industrie éolienne. Rappelons que la société d’État justifie principalement sa demande de hausse par les coûts de l’énergie éolienne.

«Même la Commission énergétique a dit qu’il fallait mettre un frein au développement éolien, a souligné le député caquiste de Granby. On parle de 140 M$ de subvention annuelle qu’on devra payer pendant les vingt prochaines années pour soutenir cette industrie.»

La CAQ réclame depuis l’automne dernier, que les hausses des tarifs d’électricité soient limitées à l’inflation. M. Bonnardel accuse les libéraux d’avoir utilisé Hydro-Québec «à des fins électoralistes». «Au moins, le PQ avait mis un frein aux mini-centrales», a dit le leader parlementaire de la CAQ.

Un groupe de travail sur l’industrie éolienne vient d’être lancé par le gouvernement, a fait valoir à ce sujet le conseiller politique de M. Arcand. L’objectif est notamment celui de « rendre l’industrie éolienne plus performante, c’est-à-dire en diminuant par exemple les coûts de construction, les coûts d’escorte », a rapporté M. Demers.

Sur le même sujet
Commentaires