/sports/hockey/canadien
Navigation
Sondage | Canadien

De bonnes notes pour Bergevin et Therrien

brulotte
Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

«Je ne suis pas ici pour gagner un concours de popularité, je suis ici pour construire la meilleure équipe de hockey possible.»

«Je ne suis pas ici pour gagner un concours de popularité, je suis ici pour construire la meilleure équipe de hockey possible.»

Marc Bergevin a répété cette phrase plus d’une fois depuis le 2 mai 2012, jour de son embauche au prestigieux siège de directeur général du Canadien.

Même s’il ne cherche pas à tout prix la bénédiction des partisans quand vient le temps de prendre des décisions importantes, le DG du CH se débrouillerait assez bien dans un concours de ­popularité.

Selon le sondage réalisé par la firme Léger pour le compte du Journal de Montréal, Bergevin a passé aisément son examen. À 79 %, les répondants se disent satisfaits de son travail.

Dans un bouillant marché comme celui de Montréal, la perfection n’existera jamais. Surtout pas pour un directeur général qui se retrouve constamment sous les réflecteurs. À ce chapitre, seulement 9 % des intervenants ont jugé son œuvre insatisfaisante.

Au cours de l’été, Bergevin n’a pas eu peur d’emprunter des chemins sinueux. Il a coupé les ponts avec son capitaine, Brian Gionta, en plus d’échanger celui qui portait un «A» sur son chandail, Josh Gorges.

Quelques semaines plus tard, il a parié dans le dossier P.K. Subban en ne parvenant pas à éviter l’étape de l’arbitrage. Au lendemain des audiences dans un chic hôtel de Toronto, il a calmé la tempête en offrant le plus lucratif contrat de l’histoire à son jeune défenseur: un pacte de huit ans et 72 millions.

Therrien a la cote

À l’image de Bergevin, Michel ­Therrien a conquis le cœur des répondants. Il a même fait un peu mieux que son collègue.

L’entraîneur-chef a reçu une très bonne note avec 84 % de taux de satisfaction. Seulement 8 % des gens ont ­répondu être insatisfaits.

Historiquement, les partisans du ­Tricolore n’ont jamais eu une grande patience avec les entraîneurs. Au cours d’une même saison, le niveau d’amour a tendance à fluctuer grandement. Après une série de quatre défaites, des dizaines de partisans font la ligne dans les tribunes téléphoniques à la radio francophone comme anglophone afin d’exiger la tête de l’entraîneur.

À son deuxième séjour derrière le banc du Canadien, Therrien a compris cette réalité depuis longtemps. Il reste calme dans les bons comme dans les mauvais moments.

Deux en deux

Sous le règne de Bergevin et de ­Therrien, le Canadien a redressé sa barque. Après une horrible 15e place en 2011-2012, le CH a conclu les deux dernières saisons au 2e rang (2012-2013) et au 4e rang (2013-2014).

Éliminé au premier tour des séries en 2013, le Tricolore a amélioré son sort au printemps dernier en participant à la ­finale de l’Est contre les Rangers de New York.

 

Diriez-vous que vous êtes très satisfait, plutôt satisfait, plutôt insatisfait ou très insatisfait du travail effectué par…
Êtes vous…?
Le directeur général Marc Bergevin
L’entraîneur-chef Michel Therrien
Très satisfait
29 %
34 %
Plutôt satisfait
50 %
50 %
Total satisfait
79 %
84 %
Plutôt insatisfait
8 %
5 %
Plutôt insatisfait
8 %
5 %
Très insatisfait
2 %
2 %
Total insatisfait
10 %
7 %
Commentaires