/misc
Navigation

Trimestre tranquille dans les investissements en capital de risque au Québec

Coup d'oeil sur cet article

Trimestre tranquille dans les 01-41 - Arne Kuilman via CrowdMedia

 Photo: Arne Kuilman via Crowmedia

Réseau Capital vient tout juste de publier les chiffres du deuxième trimestre 2014 pour le marché québécois du capital-risque et ceux-ci risquent de décevoir les entrepreneurs à la recherche de capitaux.

En effet, "les transactions dans le marché du capital-risque (CR) au Québec ont continué de ralentir, les fonds de CR ayant investi 94 millions de dollars au total, soit 55 % de moins que les 208 millions de dollars qu'ils avaient investis à la même période en 2013.  Seuls 10 % de ces investissements venait d'investisseurs situés à l'extérieur du pays. " De ce montant, 13 millions de dollars (14 %) sont allés dans treize compagnies en technologie de l'information, une baisse de 26 % par rapport aux 18 millions de dollars qui avaient investis dans ce secteur il y a un an.

De plus, "malgré plusieurs transactions importantes effectuées pendant 2Q, dont le financement de Série A de 10 millions de dollars accordé à OMsignal de Montréal, le montant moyen investi par société s'est élevé à 2,1 millions de dollars au T2 2014, soit moins de la moitié de la moyenne de 4,4 millions de dollars investis à la même période l'an dernier."

Plus en amont, "les gestionnaires québécois de fonds de CR ont continué d'attirer la part du lion des nouveaux capitaux engagés dans le marché canadien. Des 643 millions de dollars amassés au total, les fonds québécois ont recueilli 292 millions de dollars, soit 45 %. "

Donc, à première vue, les fonds de capital-risque continuent à lever de nouveaux capitaux, mais ceux-ci ne sont pas encore déployés. Une lueur d'espoir donc pour les entrepreneurs québécois.

Mise à jour : la porte-parole de Réseau Capital me dit que l'investissement d'OMsignal a été catégorisé dans le secteur " Traditionnel " plutôt que celui des TI. Il faut donc, à mon avis, ajouter 10 millions de dollars aux investissements en TI du 2Q 2014.