/news/education
Navigation
Compression | Commissions scolaires

Québec voudrait abolir la moitié des commissions scolaires

Coup d'oeil sur cet article

Québec songe à faire passer de 60 à 34 le nombre de commissions scolaires francophones dans la province, révèle un document interne de la Fédération des commissions scolaires du Québec obtenu par Le Journal.

C’est du moins ce qu’aurait proposé le ministère de l’Éducation à la Commission de révision permanente des programmes, afin de participer à l’effort budgétaire demandé par le gouvernement Couillard.

Dans une lettre envoyée à toutes ses directions le 4 octobre dernier, la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ) a indiqué que «la prémisse de départ de la commission Robillard serait d’abolir les commissions scolaires».

Près de la moitié abolies

Or, le ministère de l’Éducation (MELS) aurait proposé un tout autre scénario à la commission Robillard.

«En réaction à cette hypothèse de travail, le MELS a réagi en transmettant à la commission une hypothèse ramenant à 34 le nombre de commissions scolaires francophones», peut-on lire dans le mémo.

On ne sait pas encore quelles commissions scolaires seraient abolies ou fusionnées. Actuellement, on compte 72 commissions scolaires au Québec, dont 60 francophones.

Vive opposition

Dans son mémo, la FCSQ indique qu’il est hors de question qu’elle travaille avec le Ministère sur «une carte hypothétique de fusions de commissions scolaires».

Elle propose d’ailleurs de réunir toutes les commissions scolaires en conseil général rapidement après les élections scolaires, afin de trouver les meilleures façons d’«influencer» le gouvernement pour qu’il n’aille pas de l’avant avec ces coupes.

La FCSQ a refusé de nous accorder une entrevue à ce sujet.

Un avenir incertain

Le ministère de l’Éducation a également refusé de répondre à nos questions.

«Nous ne commenterons pas les différents scénarios relatés. Nous menons une réflexion de fond et nous annoncerons les décisions prises en temps et lieu», a commenté par courriel la porte-parole Esther Chouinard.

Fusions, abolition, restructuration; plusieurs scénarios ont été évoqués quant à l’avenir des commissions scolaires au cours des dernière semaines.

Récemment, le ministre de l’Éducation, Yves Bolduc, a affirmé que les élections scolaires du 2 novembre prochain seraient déterminantes pour l’avenir des commissions scolaire et qu’elles représenteraient un véritable «test de confiance».

Commentaires