/lifestyle/books
Navigation
Livres

Une biographie sur Pierre Karl Péladeau

PKP, PQ, Peladeau
SIMON CLARK / JOURNAL DE QUEBEC

Coup d'oeil sur cet article

Alors que les rumeurs vont bon train quant à l’annonce imminente de sa candidature à la course à chefferie du Parti québécois, une biographie non autorisée sur Pierre Karl Péladeau se retrouvera sur les tablettes des librairies mercredi.

L’ouvrage, au ton élogieux, est rédigé par Frédéric Tremblay, un jeune auteur de 21 ans, étudiant en médecine à l’Université de Montréal.

Est-ce que le député de Saint-Jérôme est au courant de ce projet? «Je ne sais pas, avoue le jeune auteur. Mais j’ai hâte de voir sa réaction face au texte.»

Déjà auteur de quatre livres jeunesse, Frédéric Tremblay s’est intéressé à l’homme de 53 ans lorsqu’il s’est impliqué dans le mouvement étudiant.

«C’est un homme médiatique, mais il restait quand même dans l’ombre, il avait un côté mystérieux. Le mouvement étudiant québécois a fait ressortir une image plutôt négative de lui. Je me demandais d’où ça venait.»

Après avoir essuyé le refus de plusieurs éditeurs, Michel Brûlé, des Éditions Les Intouchables, de Québec, a tout de suite adopté l’idée. Frédéric Tremblay a donc mis la main à la pâte, à temps plein, pendant plusieurs semaines.

Rassemblement des faits

Il a basé ses écrits uniquement sur des articles qui ont paru au sujet de Pierre Karl Péladeau dans une multitude de journaux et de magazines, remontant à plusieurs années. Aucune entrevue n’a été réalisée avec les membres du clan Péladeau. Il décrit son livre comme «un rassemblement de faits» qui «dresse un portrait d’ensemble et projette une image plus positive de ce qu’il s’est dit dans le conflit étudiant et après qu’il eut fait le saut en politique, qui lui a valu des critiques négatives.»

Le livre fait état de son enfance, de son adolescence, des événements familiaux qui l’ont marqué, comme le suicide de sa mère, l’héritage de son père; il décrit également sa relation avec Julie Snyder tout en faisant un portrait de l’homme d’affaires.

Chaque chapitre est coiffé d’un titre qui témoigne du ton élogieux de l’auteur, qui emploie des mots tels que «prince», «roi» et «empereur».

Qu’a-t-il appris dans ses recherches? «Son intérêt pour sa vie de famille, son amour pour ses enfants, dit-il. On a l’image d’un homme froid et catégorique dans ses relations d’affaires, mais il a un côté chaleureux et émotif assez émouvant.»

Le dernier chapitre est consacré au saut en politique de Pierre Karl Péladeau, qu’il considère comme une «rupture significative» dans la carrière de l’homme d’affaires. Frédéric Tremblay affirme se dissocier du discours souverainiste.

L’auteur poursuit des études en médecine après avoir fait un détour en philosophie tout en s’adonnant à la littérature. Il fera paraître prochainement un récit de réflexion politique, Pour une droite romantique, et il planche sur d’autres projets de romans.

Le livre sera en librairie le 19 novembre et Frédéric Tremblay sera au Salon du livre de Montréal les 22 et 23 novembre.

Commentaires