/news
Navigation
Québec, capitale de la francophonie

«C’est en français qu’on se distingue»

Le maire Labeaume se tourne vers les communauté francophone d’Amérique

«C’est en français qu’on se distingue»
DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QU

Coup d'oeil sur cet article

Se disant «déçu» et rendu «amer» par les villes européennes, qui envisagent souvent la francophonie sous le seul angle économique, le maire Labeaume préfère se tourner vers les communautés francophones des États-Unis.

C’est du moins ce que Régis Labeaume a déclaré lundi, en marge de sa conférence intitulée Québec, capitale de la francophonie et donnée lundi midi devant les membres de la Société des relations internationales de Québec.

«Nous, à chaque jour, il faut se battre pour notre culture et notre langue. Eux ne pensent pas comme nous. Un citoyen de Lyon n’a pas peur de perdre sa langue. C’est pour ça qu’il utilise autant d’anglicismes, d’ailleurs.»

Du coup, le maire dit préférer concentrer ses efforts sur les 20 millions de locuteurs francophones d’Amérique. «On a un terrain de jeu assez large, a-t-il insisté. On va s’organiser entre nous.»

« Portail »

Accompagnant le réseau de villes francophones que M. Labeaume veut mettre en place, un «portail» sera mis en ligne à partir de l’automne 2015. Chacune des villes membres sera invitée à y dévoiler ses attraits.

Revenant sur l’image de marque (l’accent d’Amérique) dévoilée il y a une dizaine de jours, le maire de Québec a insisté pour dire que «c’est en français qu’on se distingue. Ne cherchez pas à traduire».

Appui

Par ailleurs, M. Labeaume a renouvelé son appui à l’ancienne gouverneure générale Michaëlle Jean, candidate au poste de Secrétaire générale de la Francophonie. Le vote aura lieu en fin de semaine au Sommet de la Francophonie de Dakar, au Sénégal.

Commentaires