/news/politics
Navigation
Arrondissements

Luis Miranda lance une offensive pour les défusions

QMI_QMI_1302212005_005
Photo Archives/ Agence QMI Luis Miranda.

Coup d'oeil sur cet article

Trop c'est trop, selon Luis Miranda. Mécontent des services reçus depuis qu'Anjou a été fusionnée à la métropole, le maire d'arrondissement déposera une pétition à l'Assemblée nationale pour un nouveau référendum sur les défusions.

M. Miranda fait ainsi suite à la menace qu'il avait faite en juillet avec la mairesse d'Outremont, Marie Cinq-Mars. À l'époque, le maire de Montréal, Denis Coderre, avait qualifié cette menace de «dramatisation».

Plus de taxes, moins de services

Selon M. Miranda, le compte de taxes des contribuables d'Anjou augmente constamment alors que les services reculent.

«En 2001, nos citoyens payaient 66 millions $ en taxes. Maintenant, ils en paient 104 millions $, et la ville centre nous renvoie seulement 23 millions $», a-t-il dit.

Sur place, les résidents d'Anjou s'inquiètent que leur arrondissement ne ressemble aux quartiers du centre. La plupart appuient M. Miranda.

«Outremont et Anjou, c'est vraiment les meilleurs endroits pour les services. Je ne veux pas que ça devienne comme Montréal, Denis Coderre je ne l'appuie pas du tout», a affirmé une femme prénommée Mira.

«Les taxes ont augmenté d'au moins 400 $. Le niveau de service est excellent, mais on a vu une baisse dans le déneigement», a ajouté Lise Henrichon.

Coderre peu inquiet

Le maire de Montréal, Denis Coderre, s'est montré peu inquiet de la pétition.

«Le gouvernement a clairement indiqué qu'il n'y aurait pas de nouveau référendum, a-t-il souligné. Je ne m'énerverai pas pour ça.»

M. Coderre faisait référence à un commentaire du ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, comme quoi les défusions n'étaient pas possibles.

La pétition de M. Miranda doit d'ailleurs être parrainée par un député de l'Assemblée nationale. La ministre et députée d'Anjou-Louis-Riel, Lise Thériault, n'a pas l'intention de parrainer la pétition, selon son attaché politique.

M. Miranda rappelle que la majorité de ses concitoyens (57 %) a voté en faveur de la défusion lors du référendum de 2004, mais le taux de participation n'avait pas atteint le seuil minimal de 35 %.

M. Miranda espère obtenir 25 000 signatures pour un nouveau référendum. Il doute toutefois que d'autres arrondissements choisissent la défusion.

Ferrandez appuie les défusions

Le maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, appuie les démarches de défusion lancées par son homologue d'Anjou. Mais le Plateau ne défusionnera pas.

«Le Plateau, c'est le coeur de Montréal. On ne peut pas défusionner. Mais je comprends que les arrondissements qui ont moins d'attachement à Montréal veuillent quitter. Si j'étais à leur place, je le ferais», a affirmé M. Ferrandez, citant non seulement Anjou, mais également Saint-Léonard, Outremont et plusieurs autres.

M. Ferrandez est porte-parole de Projet Montréal en matière de financement des arrondissements, mais il affirme parler en son nom personnel. Le parti prendra position en caucus vendredi.

Le maire du Plateau accuse l'administration de Denis Coderre d'affaiblir les liens qui unissent les Montréalais. Il compte boycotter les réunions de la Table des maires, une instance créée par M. Coderre.

«Denis Coderre parle tout le temps de travailler ensemble, mais ce n'est pas ça qui se passe. La Table des maires, on s'est rencontrés seulement deux fois pendant une heure et quart», a-t-il lancé.

Outremont intéressé

La mairesse d'Outremont, Marie Cinq-Mars, a souligné le courage de Luis Miranda, sans toutefois confirmer qu'elle imitera la manoeuvre.

L'arrondissement d'Outremont est le grand perdant de cette réforme, voyant son budget amputé de près de 20 %, soit 4 millions $.

«On a fait les calculs, et c'est clair, a dit Mme Cinq-Mars. Ça veut dire qu'on va fermer une patinoire sur deux. Ça veut dire qu'il y aura moins d'entretien des parcs, moins d'entretien des ruelles et on n'aura pas de budget pour la sécurité publique.»

«Lorsque les citoyens d'Outremont ont voté pour rester à Montréal, ils l'ont fait avec des conditions. La réforme du financement des arrondissements vient briser ces conditions», a-t-elle ajouté.

Commentaires