/investigations/politics
Navigation
Condamnation de Jocelyn Dupuis

La FTQ-C dit avoir «fait ses devoirs»

Son directeur général réagit à la condamnation de Jocelyn Dupuis

Jocelyn Dupuis
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Dans la foulée de la condamnation de son ancien directeur général qui l’a fraudée, la FTQ-Construction assure avoir «fait ses devoirs» et qu’elle scrute maintenant à la loupe les comptes de dépen­ses de tous ses employés.

«S’il y avait des choses à changer, on les a changées. On a fait nos devoirs», a insisté hier le directeur général de la FTQ-C, Yves Ouellet.

L’ex-directeur général de l’organisation syndicale, Jocelyn Dupuis, a été reconnu coupable vendredi de l’avoir fraudée en fabriquant de fausses factures liées à son somptueux train de vie.

Une telle chose ne serait plus possible aujourd’hui, assure toutefois le directeur, et ce, même si plusieurs person­nes présentes lorsque Dupuis était à la tête de la FTQ-C se trouvent toujours dans son giron.

Depuis 2010, «tous les rapports de dépenses [...] sont sur la table de l’exécutif chaque mois. Ils les regardent, avec toutes les pièces justificatives», plaide M. Ouellet. Les siens compris.

Pas de poursuites

Quant à d’éventuelles poursuites pour récupérer les sommes volées, M. Ouellet dit qu’«on a pris une décision à la FTQ-C, c’était de mettre ça de côté, de s’en aller par en avant. S’il y avait des choses à changer, on les a changées.»

La FTQ-C avait demandé un avis juridique à l’époque, n’a pas manqué de souligner le DG. M. Ouellet est d’avis que les poursuites ne constituaient pas une priorité.

«Tu dois t’assurer que c’est réglé. Que tu règles la problématique. C’est ça, la responsabilité que tu as.»

M. Ouellet explique que la FTQ-C veut mettre cet épisode derrière elle pour de bon. Ses dirigeants concentreront leur énergie à défendre leurs membres dans de nombreux dossiers chauds, souligne-t-il.

«Ce qu’on doit à nos membres, c’est de s’assurer que leurs droits sont défendus, dit-il. Il y a des débats énormes à faire présentement. Nos travailleurs sont attaqués de toutes parts.»

Sur le même sujet
Commentaires