/misc
Navigation

Photo du tireur d'Ottawa : histoire d'un scoop

Coup d'oeil sur cet article

B0k8_N5CcAE61SJ

 

( scroll down for English version) Regardez-bien cette photo. Si vous ne l'avez pas encore vu, je suis persuadé que cela sera le cas dans les prochaines heures.  Ce cliché est en train de faire le tour du monde. On y voit Michael Zehaf-Bibeau lors de son attaque à Ottawa.

Ce cliché, j'ai été le premier à le publier et l'identifier sur mon fil twitter 100 % info, @Breaking3zero , quelques heures avant que les médias traditionnels s'en emparent

J'ai décidé de vous raconter son histoire. Comment il m'est arrivé et comment j'ai réussi à l'identifier avant de le partager.

TWITTER

Autour de 14 heures aujourd'hui, un de mes followers me signale l'existence du cliché, me demandant s'il s'agit ou pas du tireur. A ce moment là, les informations sur la fusillade d'Ottawa sont parcellaires et confuses.

Mon premier réflexe est de lui en demander la source. Il m'envoie vers les réponses à un tweet posté par la police d'Ottawa.

Par n'importe quel tweet, un tweet qui demande aux témoins de la fusillade de partager avec la police toutes les informations permettant de retracer le suspect. Et là, parmi les premières réponses, le cliché d'un homme tenant une arme.

Ne le cherchez pas, ce tweet n'existe plus. Il a été supprimé presque immédiatement. Posté depuis un compte anonyme, le cliché s'est retrouvé pour une poignée de minutes dans l'immense bac à sable virtuel qu'est Twitter.

J'ignore qui la supprimé. La rapidité de sa disparition me pousse à penser qu'il s'agit du l'auteur lui-même. Peut-être pensait-il envoyer en message privé ? Peut-être qu'après avoir contacté directement la police, il a suivi leurs instructions et l'a supprimé.

Quoiqu'il en soit, grâce à une capture d'écran, je me retrouve en tout début d'après midi avec une copie.

 

VÉRIFICATIONS

 

Évidemment, hors de question de le publier tel quel. Sans vérification, sans certitude. Et même, hors de question de le publier trop tôt, alors que le chaos règne encore à Ottawa, que l'enquête est en cours, que le tireur a peut-être des complices.

Je dispose - comme beaucoup de journalistes - de sources ici et là et je décide donc de leur envoyer le cliché en leur demandant ce qu'ils en pensent.

En attendant, je décide de tenter de trouver d'autres éléments qui pourraient confirmer ou infirmer son authenticité.

Je commence par l'arme. Une Winchester. Trois modèles possibles. 1886, 1873, 1892. Dans tous les cas, une arme spécifique. De chasse. Pas un semi-automatique. Pas une automatique.

Et justement les premiers témoignages lors de la fusillade à l'intérieur du Parlement évoquent un fusil. Et puis il y a l'enregistrement AUDIO de celle-ci. Où l'on entend le suspect tiré avant que les forces de sécurité répondent.

Si elles tirent en rafales, lui tire coup par coup. Comme pour une Winchester.

Puis il y a le foulard. Quelques témoins de la fusillade au cénotaphe ont justement décrit le tireur comme portant un "foulard de type musulman". Si la description ne correspond à rien de précis, le cliché montre un suspect au visage partiellement dissimulé par un keffieh noir et blanc, tel que popularisé par les défenseurs de la cause palestinienne dans les années 1980.

Et enfin, il y a le parapluie.

La poignée blanche est sous la main droite du tireur. Le reste à gauche près de son épaule.  C'est grâce à cet accessoire qu'il a dissimulé son fusil, a pu quitter son véhicule et s'avancer jusqu'au monument sans attirer l'attention.

Si les informations d'une de mes sources sont exactes, ce point est confirmée par les images des vidéos de surveillance.

 

SOURCE

 

L'arme, le keffieh, le parapluie. Trois indices qui vont dans le sens de l'authenticité du cliché.

Et, alors que je tente de confirmer la ressemblance entre le fond de la photographie et celle du monument d'Ottawa, une de mes sources me revient.

Depuis quelques minutes, une photographie circule dans les milieux de la sécurité du Canada. Pas celle là, une autre.

Un cliché d'identification, vraisemblablement venant d'un permis de conduire. C'est celle du suspect de la fusillade. Même chevelure, même haut du visage. Suffisamment pour que ma source, pourtant très prudente, m'indique que le cliché que je lui ai envoyé "ressemble au tireur".

Mes vérifications sur le contenu de la photo puis son indication laissent peu de place au doute. Et alors que CBS aux USA annonce le nom de tireur, je décide de publier le cliché sur Breaking3zero. Il est 16h16 sur la Côte Est.

IMG_8115

 

 

L'histoire aurait pu s'arrêter là. Le mariage de la rapidité des médias sociaux et de l'investigation "traditionnelle". Ce que moi, parmi d'autres, désignons sous le terme d'info 3.0.

Mais elle s'accélère. Une vingtaine de minutes après la publication du cliché, un fil francophone soutenant l'état islamique reprend la photo et la poste. Et avec, nait dans certains médias, l'idée complètement fausse que EIIL est à l'origine du cliché. Et ce ne sont pas les négations du fil en question qui changeront les choses.

 szy7wRuu

 Depuis une heure maintenant, l'authenticité du cliché a été confirmée par des témoins de la fusillade et des sources proches de l'enquête.

Si mes informations sont exactes, le cliché en question - et pas une capture de l'écran de contrôle d'un appareil photo/vidéo pris à la va-vite- est entre les mains de la police.

Exactement, là où il doit être.

 

 

-

B0k8_N5CcAE61SJ

 

Take a good look at this photo. If you haven’t seen it yet, you’re bound to come across it in the next couple of hours. This picture is going around the world right now. It shows Michael Zehaf-Bibeau during his attack in Ottawa.

This photo was first published and identified on my 100% news twitter feed @Breaking3zero several hours before the traditional media got ahold of it.

I want to tell you the story behind this picture. How it landed on my computer screen and how I was able to identify it before sharing it

 

TWITTER

Around 2pm, one of my followers informs me of its existence, asking me if this really is the shooter. At this point in time, information on the Ottawa attack is still very vague and contradictory.

My first reflex is to ask him about the source. He points to the responses to a tweet posted by the Ottawa police.

Not just any tweet. But a tweet asking the witnesses of the attack to share with the police any information allowing to identify the shooter. And there, among the first responses, is the photo of a man holding a rifle.

Don’t bother looking, this tweet doesn’t exist anymore. It was deleted almost instantly. Posted from an anonymous account and for just a few short moments,  this picture found itself in the huge virtual haystack  called Twitter.

I don’t know who deleted it. The rate at which it was taken off makes me think that it was probably the author himself. Maybe he thought he was sending a private message. Maybe it took it down after talking to the police, following their advice

Whatever the reason, thanks to a screenshot, I find myself with a copy in hands in the early afternoon.

 

INVESTIGATION

 

Out of the question to publish it at this point. Without any research, and no certitude. And also out of the question to publish it prematurely, while there is still chaos in Ottawa, the shooter might have accomplices.

Like a lot of journalists I have my sources, and I decide to send them the photo to get their feedback. In the meantime, I try to identify other elements to confirm its authenticity.

I start with the weapon itself. A Winchester. Three possible models. 1886, 1873, 1892. In any case, a specific weapon. A hunting rifle. Not a semi-automatic. Not an automatic.

The first witness accounts coming in from the attack within the Parliament mention a rifle. And then there is the AUDIO recording. We hear the suspect shooting before the security responds.

While they spray continuously, he fires shot by shot. Just like a Winchester.

Then there is the scarf. Some witnesses of the shooting at the memorial precisely described the suspect as wearing a “muslim-style scarf”. Although this description is rather vague, the picture shows a man whose face is partially covered by a black and white keffieh similar to those worn by the activists defending the Palestinian cause in the eighties.

Finally, there is the umbrella.

Its white handle shows under the suspect’s right hand. The rest on the left hand side near his shoulder. It is thanks to this accessory that the shooter was able to hide his weapon, leave his vehicle and advance all the way to the monument without drawing attention.

If the information from one of my sources is correct, this is confirmed by the surveillance footage.

 

SOURCE

 

The weapon, the keffieh, the umbrella. Three pieces of evidence indicating the authenticity of the photo.

And as I am in the process of corroborating the background of the photo with that of the Ottawa monument, one of my sources gets back to me.

Only minutes earlier, a photo started circulating amongst Canadian security forces. Not this one, but a different one.

An ID picture, most likely from a drivers license. It’s that of the shooting suspect. The same hair, the same forehead and upper facial features. Enough for my source, which tends to be very prudent, to confirm that the photo I sent him “resembles the shooter”.

His indication as well as my own investigation concerning this picture leave no doubt. While in the US CBS announces the shooter’s name, I decide to publish the photo on @Breaking3zero. It is 4:16 pm Eastern Time.

IMG_8115

 

This could have been the end of the story. The marriage of the speed of the social media and the “traditional” investigation. What I, amongst others, call info 3.0.

But the story goes on and gets even better. Just twenty minutes after I published it, a French-language feed supporting the Islamic State picks up the photo and posts it. And that is how some media start to spread the wrong idea that ISIS is at the origin of the photo. And their denial does nothing to change this.

szy7wRuu

 

For over an hour the authenticity of the photo has been confirmed by witnesses of the attack as well as sources close to the inquiry.

If I have been well-informed then the actual photo- and not just a quick screen shot from a photo/video camera screen- is in the hands of the police.

Exactly where it should be.

 

 

 

 

 

 

 

 

12 commentaire(s)

J-F. Couture dit :
22 octobre 2014 à 21 h 05 min

Un «fusil»? Une Winchester, vraisemblablement une 30/30, ça s'appelle une «carabine», pas un fusil. En anglais, un «rifle» vs un «shotgun». Et la différence est majeure entre ces deux types d'armes dites «longues».

L'autre Ginette dit :
22 octobre 2014 à 22 h 14 min

Le fil francophone soutenant l'état islamique : WoW! La charte des droits et des libertés va devoir subir une petite brèche car, pour protéger la démocratie, il va bien falloir donner plus de mordant à la Loi anti-terroriste pour que le fil francophone soutenant l'état islamique soit cassé. Je suis certaine que ce fil francophone est bien connu de la police et de la GRC mais la Charte à Trudeau les empêche de les arrêter avant qu'ils ne fassent leurs assasinats. Comme c'est bien d'avoir un belle charte. Attendre que des assassinats se fassent avant d'agir. Comme con, on ne fait pas mieux.

Gabrielle dit :
22 octobre 2014 à 23 h 14 min

À quoi sert ce billet, sinon à vous auto-congratuler sur votre soit-disant prouesse journalistique? Si la photo a été trouvée par votre source sur Twitter, vous n'avez donc pas été le premier à la publier, juste le premier à la twitter en la proclamant la première photo officielle du suspect...

Xavier dit :
23 octobre 2014 à 4 h 40 min

Bonjour, sait-on qui a pris la photo?

Morton dit :
23 octobre 2014 à 5 h 50 min

OK- mais qui a pris le photo? Ce n'est pas un 'selfie'?

Olivier dit :
23 octobre 2014 à 9 h 56 min

Le premier? Vous semblez vous en vanter, mais est-ce la vérité ou de la fanfaronnade? Vous dites avoir tweeté la photo à 16h16. Mais le compte Military Studies l'avait postée TROIS HEURES avant vous: https://twitter.com/ArmedResearch/status/525019752507658240

C'est ce compte qui dit que la source de la photo était un compte islamiste.

La fanfaronnade, c'est ça, l'info 3.0? LOL.

Denis dit :
23 octobre 2014 à 10 h 00 min

@Gabrielle: au contraire, très intéressant de voir comment M. Reymond s'assure de l'authenticité du Twit. Lors de la capture des auteurs de l'attentat de Boston, j'ai bien aimé la vitesse à laquelle l'Info était diffusée, mais encore plus les précautions qu'il prenait dans la rédaction de ses Twitt. Important de différencier rumeur/nouvelle, surtout en ce moment, alors que l'info va tellement vite.

William Reymond dit :
23 octobre 2014 à 10 h 53 min

@Olivier : je pense que vous vous emmêler dans les différents fuseaux horaires ;) Vous me croyez pas ? Allez demander à Milliard Studies d'où vient la photo et vous verrez...

samy dit :
23 octobre 2014 à 14 h 40 min

ça ressemble à une photo de caméra de surveillance

ou d'un complice

ou bien d'un passant qui à eu très chaud

Le Madelinot dit :
23 octobre 2014 à 16 h 36 min

"Ce cliché, j’ai été le premier à le publier et l’identifier sur mon fil twitter 100 % info, @Breaking3zero ..."

C'est toujours un peu risqué de revendiquer la paternité sur Twitter. Moi, j'ai vu cette photo la première fois à 13:28, Elle y est encore d'ailleurs...

https://twitter.com/Jonathan_Mora/status/524975708582735873

Sur @breaking3zero, elle est sortie à 16:16...

https://twitter.com/Breaking3zero/status/525017889334898688

La puissance de Twitter, c'est son caractère social et universel. Ça serait dommage que, tout comme les médias traditionnels, ça devienne un concours à savoir qui pisse le plus loin.

LM

Snowden Rules dit :
25 octobre 2014 à 12 h 48 min

William Reymond devrait plutôt commencer à analyser les faussetés (acteurs de crise) de Sandy "Hoax" et du marathon de Boston made in USA avant d'aller à l'international ...

Stephan Ciejka dit :
26 octobre 2014 à 5 h 55 min

Il s'agit plutot, me semble-il d'une Winchester 1894 chambrée en 30-30 Winchester... C'est une carabine à répétition par levier de sous garde beaucoup plus populaire que celles que vous citez. Et assez peu couteuse, ce qui explique sa diffusion.