/news/politics
Navigation
Réforme Barrette | Omnipraticiens

Barrette s’attaque aux médecins paresseux

Le salaire de ceux qui n’ont pas assez de patients pourrait être coupé de 30 %

Coup d'oeil sur cet article

Après la carotte, le bâton: Gaétan Barrette sort l’artillerie lourde et annonce une loi pour couper le salaire des médecins qui ne voient pas assez de patients.

Après la carotte, le bâton: Gaétan Barrette sort l’artillerie lourde et annonce une loi pour couper le salaire des médecins qui ne voient pas assez de patients.

«On a tenté d’augmenter le nombre de médecins, ça n’a pas marché. On a donné des augmentations substantielles, ça n’a pas marché. On a essayé des incitatifs, ça n’a pas marché. L’amélioration de l’accès à la première ligne ne peut plus passer par des dépenses supplémentaires», a lancé le ministre de la Santé lors de la présentation de son nouveau projet de loi.

Il menace les médecins qui n’en font pas assez de couper jusqu’à 30 % de leur salaire. «Le bâton s’en vient», a averti M. Barrette. En contrepartie, il estime que cette mesure permettra aux Québécois d’avoir un médecin de famille.

Le Dr Barrette, lui-même médecin spécialiste, critique particulièrement les médecins de famille, qui ne «travaillent pas assez». Près de 60 % des médecins de famille travaillent moins de 175 jours par an, pour une moyenne de 117 jours, déplore le ministre, qui ajoute qu’une «analyse sur une période de 15 ans montre une diminution constante du nombre de jours travaillés et du nombre de patients vu par jour travaillé.»

Fini la prime Bolduc

Face à ce constat d’échec, Gaétan Barrette change complètement la stratégie du gouvernement du Québec. Fini, par exemple, le régime «inefficace» de prime à la signature de patients qui a permis à Yves Bolduc d’empocher plus de 200 000 $.

Il ordonnera aux médecins de prendre en charge davantage de patients. Actuellement, dit le ministre, un omnipraticien qui a 10 ans d’expérience voit moins de 600 patients en moyenne. Il devra maintenant en avoir plus de 1000 à sa charge et il devra les consulter régulièrement. Le manque d’assiduité peut être puni par une compression salariale de 30 %.

Pertes financières

Si les patients d’un médecin de famille consultent à l’urgence ou vont à la clinique de jour sans passer par son bureau, il sera pénalisé. S’il ne fait pas son nombre d’heures minimums d’activités médicales particulières, il sera pénalisé. S’il ne prend pas en charge un minimum de patients déterminé par l’État, il sera pénalisé.

«On développe une pratique qui favorise l’accès à ses patients pour éviter une perte monétaire. Actuellement, il est plus payant de faire de l’urgence plutôt que de faire du cabinet», a expliqué Gaétan Barrette.

Le projet de loi 20 déposé hier à l’Assemblée nationale fait suite au projet de loi 10 qui abolit les agences de santé.


Fin de la gratuité pour la procréation assistée

Le projet de loi sur l’accès aux soins met également fin à la gratuité du programme de procréation assistée.

«Je vous annonce que notre gouvernement a également décidé de mettre fin à la couverture publique de ces actes», a lancé le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, en point de presse.

Le ministre interdit les activités de fécondations in vitro chez les femmes de moins de 18 ans et chez celles âgées de plus de 42 ans. De plus, «les activités de procréation assistée devront, dans certains cas, être précédées d’une évaluation psychosociale», a averti M. Barrette.

Crédit d’impôt

Pour garantir l’accès à la fécondation in vitro, qui coûte jusqu’à 5000 $, le gouvernement Couillard va mettre en place un crédit d’impôt proportionnel aux revenus d’un ménage. Ce crédit va rembourser de 20 % à 80 % du prix du programme.

Les conditions sont toutefois sévères. Un seul cycle d’insémination sera payé jusqu’à l’âge de 37 ans et les ménages qui ont déjà eu un enfant ou dont l’homme a été vasectomisé ou la femme ligaturée n’y auront pas droit. Les couples qui participent au programme devront par ailleurs prouver à l’État qu’ils ont eu auparavant des relations sexuelles.

«Le programme est ouvert à toutes et à tous, tant aux couples hétérosexuels qu’aux femmes seules, qu’aux couples de même sexe, hommes ou femmes. Une période minimale de relations sexuelles ou d’insémination artificielle serait exigée avant tout traitement de fécondation», a expliqué Gaétan Barrette.

131 M$

La proposition législative s’inspire en partie des recommandations dans le rapport du Commissaire à la santé et au bien-être, Robert Salois. Ce dernier suggérait des critères de resserrement qui permettraient des économies de 30 %.

En quatre ans, le programme québécois de procréation assistée a coûté 131 millions $ à la RAMQ et au régime public d’assurance médicaments. Il coûtera 70 M$ cette année. Québec espère économiser 48 M$ avec ces modifications.

- Avec la collaboration de Louis Gagné


MÉDECINS DE FAMILLE

  • 117 jours | Moyenne annuelle de journées travaillées par 59% des omnipraticiens.

  • 564 - 1000 | Augmentation demandée du nombre de patients pris en charge par un médecin ayant 10 ans de pratique.

  • 30 % | Diminution progressive du revenu si les cibles ne sont pas atteintes.

Commentaires