Succession de Pauline Marois

Pas de souveraineté sans l’appui du mouvement syndical

Geneviève Lajoie

Geneviève Lajoie @

Journal de Québec, Publié le: | Mise à jour:

756cc48e-62a4-4e42-a313-1827e9393f55

Photo les archives

Le militant péquiste Marc Laviolette

QUÉBEC  - 

La souveraineté ne se fera pas sans l’appui du mouvement syndical, prévient le militant péquiste Marc Laviolette, qui promet de barrer la route à Pierre Karl Péladeau à la direction du Parti québécois.

«M. Péladeau, c’est très bon qu’il soit dans l’équipe, mais comme chef, le rôle du chef, c’est d’unir les tendances!» plaide l’ancien syndicaliste, en entrevue avec Le Journal.

Pressenti dans la course au leadership, le député de Saint-Jérôme s’est refusé à tout commentaire sur la possibilité qu’il tente de succéder à Pauline Marois.

Marc Laviolette ne sait pas encore quel candidat il appuiera, mais il soutient que le milieu syndical s’organise.

Certains progressistes s’activent en coulisses pour tenter de convaincre la députée Martine Ouellet de briguer la direction du PQ.

Le fondateur du Nouveau Mouvement pour le Québec, Jocelyn Desjardins, ne s’en cache pas. Il est au nombre des partisans de l’ancienne militante écologiste. «Je souhaite qu’elle se présente à la chefferie du PQ», a-t-il confié au Journal.

Réflexion

«Martine Ouellet n’a jamais fait de cachette sur son progressisme, elle n’a jamais fait non plus de cachette sur sa très forte volonté indépendantiste. J’essaie de l’encourager, mais elle est toujours en réflexion», précise M. Desjardins.

La candidature potentielle de l’actionnaire de contrôle de Québecor provoque également tout un jeu de coulisses au sein du caucus des députés péquistes. Les candidats tentés par le trône péquiste sont nombreux.

L’ex-ministre Jean-François Lisée se dit «très tenté par la course» et sent qu’il a des appuis. Bernard Drainville est également très actif pour sonder ses appuis. Alexandre Cloutier, Véronique Hivon et Sylvain Gaudreault tâtent également le terrain. Ces derniers ne souhaitent pas diviser l’appui des progressistes et pourraient faire équipe après avoir désigné le meilleur candidat des trois.

L’ancien chef d’Option nationale, Jean-Martin Aussant, est allègrement courtisé par les aspirants à la direction du PQ depuis quelques semaines. Plusieurs cherchent à avoir son appui.

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus