/news/politics
Navigation
Islande | Philippe Couillard

Un discours uniquement en anglais

Philippe Couillard, lors de son passage à la conférence Artic Circle en Islande.
Photo Charles Lecavalier, Le Journal de Québec Philippe Couillard, lors de son passage à la conférence Artic Circle en Islande.

Coup d'oeil sur cet article

REYKJAVIK – Philippe Couillard croit que «le monde entier sait que le Québec est francophone» et qu’il n’a pas besoin de parler le français dans les forums internationaux.
REYKJAVIK | Il n’est pas nécessaire pour le premier ministre du Québec de prendre la parole en français dans les forums internationaux, croit Philippe Couillard.

«L’important pour nous est que l’auditoire comprenne le message. Il n’y a pas de traduction simultanée ici. Je suis là pour parler du Plan Nord, pour parler du Québec, parler des occasions de développer ça en commun. Je pense que le message est bien passé et c’est ça le plus important», a lancé le premier ministre hier, lors d’un point de presse à Reykjavik.

Généralement, les premiers ministres du Québec prononcent toujours quel­ques phrases en français lorsqu’ils font une allocution publique à l’étranger, même lorsqu’ils s’adressent à un auditoire anglophone. M. Couillard a plutôt choisi de faire un discours uniquement en anglais lors de son passage à la conférence Arctic Circle.

Irrité

Lorsqu’un journaliste lui a demandé si, comme leader de la francophonie, il ne devrait pas en faire davantage pour faire rayonner la langue française comme langue internationale, il a répondu, irrité, que «le monde entier sait que le Québec est francophone».

«De la même façon que le monde entier sait que l’Islande parle islandais, que la Finlande parle… la langue de la Finlande et que leurs chefs d’État sont venus ici présenter en anglais», a lancé le premier ministre.

«Tout le monde sait que le Québec est francophone. Si on est rendu au point où il faut dire aux gens que le Québec est francophone, on a un problème», a ajouté M. Couillard, qui a ensuite mis abruptement fin au point de presse.

 
Commentaires