/sports/hockey/homepage
Navigation
Canucks

Weber gagne en confiance

24v2013926canucks
Photo d'archives Repêché au 3e tour (73e au total) en 2007 par le Canadien, Weber a joué 115 matchs à Montréal. Le 2 juillet 2013, le CH avait coupé les ponts avec lui en ne lui présentant pas une offre qualificative.

Coup d'oeil sur cet article

VANCOUVER | À 26 ans, Yannick Weber se bat encore pour obtenir un poste régulier dans la LNH. Il a comme objectif de prouver à Willie Desjardins qu’il mérite sa place parmi les six premiers défenseurs des Canucks.

VANCOUVER | À 26 ans, Yannick Weber se bat encore pour obtenir un poste régulier dans la LNH. Il a comme objectif de prouver à Willie Desjardins qu’il mérite sa place parmi les six premiers défenseurs des Canucks.

«Je n’ai pas joué les trois premiers matchs de la saison, mais depuis ce temps, j’ai participé à toutes les rencontres», a affirmé Weber après l’entraînement matinal des Canucks, au Rogers Arena.

Depuis la blessure à Ryan Stanton, les Canucks misent sur une troisième paire de défenseurs à saveur suisse avec Weber et Luca Sbisa.

«J’ai une bonne chimie avec Luca, j’aime ça jouer avec lui, a dit le numéro 6. Sur le banc, je peux parler en allemand avec lui. On se connaît depuis longtemps. Nous avions joué ensemble pour la Suisse lors des Jeux olympiques de 2010, à Vancouver.»

Un bon différentiel

Depuis qu’il a intégré la formation, Weber n’a jamais joué moins de 14 minutes. Desjardins lui fait confiance avec un temps de jeu variant entre 14 et 17 minutes.

«Les derniers cinq ou six matchs, j’ai joué de bonnes minutes, j’ai eu de bonnes statistiques. Les entraîneurs veulent que je sois solide à cinq contre cinq. Je crois que je le fais, j’ai le meilleur différentiel de l’équipe. Je fais le boulot à cinq contre cinq, mais je vais aussi essayer d’être plus offensif.»

Avant la visite du Canadien à Vancouver, Weber avait obtenu une seule passe en six matchs, mais il présentait un différentiel de +4.

Le Suisse avait également hâte de renouer avec son ancienne équipe.

«C’est toujours agréable d’affronter le Canadien, j’ai gardé de bons amis au sein de cette équipe. Je parle encore à P.K. Subban.»

Stabilité recherchée

Au cours de l’été, Weber a paraphé un contrat d’un an d’une valeur de 850 000 $ avec les Canucks.

À sa première saison à Vancouver, il avait fait la navette entre la LNH et la Ligue américaine. Il avait joué sept matchs avec les

Comets de Utica et 49 rencontres avec les Canucks.

Il espère maintenant ne plus revivre ce scénario.

 

Commentaires