/opinion/blogs/columnists
Navigation

La lettre de Marc Lépine

Coup d'oeil sur cet article

Je sais que je pose un geste provocateur en publiant l'intégrale de la lettre de Marc Lépine en ce 6 décembre 2014.

Je ne l'avais pas relue en 25 ans. J'ai eu un choc. J'avais oublié à quel point la pensée de Lépine était claire, articulée, précise. Bien sûr qu'il était «fou», les gens équilibrés, aussi en colère soient-ils, ne tuent pas de sang-froid.  Mais il savait très bien ce qu'il faisait et surtout, pourquoi. N'en déplaise au ministre de la Justice fédéral Peter McKay qui a dit en chambre cette semaine «nous ne comprendrons peut-être jamais ce qui s'est passé, pourquoi c'est arrivé...».

Oui, on le sait. Lépine nous l'a dit.

Tout le reste, ce n'est que de la psycho pop à cinq cennes.

La misogynie n'est pas disparue

À chaque fois que j'écris sur les relations hommes-femmes, sur la haine des femmes, sur la violence contre les femmes, sur la culture du viol, sur les blogueurs des bas-fonds ou sur des jeux vidéos immoraux,  je reçois, tout comme mes collègues - je pense notamment à Sophie Durocher et à Denise Bombardier - des commentaires d'un mépris qui me déstabilisent à chaque fois.

Si l'immense majorité des hommes québécois ne pensent pas comme cela, et ne poseraient aucun geste violent envers qui que ce soit, homme, femme ou enfant, je ne comprends pas que cette haine des femmes modernes perdure et qu'elle continue de faire son chemin, même chez les jeunes.

Combien d'hommes - et des femmes - passent la journée du 6 décembre à nier que le geste de Marc Lépine avait un lien avec les femmes, même s'il en a tué 14 après les avoir séparées des gars.

Pire: 25 ans après Polytechnique, Marc Lépine fait fantasmer des gars bien de chez nous. Pas des intégristes religieux venus des sables du désert. Nul besoin de chercher bien loin sur Internet pour les repérer. Ils sont peu nombreux, me direz-vous ? Vrai, Mais un, c'est trop. Nous le savons trop bien.

Sans jamais vouloir imiter Marc Lépine, combien vont hocher la tête en lisant sa lettre en se disant qu'il avait bien raison sur le fond, que les femmes prennent trop de place dans notre société, place qui revient aux hommes ?

Si les balles de sa carabine ont fait les trous dans les chairs, son ressentiment envers les femmes aura servi de gâchette.

Excusez les fautes. J'avais 15 minutes pour l'écrire (Voir aussi Annexe) 

Veillez noter que si je me suicide aujourd'hui 89/12/06 ce n'est pas pour des raisons économiques (car j'ai attendu d'avoir épuisé tout mes moyens financiers refusant même de l'emploi) mais bien pour des raisons politiques. Car j'ai décidé d'envoyer Ad Patres les féministes qui m'ont toujours gaché la vie. Depuis 7 ans que la vie ne m'apporte plus de joie et étant totalement blasé, j'ai décidé de mettre des bâtons dans les roues à ces viragos.

J'avais déjà essayés dans ma jeunesse de m'engager dans les Forces comme élève-officier, ce qui m'aurais permit de possiblement pénétrer dans l'arsenal et de procédé Lortie dans une rassia. Ils m'ont refusé because associàl. J'ai donc attendu jusqu'a ce jour pour mettre à exécution mes projets. Entre temps, j'ai continué mes études au grès du vent car elles ne m'ont jamais intéressée sachant mon destin à l'avance. Ce qui ne m'a pas empécher d'avoir de très bonnes notes malgré ma théorie de travaux non remis ainsi que la carence d'étude avant les examens.

Même si l'épitète Tireur Fou va m'être attribué dans les médias, je me considère comme un érudit rationnel que seul la venu de la Faucheuse on amméné à posé des gestes extrèmistes. Car pourquoi persévéré à exister si ce n'est que faire plaisir au gouvernement. Etant plûtot passéiste (Exception la science) de nature, les féministes ont toujours eux le dont de me faire rager. Elles veulent conserver les avantages des femmes (ex. assurances moins cher, congé de maternité prolongé précédé d'un retrait préventif, etc.) tout en s'accaparant de ceux des hommes.

Ainsi c'est une vérité de la palice que si les Jeux olympiques enlevaient la distinction Homme/Femme, il n'y aurait de Femmes que dans les compétitions gracieuses. Donc les féministes ne se battent pas pour enlever cette barrière. Elles sont tellement opportunistes qu'elles ne négligent pas de profiter des connaissances accumuler par les hommes au cours de l'histoire. Elles essai toutefois de travestir celles-ci toute les fois qu'elles le peuvent. Ainsi l'autre jour j'ai entendu qu'on honoraient les canadiens et canadiennes qui ont combattus au front pendant les guerres mondiales. Comment expliquer cela alors que les femmes n'étaient pas autorisés à aller au front??? Va-t-on entendre parler des légionnaires et galériennes de César qui naturellement occuperont 50% des effectifs de l'histoire malgré qu'elles n'a jamais exister. Un vrai Casus Belli.

Désoler pour cette trop compendieuse lettre.

Marc Lépine

Annexe

[Suit une liste de 19 noms]

Ont toutes Failli disparaitre aujourd'hui. Le manque de temps (car je m'y suis mis trop tard) à permis que ces féministes radicals survives.

Alea Jacta Est

 

62 commentaire(s)

patrick dit :
6 décembre 2014 à 10 h 19 min

Vous dites vous memes qu'il etait fou et vous le prenez comme representatif d'une societe pour extrapoler. Les societes matriarchales sont-elles plus justes, moins violentes, plus egaliataires.... Et cette tendance a utiliser les dates anniversaires pour relancer un debat qui devrait etre un debat de tous les jours (avec des causes, des propositions concretes.....). Aucune proposition concrete dans votre pamphlet. Allez vous faire un autre billet a ce sujet en 2039?

honorable dit :
6 décembre 2014 à 10 h 20 min

En fait, je me suis toujours demandé pourquoi il y avait des compétitions pour homme et des compétitions pour femmes au Curling. Il me semble que les féministes devraient lutter pour l'égalité au Curling, non? Elles l'ont, je crois, aux échecs et en équitation.

Gilles Bousquet dit :
6 décembre 2014 à 10 h 29 min

Il aurait été préférable qu'il se contente de se tirer une balle dans sa tête malade et frustrée, incapable de s'ajuster, il a voulu ajuster les autres qu'il enviait. La jalousie même à tout ce qui est vilain.

joe blow dit :
6 décembre 2014 à 10 h 43 min

la lettre de cette individus pourrait facilement en ce jours etre attribué, mais au lieu de hair les femmes l on pourrais hair les communauté religieuse qui essaye de changé et refuse notre mode occidental et democratique. Donc la haine ou le nom respect des autre suite a des frustation a cause de nos differences revienne souvent en jeux.Que cela soit une exemple qu une charte des valeurs se doit d etre en place mais approuvé par referendum, et que les immigrants ait l obigation de s y soumettre...

Ginette L. dit :
6 décembre 2014 à 10 h 44 min

C'est du délire! Ce jeune homme souffrait certainement de graves problèmes de persécution.

David dit :
6 décembre 2014 à 10 h 49 min

Avec certains hommes c'est peine perdu. Ceux qui mettent sans cesse la faute sur les féministes sont des looser. comme homme ce genre d'homme me fait suer. Ce sont des hommes immatures et insignifiants. Je suis certain qu'ils n'ont jamais lu un livre sur le féministe. Ils ne font jamais de réflexions et ils se croit homme quand en fait ce sont des guénilles.

Heureusement dans mon entourage j'ai des amis qui agissent en homme et ils discutent avec les femmes au lieu d'accuser et agir en idiot.

Les relations hommes femmes ne sont pas toujours facile, mais je ne crois que se sentir persécuter est une solution.

jackwood dit :
6 décembre 2014 à 10 h 56 min

Aujourd`hui, ça serait le parfait candidat pour rejoindre L`EI.

A.Guilbert dit :
6 décembre 2014 à 10 h 56 min

Je me suis toujours demandé pourquoi tous les médias ont mis l'emphase sur le nom marc Lépine ( il est bien né Gamil Liass Gharbi ) alors que sa sœur a toujours porté le nom de Nadia Gharbi ; Ils ont bien le même père et la même mère qui étaient tous les deux musulmans à sa naissance ( En effet une non musulmane doit se convertir à l'islam si elle désire épousé un musulman )

On dirait que tout a été fait pour occulter toute la question musulmane de sa culture pour ne retenir que sa seule appartenance québécoise.

Pourtant la misogynie est omniprésente dans l'islam et il me paraitrait normal de rappeler l'impact qu'une telle culture a pu avoir sur la façon de voir et de penser de ce jeune homme

Shawn Lalande McLean dit :
6 décembre 2014 à 11 h 01 min

Marc Lépine était vraiment une personne méchante car dans toute sa conscience il voulait tuer. Sa lettre comprends de nombreuses références en latin alors je préfères songer qu'il était délirant. C'est un mystère de la vie à quel point certains peuvent êtres méchants, tout comme les bourreaux de l'État islamique en ce moment. C'est plate que j'utilises ce contexte pour m'exprimer mais on dirait que le contexte n'apparait jamais pour dire ce que je vais dire: les féministes ne parlent pas nécessairement au nom de toutes les femmes et selon moi, elles ont totalement raison d'êtres mécontentes. Cela dit, pourquoi pas laisser tomber les étiquettes et parler au nom de la justice. Souligner que certains humains ne sont pas représentés autant que d'autres sur le plan social, économique et même intellectuel. Et surtout, que si on parles d'égalité comment se fait-il que depuis 40 ans les choix se sont rétrécis car dorénavant on doit être 2 adultes à travailler pour financer une vie de famille. Je crois que le féminisme à servi le système et pour le reste qui ne servait pas a été mis de côté. Ainsi, les élites occidentales ont pû doubler la masse de leurs travailleurs du jour au lendemain afin de faire face à la compétition du tier monde, notamment la Chine. Qui gagne perds et qui a gagné gagnera infiniment!

Maec dit :
6 décembre 2014 à 11 h 02 min

Je suis d'accord avec Patrick.

Et encore une fois, on comprend mal le rapport. ....qu'est-ce que ce déséquilibré de Lépine a à voir avec les HOMMES?

Malheureusement, il arrive que le féminisme, comme tout mouvement, dérape. Je crois que s'en est un bon exemple ici, et que vous y participez de manière bien maladroite.

Vous dénoncez avec raison que les femmes sont parfois victimes de misogynie. Mais vous tombez dans le piège des féministes extrémistes et dans la misandrie, à votre tour, en tentant implicitement de lier l'acte de Lépine à un phénomène masculin.

Comprenez bien que c'est très méprisant pour nous les hommes. La très grande majorité des hommes protègent femmes et enfants, et de tous les temps avons tour à tour construit et défendu ce monde. Mais depuis quelques temps, quelques hystériques dans les médias tentent de rendre coupables par association tous les hommes de la planète. C'est d'un ridicule déplaisant et indécent.

D'ailleurs, dans la lettre de Lépine, celui-ci dit lui même qu'il a été refusé dans les Forces Armées ayant été considéré comme étant "asocial". On suppose que les Forces lui ont donné ce diagnostic. Or, il faut comprendre en quoi consiste la personnalité dite "asociale" en psychiatrie et en psychologie.

Ce type était tout simplement malade, un sociopathe, voire peut-être un psychopathe. Mais au lieu de noter sa maladie mentale, comme la rigueur vous l'exigeait, vous aussi préférez associer sa folie au fait d'être un homme.

Regis dit :
6 décembre 2014 à 11 h 05 min

"Si l’immense majorité des hommes québécois ne pensent pas comme cela, je ne comprends pas que cette haine des femmes modernes perdure et continue de faire son chemin même chez les jeunes."

Vous croyez que l'immense majorité des hommes pensent comme Lépine ?

C'est bien difficile de savoir ce que pense la majorité des hommes sur le sujet mais je dirais que pour le savoir, il faudrait laisser les gens s'exprimer. Moi-même pour savoir ce que je pense, il faut que je l'écrive.

Il faut laisser les gens s'exprimer donc, y compris ceux qui ont des pensées qui nous semblent au premier abord bizarres ou vulgaires. Mais comme Sophie Durocher est allée directement influencée le DPCP (Directeur des peines criminelle et pénales) et que ce gars m'a l'air d'un con catégorie A, qui peut être manipulé en, et par, un clin d'oeil, on ne pourra pas parler beaucoup ouvertement de la chose et avoir des exemples de fantasmes de gars sur une fille, les hommes vont avoir peur de se faire poursuivre par ce con.

Outre l'expression artistique, il y a l'auto-dérision aussi. Je note qu'il y a une émission d'humour ou il y a beaucoup de gars qui s'appellent "Les appendices", je ne l'écoute jamais mais quand j'entends le titre je me dis toujours que ça doit être en rapport avec ce que Freud disait à savoir que les femmes ont envie du pénis mais qu'elles considèrent l'homme attaché après comme un appendice de ce pénis... ;)

Et puis penser, c'est un grand mot. Si on vous humilie comme personne à cause de votre sexe, qu'on humilie votre famille en disant que votre père, vos frères, vos grands-pères et tous vos ancêtres étaient des gens rusés et mesquins qui ne voulaient dans la vie que le pouvoir sur les femmes (cf. éditorial de Micheline Lanctôt), j'imagine que ça devient difficile de penser. On tombe dans la réaction à ce moment-là.

En plus de l'expression artistique solitaire, de l'humour, ça prendrait des discussions aussi.

Stand dit :
6 décembre 2014 à 11 h 19 min

Ne serait-il pas mieux de regarder vers l'avenir pour développer des moyens pour contrer la violence sous toutes ses formes ?

le mécréant dit :
6 décembre 2014 à 11 h 50 min

@honorable; pas aux échecs, il y a des tournois féminins et des tournois masculins, god knows why.

Marie L. dit :
6 décembre 2014 à 11 h 54 min

La carte de Monique Lépine.

Dans les jours qui ont suivi le drame, j'avais retracé en recoupant des informations l'adresse de Monique Lépine (un condo près du Pont Jacques-Cartiier). Je lui ai envoyé une carte de condoléances en rajoutant quelques mots disant que je devinais à quel point sa douleur devait être grande d'avoir non seulement perdu son fls mais de l'avoir perdu aussi tragiquement et que j'espérais que des proches la soutiennent dans cette longue traversée du désert qui l'attendait.

Monique Lépine m'a répondu. Sur la carte que j'ai devant moi à l'instant il y a, du côté gauche, un extrait du Psaume 32, suivi d'une pensée.

LA SANTÉ SPIRITUELLE

Heureux celui que Dieu décharge de sa faute, et qui est pardonné du mal qu'il a commis ! Heureux l'homme que le Seigneur ne traite pas en coupable, et qui est exempt de toute mauvaise foi ! ...

Mais je t'ai avoué ma faute, je ne t'ai pas caché mes torts. Je me suis dit : « Je suis coupable, je dois le reconnaître devant le Seigneur.» Et toi, tu m'as déchargé de ma faute.

Voilà pourquoi tous les fidèles devraient t'adresser leur prière quand il en est temps.

Je vais t'enseigner et t'indiquer le chemin à suivre, dit le Seigneur. Je vais te donner un conseil, je garde les yeux fixés sur toi...

Le méchant se prépare beaucoup d'ennuis, mais le Seigneur entoure de bonté celui qui lui fait confiance. Psaume 32 -

Ce qui paraît dur pour notre orgueuil est essentiel pour notre santé spirituelle.

Marie L. dit :
6 décembre 2014 à 11 h 56 min

La carte de Monique Lépine (suite et fin)

Du côté droit de la carte, imprimé, un mot personnalisé de remerciements et... quelques lignes écrites à la main par Monique Lépine.

Pour votre support moral dans notre grande affliction suite au décès tragique de

Marc Lépine

vous avez su nous donner la force d'accepter cette grande épreuve avec plus de courage. Merci.

Monique Lépine et Nadia Gharbi -

(Puis, écrit de la main de Monique Lépine):

Dans ce temps d'épreuve, le Seigneur fidèle à ses promesses est mon soutien et mon Consolateur et je sais qu'Il me gardera tous les jours de ma vie.

Monique

André Guérard dit :
6 décembre 2014 à 11 h 59 min

Je suis né dans une famille où toutes les femmes dominaient. Ma mère, féministe avant l'heure, m'a toujours fait savoir que les femmes étaient plus intelligentes que les hommes qui sont sans cervelle disait-elle. J'en étais venu à détester le fait même d'être un homme, d'être un moins que rien. J'en étais malade psychologiquement. Je voulais être aimé de ma mère par dessus tout, mais je ne trouvais jamais grâce à ses yeux parce que j'étais du sexe des bourreaux. Suite à cette éducation sexiste, avec le temps et bien des peines, j'ai compris que les femmes dominantes n'étaient pas plus intelligentes que les hommes. La cruauté mentale faite chez les hommes, par certaines femmes dominatrices, est aussi dévastatrice et parfois meurtrière pour les hommes que la violence physique exercée par certains hommes sur les femmes. Ceci est mon expérience de vie gâché par une femme dominante et sexiste, elle n'implique en rien toutes les femmes dominantes de ce monde.

J-F. Couture dit :
6 décembre 2014 à 12 h 09 min

@Mme Ravary: «......la pensée de Lépine était claire, articulée, précise.....»

C'est drôle mais je ne vois pas dans ce texte -plein de fautes- ces trois qualités que vous prêtez à la «pensée» de Lépine.

J'y vois plutôt l'expression des frustrations d'un raté qui fait porter sur autrui (les féministes qui m’ont toujours gaché la vie) les causes de ses ratages.

Rien dans ce texte pour illustrer en quoi les «féministes» l'auraient empêché de vivre une meilleure vie. Les congés de maternité? Les Olympiques? Les primes d'assurance? Le refus de l'armée? Voyons donc!!

Et en quoi une poignée d'étudiantes en génie qu'il n'a jamais rencontrées de sa vie lui auraient-elles «gâché» cette vie?

Cela dit, le peu de renseignements qui ont fini par percoler sur sa famille dysfonctionnelle pour cause de mariage bancal, de père inapte, misogyne et violent peuvent expliquer, sans jamais excuser, la sombre extrémité à laquelle il est arrivé.

Mais de là à trouver «claire, articulée, précise» une missive aussi tordue, il y a une marge que je ne puis me résoudre à franchir.

Marc Laroche dit :
6 décembre 2014 à 12 h 16 min

Vous trouvez cette lettre claire, articulée et précise? Désolé mais c'est n'importe quoi. Vous rationalisez afin d'expliquer un geste qui vous dépasse. En fait, nous le faisons tous.

Je suggère à Peter McKay un ouvrage incontournable dans sa quête de compréhension. (À la condition que lui, contrairement à son ex-collège Flaherty , puisse déchiffrer la langue des pygmés du Québec).

Il s'agit de Manifeste d'un Salaud de Roch Côté. Écrit en 1992, l'ouvrage rigoureusement documenté, nous rappelle le climat de l'époque et remet en perspective les exagérations du féminisme de combat des années 70-80.

Attention! Rien ne saurait justifier la mort de ces jeunes filles et en aucun cas l'auteur (pas plus que moi) cautionne Lépine. En quelques minutes, ce pauvre type a brisé la vie de dizaines de familles. Épouvantable et injustifiable.

Soyons conscient par contre que deux lesbiennes radicale qui élève un garçon en collant le siège de toilette en position assis et en le méprisant dans tout ce qui fait de lui un garçon tout en lui préférant sa sœur, jouent avec le feu. Une caricature? Non, je décris un cas dans ma famille éloignée.

Déjà qu'a l'école primaire, les modèles masculins sont rares, ça donne des garçons sans repères et carencés au niveau affectif. S'ajoute à cela le manque de confiance en soi et une difficulté à gérer ses émotions. On se retrouve avec des candidats parfait pour la toxicomanie, le suicide ou les gestes d'éclats violents. La plupart meurent en silence, d'autres non.

Nos garçons réussissent moins bien que nos filles à l'école. C'est un indice sur la façon dont l'enseignement est mal adapté à eux. Dans notre société de l'égalitaire et du relativisme culturel où la théorie du genre gagne du terrain, on a perdu de vue une notion pourtant fondamentale: les garçons et les filles sont différents.

Ceci dit, j'ai bien peur que l'on ne trouveras jamais de réponses satisfaisantes au cas Lépine.

Jacques René Giguère. dit :
6 décembre 2014 à 12 h 22 min

Vouloir faire de Marc Lépine (ou n'importe quel de ses noms que vous préférez) est absurde. La société des hommes l'a rejeté comme incompétent. L'institution la plus machiste, l'armée, l'a rejeté. Qu'il ait blâmé les "femmes",les "féministes",whatever, montre l'ampleur de son incompétence, pas la subtilité de son raisonnement. On répète: les hommes l'ont trouvé déficient. Ils n'en n'ont pas fait leur héros ,sauf d'autres perdants comme lui.

Marie L. dit :
6 décembre 2014 à 12 h 30 min

Lépine est né à Montréal et baptisé dans la religion catholique Gamil Rodrigue Liass Gharbi. Il est le fils d'une infirmière canadienne et d'un businessman né en Algérie, musulman non-pratiquant. Sa mère, Monique Lépine, est une ex-religieuse catholique qui a quitté le couvent. Marc Lépine n'a pas reçu d'enseignement religieux durant son enfance et sa mère le décrit comme athée toute sa vie.

Source: The Globe and Mail, Dec. 06 2009 Norman Spector, Anniversary of a massacre

John dit :
6 décembre 2014 à 12 h 48 min

Quand un homme tue, c'est un Fou! Quand une femme tue,c'est une dépressive! Comme disait Martineau

L'état dépense 20x plus pour des organismes féminins,alors que l'homme est pointé du doigt .

Alain Gagnon dit :
6 décembre 2014 à 12 h 48 min

Il a beau être fou ce type mais j'ai quand même de la difficulté de comprendre se qui se passait dans la tête de ce malade . Besoin de soin , d'être écouter , peut-être mais il aurait pu crier de l'aide envers les intervenants sociaux et psychologue au lieu d'enlever la vie a de pauvres femmes sans défense .

Denis dit :
6 décembre 2014 à 13 h 04 min

Allez lire les textes de madame Lépine sur Top Chrétien...

'' En 1981, j'ai accepté le Seigneur avec un ami suisse. C'était vraiment un langage nouveau pour moi. Dieu devenait enfin accessible. Il était mort pour moi et Il voulait me donner une vie en abondance. Le plus difficile fut de mettre les pieds dans une église évangélique. J'étais venue avec cet ami et le pasteur avait pris mes coordonnées. Je voulais retourner à l'église mais, seule, j'en étais incapable. J'étais gênée car les églises étaient petites et dès qu'un nouveau entrait, on se faisait regarder comme une proie sur laquelle tous les prédateurs voulaient se jeter. À Noël, le pasteur m'a invité personnellement pour me joindre à eux pour le dîner de Noêl. Ce que j'ai fait avec les enfants. Par la suite, ma soif était tellement grande que j'allais à toutes les réunions. De leur côté les enfants, déjà adolescents, venaient seulement aux activités spéciales. Il y avait peu de jeunes dans les églises et ils trouvaient cela monotone, car il n'y avait rien pour attirer la jeunesse. Je me rappelle encore du premier sermon que j'ai entendu : « Rejetez donc toute méchanceté et toute fraude, l'hypocrisie, l'envie et toute médisance, désirez comme des enfants nouveaux-nés le lait non frelaté de la parole, afin que par lui vous croissiez pour le salut, si vous avez goûté que le Seigneur est bon. » (1Pi 2 :1-3)

'' Je dévorais la Bible car je voulais tout connaître sur Dieu et après 10 mois de vie chrétienne, je suis allée suivre un certificat en Études Bibliques. Le soir quand j'étais à la maison avec les enfants, mon plaisir était de fouiller la concordance et de faire des études bibliques. J'ai eu le privilège de rencontrer des chrétiens matures qui ont décelé ma soif de Dieu et de sa Parole. ''

'' Le mercredi 6 décembre 1989, je me préparais à aller à ma réunion de prière. Je regardais les nouvelles en prenant une bouchée, et voilà qu'on nous annonçait qu'un tireur-fou...

Nelson dit :
6 décembre 2014 à 13 h 14 min

'' ce qui s’est passé, pourquoi c’est arrivé...». on le sait. Lépine nous l’a dit ''

Nous ne savons rien, parce que nous ne pouvons pas évaluer Marc Lépine, parce qu'il n'est plus parmi nous.

Des lettres comme la sienne et des dynamiques familiales comme la sienne il y a à la tonne, mais ça ne finit pas en meurtre nécessairement.

Denis dit :
6 décembre 2014 à 13 h 27 min

C'est juste un discours de moron ordinaire mais qui devient un délire et se transforme en mission...

Q'est qui l'a conduit jusque là ? Ceux qui l'ont connu outre sa famille pourraient peut-être nous éclairer...

SON rapport avec les femmes. Sa récupération d'un discours misogyne pour expliquer ses déboires personnels. Que faisait-il avec une arme à feu ? Vouloir devenir élève-officier pour faire la même chose que Lortie mas à un autre niveau ? Était-ce vraiment le cas ?

Il ressentait peut-être de la colère depuis plusieurs années. Sa mère, elle, était dans ses études bibliques avec l'église évangélique.

diane veilleux dit :
6 décembre 2014 à 13 h 33 min

Marc Lépine alias Gamil Liass Gharbi! Tout de même étrange qu'anti féministe au point de vouloir les massacrer il ait pris le nom de sa mère au lieu de son père!

Jean-Yves Marcil dit :
6 décembre 2014 à 13 h 40 min

Peu importe si Marc Lépine souffrait d'une quelconque maladie; peu importe s’il était plein de haine pour des femmes ou même pour toutes LES femmes; peu importe le nombre de victimes qu'il a faites; peu importe tout ce genre de raisonnements , Marc Lépine n’était qu’un individu qui appliquait en son nom personnel sa haine personnelle et/ou sa folie personnelle à 14 étudiantes innocentes de Poly en décembre 1989. Jamais il n'a été le porte parole des mâles misogynes ni même tout simplement représentant des autres hommes de l'humanité. Les 14 tuées à Poly sont des victimes innocentes ... des victimes ce qui n'en fait pas des martyres décédées pour une cause quelqu’elle soit.

Denis Caron dit :
6 décembre 2014 à 14 h 16 min

Billet encore une fois hautement décevant, fallacieux et manipulateur. Sexiste même.

Pourquoi?

Sûrement malade, Marc Lépine. Profondément. Malade dans le sens de nécessitant un urgent support médical. N'eût été de sa prétendue misogynie (aucun rapport médical n'y atteste), le malade Lépine se serait probablement flingué autrement, au nom d'une autre "cause"; fou de Dieu, contre l'autorité patronale, conflit familial, etc. Ou simplement suicidé seul pour fuir sa détresse.

Bien sûr que la misogynie n'est pas disparue. Ni toutes les autres pathologies, d'ailleurs. L'humain est très complexe et mérite davantage qu'un vil billet récupérateur, complètement déplacé dans les circonstances. Braquer l'homme contre la femme est ridicule dans les circonstances.

Déplacé aussi dans les circonstances parce que 14 filles sont décédées bêtement il y a 25 ans. Elles mérites un réel recueillement. Un recueillement digne, dénué du triste vacarme politique à l'agenda tordu de certaines grandes gueules médiatiques.

Maxime Prévost dit :
6 décembre 2014 à 14 h 20 min

Il faut se méfier des gens qui ont une très haute estime de leur intelligence et de leurs capacités, même sans résultat concrets pour appuyer leurs prétentions. Lépine se qualifiait «d'érudit», se vantait de ses résultats scolaires malgré son manque d'effort; je suis certain que ses résultats étaient mauvais, au mieux moyens: il ne sait pas écrire et tout est approximatif dans son discours.

Sont-ce les femmes qui l'ont empêché d'apprendre à écrire?

Arsene66 dit :
6 décembre 2014 à 14 h 33 min

@ André Guérard

Effectivement, les femmes «dominantes» ne sont pas plus intelligentes que les hommes «dominants», ils sont également cons !

Touchante, votre histoire.

carlos dit :
6 décembre 2014 à 14 h 53 min

Il est né avec la haine !

michel gendron dit :
6 décembre 2014 à 15 h 27 min

Une chance qu'il y a un 7 décembre sinon il y aurait surement une chasse à l'homme. L'humain porte le fardeau des erreurs pas seulement vous mesdames!

Le prophète dit :
6 décembre 2014 à 15 h 34 min

Deux commentaires. Il faut avoir vécu le début des années 90 pour avoir entendu, de la bouche des grandes féministes québécoises, que tous les hommes étaient porteurs de cette haine et de cette violence. De là vient la réponse toute appropriée de Roch Côté dans son Manifeste d'un beau salaud.. Il aura fallu Denise Bombardier, vers 95,pour nous dire que Lépine était un cas isolé, malade, pour en finir avec ce féminisme hystérique. Seule une femme pouvait à cette époque exprimer une opinion comme celle-là. 2. Vers la fin de l'année 99, au tournant du millénaire, pour faire le bilan du féminisme, la même Denise Bombardier a cloué définitivement le bec à Françoise David, comme égérie féministe, avec son argument du deux poids deux mesures pour juger le meurtrier, femme ou homme. Si c'est une femme, c'est une malade ayant besoin d'aide, de soutien et si c'est un homme, c'est un violent, un sociopathe, un asocial.

Nico d.j dit :
6 décembre 2014 à 15 h 43 min

Lépine n'était pas le gros méchant loup, qualificatif que l'on veut bien insinuer, à mes yeux, il se définissait comme vulnérable. Il ne faut pas faire l'erreur de se complaire comme victimes collectivement ( en tant que féministe) suite à cet événement. Après tout ce ne sont pas seulement les femmes qui vivent de la violence. Des enfants, des aînés, toute personne en condition de vulnérabilité et même des hommes en subissent également. Mais il faut aussi réaliser que parallèlement et cela s'applique surtout aux pays occidentaux , que les femmes sont en MAJORITÉ respectées et qu'elles prennent leur place, il y a eu beaucoup d'amélioration. C'est bien beau de rechercher à être l'égale des hommes mais il ne faut toujours pas oublier qu'on est différentes. Les hommes ont des points forts que les femmes n'ont pas et l'inverse s'applique aux femmes. Alors être égales ne veut pas dire copie conforme.

Ccrochetdroit dit :
6 décembre 2014 à 15 h 44 min

''Sans jamais vouloir imiter Marc Lépine, combien vont hocher la tête en lisant sa lettre en se disant qu’il avait bien raison sur le fond, que les femmes prennent trop de place dans notre société, place qui revient aux hommes ?''

Wow J'écrirais la même chose sur les femmes et j'aurais la police à la maison le temps de le dire. Très insultant et complètement faux. Cette tragédie a rendu la majorité des hommes Québécois très malaisés. À cette époque on a passé pour une gang de tueurs en puissance dans tous les médias de la province.

Pourtant Mme Ravary, je ne généraliserai pas comme vous et les groupes féministes qui entretiennent cette fausseté lorsque vous dites que Marc Lépine alias Gamil Ghardi ne s'en est pris qu'aux femmes Québécoises. Nous sommes au Québec ici.

L'avancement des femmes dans notre société s'est fait par le combat ardue de pionnières mais aussi par des hommes qui les appuyaient. Ces femmes qui sont mortes, 14 au total, étaient l'université grâce au combat ardue que ces hommes et principalement ces femmes Québécoises ont menés.

Vous pouvez nous ramener les exceptions tant que vous le voulez mais en s'attaquant à ces femmes Marc Lépine s'est attaqué aux valeurs que l'ont s'est donné comme société. En fait les femmes n'ont pas été les seules victimes et ça vous le savez bien. Mais ça jamais vous ne l'admettrez.

EL. Liberté dit :
6 décembre 2014 à 16 h 20 min

Et quesque que vous dite de la violence des femmes envers les hommes.

popole dit :
6 décembre 2014 à 16 h 53 min

Son instruction et son intelligence donnent froid dans le dos

Daneau dit :
6 décembre 2014 à 17 h 02 min

Mme Ravary,

En cette journée commémorative, je tiens à affirmer ceci:

Je suis un homme. Je ne suis pas Marc Lépine. Je ne suis pas non plus une variante quelconque de Marc Lépine. Je refuse que l'on m'associe à cet être. Je refuse que l'on mette dans la même catégorie que lui sur la seule base que nous sommes du même sexe. Jamais il n'a agit en mon nom personnel et jamais il n'a agit au nom de tous les hommes.

N'oublions jamais qu'il y a 25 ans, c'est lui, ET LUI SEUL, qui a fait le choix de poser ces gestes odieux.

Yves dit :
6 décembre 2014 à 17 h 08 min

Première fois que je lis cette lettre, est-ce que des psys ou autres ont analyser ses écrits pour essayer de deviner pourquoi cette haine des femmes ? Est-ce des journalistes ont tenter de remonter l'histoire de la vie de ce gars-la pour comprendre comment en est-il arriver a faire ça ? Me souvient d'un article de Lysiane Gagnon a l'époque, elle avait dit que Lépine tirait avec son arme a feu et que soudainement, il a voulu en finir avec une victime qui était pas morte a ses pieds avec un couteau et en la poignardant, c'est la qu'il s'est rendu compte de ce qu'il venait de faire et s'est suicider, parait qu'il aurait Oh Mon Dieu qu'est-ce que j'ai fait ? Gagnon expliquait dans son article que tirer quelqu'un a distance avec une arme a feu c'est pas comme poignarder la victime, la tu la touche, tu ressens quelque chose, alors qu'a distance, c'est comme dans un jeu vidéo, tu sens rien, enfin quelque chose du genre.

Cyril Dionne dit :
6 décembre 2014 à 17 h 38 min

Merci madame Ravary de publier cette lettre.

Le féminisme se conjugue toujours sans retour avec l'égalité homme-femme et la tolérance envers les minorités sexuelles dans une société démocratique et moderne. Nos idéaux démocratiques vont toujours à l'encontre des dogmes religieux archaïques et se butent tête première contre ceux-ci. Voilà le discours qu'on devrait entendre et qu'on n'a pas entendu suite à la tuerie de la Polytechnique. Et heureusement, la très grande majorité des hommes ne sont pas des Marc Lépine.

Et après avoir lu toutes sortes de commentaires excusant le comportement meurtrier d'un certain Marc Lépine en le traitant de victime, de grâce, lâchez-nous avec l'individu inadapté dans une société individualiste. Marc Lépine et sa mère ont été abusés physiquement et psychologiquement par le père algérien musulman de celui-ci et époux de celle-ci. Et c'est peut être à cause de l'incapacité de sa mère québécoise de le protéger que Marc Lépine, dans un sens tordu du syndrome de Stockholm, en est arrivé à la conclusion que les femmes étaient inutiles et opportunistes et que son père, même s'il était le bourreau de tous ses cauchemars, représentait l'idéal humain.

Et au nom de la Sainte rectitude politique, personne n'a osé questionner l'origine de cette misogynie maladive de Marc Lépine. Dans notre société, plusieurs gens, hommes ou femmes, peuvent être considérés comme des inadaptés sociaux, mais ceci n'en fait pas des meurtriers. Et la réconciliation est toujours plus facile à faire lorsqu'on fait face à nos démons.

patrick dit :
6 décembre 2014 à 17 h 38 min

Sérieusement je suis fatigué d'entendre toujours les même affaire a tv, 1er anniversaire, 2e, 3e, 4e, 5e, et la 25e ok, pourquoi ne pas remémorer une fois chaque 5 ans ou 10ans.

Chaque année sa donne juste des idées au fou, et vraiment, comme dawson faut tu en parler chaque année, je crois que non ! si on commence a remémorer tout les morts tués par des fou nous avons pas fini d'être dans la morosité.....

Nous sommes en 2014 nous savons tous que le statu de la femme a changé au Québec, plusieurs femme occupe des postes important et c'est bien ainsi.

Bravo mais trop en parler c'est comme pas assez.

Yvette Lapierre dit :
6 décembre 2014 à 17 h 40 min

Je ne sais que penser devant ce drame même après toutes ces années. À lire les commentaires ici et ailleurs dans les journaux, il y a quand même quelque chose qui ressort maintenant et qui me questionne; la récupération faite de cet événement tragique par différents courants et causes. Les survivantes et les victimes collatérales agissent, veulent s'impliquer dans le concret pour que ces morts absurdes prennent sens dans le présent d'où elles, ces jeunes femmes, sont exclues à jamais afin qu'elles apportent, malgré leur disparition, une valeur positive à la société mais il s'agit quand même, malgré les bonnes intentions, d'une récupération à la cause féministe, au lobby du registre des armes à feu et à quoi d'autres? Ces 14 jeunes femmes sont mortes sans raison par l'acte fou d'un désaxé, il faut se souvenir d'elles, toujours, mais peut-on enfin les laisser en paix et cesse d'utiliser leur mort comme objet promotionnel?

Maec dit :
6 décembre 2014 à 18 h 12 min

@Le prophète dit : "la même Denise Bombardier a cloué définitivement le bec à Françoise David, comme égérie féministe, avec son argument du deux poids deux mesures pour juger le meurtrier, femme ou homme. Si c’est une femme, c’est une malade ayant besoin d’aide, de soutien et si c’est un homme, c’est un violent, un sociopathe, un asocial." ---------- D'ailleurs, il me semble que les sentences pour "les femmes qui ont tué leur mari", sont presque toujours des sentences bonbons.

Une femme peut tuer son mari, elle écopera probablement de 2 ans de prison, peut-être même avec sursis. En cour, on dira que ce n'est pas de sa faute si elle a tué....c'est que son mari ben y'était méchant....

Toute cette politique du 2 poids 2 mesures est, dans le fond, anti-féministe, car quel est le message? Le message c'est que la femme n'est pas l'égale de l'homme, n'est pas vraiment responsable de ses actes juridiquement, et est une enfant devant la loi.

À un moment donné va falloir se brancher. La femme est-elle l'égale de l'homme face à la loi ou non?

Parallèlement à ces sentences bonbons, on déculpabilise également et souvent le rôle des femmes dans les mauvais traitements des enfants. Dans nombre de cas d'agressions sexuelles et physiques sur les enfants, la mère y assiste comme témoin et sur plusieurs années. Il arrive trop souvent qu'elle n'intervienne pas, voire il arrive qu'elle y participe. Mais encore une fois, il n'y a pratiquement pas de conséquences légales pour elle.

Tiens, autre fait...l'autre jour dans un média étasuniens je lisais un article sur ces dizaines et dizaines de cas d'agressions sexuelles de jeunes femmes enseignantes sur des élèves masculins du secondaire, phénomène aussi au Québec. ...mais il ne m'est jamais venu à l'esprit de relier ces crimes à la gente féminine en général et à la "féminité".

Stéphane Gauthier dit :
6 décembre 2014 à 19 h 05 min

En 2014, aujourd'hui, seule une femme peut se permettre d'écrire publiquement un texte à ce point sexiste et tendancieux sans être congédiée.

Madame Ravary, votre réflexion est non seulement mince. Elle est méprisable.

Réal dit :
6 décembre 2014 à 20 h 30 min

J'ai connu la mère de Marc Lépine. Son beau-frère a été mon grand ami pendant plus de vingt ans et vous ne pouvez imaginer ce qu'il m'a dit sur elle durant toutes ces années. Il me parlait de Marc comme un petit génie, un bon petit gars et cela, des années avant le drame. Par son comportement, elle a fabriqué, un monstre et une suicidaire. C'était une mère absolument indigne. S,V,P. ne lui donner pas la parole, ne la plaignez pas, elle a fabriqué ce montre. Marc se vengeait de sa mère. Ces deux enfants se sont élevés tout seul en présence du pire exemple qu'une mère peut donner. Je sais de quoi je parle et je suis très surpris qu'elle ne se soit pas suicidé. Je sais que vous ne me publierai pas mais, c'est la vériré

A.Guilbert dit :
6 décembre 2014 à 21 h 09 min

@Marie L. : *( Il est le fils d’une infirmière canadienne et d’un businessman né en Algérie, musulman non-pratiquant. )

Etre musulman non pratiquant ne signifie nullement qu’il ne soit pas musulman de culture et de religion

Et c’est là le point que tout le monde veut occulter. La part de la culture musulmane dans ce massacre. ( lire misogynie )

Denis dit :
6 décembre 2014 à 22 h 49 min

Je trouve que la meilleure explication se retrouve dans un article du Ottawa Citizen du 8 février 1990, on peut le voir sur le site Canada.com .

Là on nous parle d'un de ses amis de jeunesse Jean Bélanger, de Gina Cousineau ou de Sylvie Drouin qui ont connu Lépine eux...

Les facteurs peuvent être nombreux.

L'achat de son arme à feu aussi quelques mois avant le massacre.

Quelqu'un de malheureux de puis plusieurs années en tous les cas et vivant plusieurs frustrations et adoptant des comportements bizarres.

Le registre des armes à feu l'aurait pas empêché de faire cela. Aurait-il pu alors demander de l'aide ? Peut-être que oui ou non.

Quelqu'un pour lui servir de mentor plutôt que de s'isoler ?

Marie L. dit :
7 décembre 2014 à 0 h 52 min

@ A. Guilbert

Si son père avait été Algérien chrétien il aurait eu le même comportement. Cet homme endossait ce genre de comportement.

Tous les Algériens ne sont pas violents, Tous les Algériens ne rabaissent pas les femmes. Tous les hommes ne sont pas violents. Tous les hommes ne rabaissent pas les femmes.

Luc Papineau dit :
7 décembre 2014 à 1 h 22 min

Madame Ravary,

Comment pouvez-vous publier sur votre blogue des commentaires qui avancent des faits sans aucune vérification? C'est irresponsable et indécent.

Daniel dit :
7 décembre 2014 à 1 h 28 min

C'est cette lettre qu'il ne fallaient absolument pas montrer au grand public durant ces annees? y'a pas grand chose de renversant...

Daniel

France H. dit :
7 décembre 2014 à 6 h 19 min

@A.Guilbert, 6 décembre 2014, 10 h 56 min.

Vous m'enlevez les mots de la souris. Vrai, pourquoi l'appeler "Lépine" ? Je le sais très bien pourquoi, tout le monde le sait. Et c'est justement pour ça que ça m'agace.

Je l'ai pas lu, sa maudite lettre. Je la lirai jamais. Il ne mérite surtout pas cet honneur.

Raynald Collard dit :
7 décembre 2014 à 8 h 08 min

Je suis un homme. Chez Wallmart, en Floride, ce sont toujours des hommes qui fréquentent le comptoir des armes et les petites carabines bleues offertes aux garçons de 5 ans sont toujours en rupture de stock, mais pas les roses pour les petites filles.

Où je veux en venir? C'est que nous les gars, on aime fréquenter les rayons de la chasse aux testostérones. Nous croyons toujours, À TORT, pouvoir régler nous-mêmes, et sans l'aide de personne, nos problèmes de couple, nos déceptions de toutes natures, nos angoisses...

Je suis un martien qui, lorsqu'il souffre, se réfugie dans sa caverne pour réparer son moteur. Je suis un cowboy solitaire au passé sombre qui aime s'éloigner dans le soleil couchant. un bon cowboy, c'est fier, c'est un grand enfant, ça déteste perdre la face, ça ne veut pas chercher l'aide des autres, un bon cowboy, ça se sent déchiré dans les solutions.

Voilà, j'ai vieilli, j'ai compris.

Alain Sirois dit :
7 décembre 2014 à 9 h 13 min

Pauvres femmes du Québec.

Karine L dit :
7 décembre 2014 à 13 h 34 min

Je me fiche de savoir qu'il était un homme, qu'il méprisait les féministes, qu'il venait d'une famille dysfonctionnelle, que sa mère était absente, que son père était violent, qu'il était malade, qu'il, qu'il, qu'il... Aucune de ces raisons de justifie un tel acte, une telle haine, une telle cruauté. C'était un être faible qui a préféré faire porter le poids de ses échecs et de sa rancœur aux autres plutôt que d'en prendre la responsabilité.

Je suis entourée d'hommes qui ne méritent en aucun cas d'êtres associés à cet esprit malsain sous prétexte que ce sont des hommes. Je suis entourée d'hommes qui ne se sentent pas menacés par la gent féminine et qui au contraire, travaillent avec elle pour bâtir la société de demain. C'est ensemble qu'on y arrivera et une grande majorité des hommes et des femmes l'ont compris.

Philippe dit :
7 décembre 2014 à 13 h 45 min

@ A. Guilbert

Entièrement d'accord avec vous. La rectitude politique des médias et d'une certaine gauche au Québec est quasiment maladive.

Jocelyn Bonnier dit :
7 décembre 2014 à 14 h 58 min

Vous trouvez cela « articulé » vous?

C'est plutôt incohérent son discours, déconnecté et délirant.

Le prophète dit :
7 décembre 2014 à 16 h 14 min

@Karine L Je suis plutôt d'accord avec vous: peu importe les raisons de son geste, rien ne peut justifier une telle barbarie. Et la très grande majorité des hommes n'iront jamais emprunter ce chemin. ------------------------------------------ Autre commentaire. Dernièrement, en France, il y a eu agression violente d'un jeune couple appartenant à la communauté juive. Invasion de domicile, agressions multiples. Très vite, les représentants officiels de la communauté juive ont crié à l'antisémitisme et ils ont demandé aux politiques d'instaurer des mesures pour lutter contre ce qu'ils appellent une recrudescence d'actes antisémites. Je ne peux m'empêcher de constater un parallèle entre le réaction de ces élites juives et la réaction des féministes devant l'affaire polytechnique. Dans les deux cas, il y a victimisation de toute la collectivité impliquée, récupération politique et sociale. En fait, je pose la question: dans quelle mesure, à vouloir dénoncer un événement dramatique et vouloir l'éradiquer, ne sommes-nous pas entrain de l'alimenter?

G.Fecteau dit :
7 décembre 2014 à 16 h 50 min

A. Guibert A.Guilbert dit :

6 décembre 2014 à 10 h 56 min

«Je me suis toujours demandé pourquoi tous les médias ont mis l’emphase sur le nom marc Lépine ( il est bien né Gamil Liass Gharbi ) alors que sa sœur a toujours porté le nom de Nadia Gharbi ; Ils ont bien le même père et la même mère qui étaient tous les deux musulmans à sa naissance ( En effet une non musulmane doit se convertir à l’islam si elle désire épousé un musulman ) .On dirait que tout a été fait pour occulter toute la question musulmane de sa culture pour ne retenir que sa seule appartenance québécoise. Pourtant la misogynie est omniprésente dans l’islam et il me paraitrait normal de rappeler l’impact qu’une telle culture a pu avoir sur la façon de voir et de penser de ce jeune homme»

Et vlan! En plein dans les dents! Moi aussi c'est ce que je me suis toujours demandé. D'autant plus que je suis la tante de Hélène Colgan. Et oui, cette question a été occultée par les médias, exprès! La trouille de passer pour islamophobe! Ce qui a pour effet de faire croire que tous les hommes sont violents envers les femmes quelle que soit leur culture! J'ai eu un bon père qui protégeait ses enfants et qui n'a jamais levé la main sur ma mère ni sur aucun de ses enfants. Même chose concernant mes oncles qui respectaient leur femme et leurs enfants.

Denis lévesque dit :
7 décembre 2014 à 18 h 43 min

On peut lire dans les commentaires plusieurs points de vue intéressants et qui poussent la réflexion à un bon niveau. Je pense en particulier à certains éléments concernant la vie de Marc Lépine. Ce jeune homme avait une faible estime de lui-même. Un bon psychologue l'aurait recentré sur sa vie personnelle, pour qu'il puisse exprimer verbalement et avoir une vue plus objective de cette colère qui l'habitait et qu'il a dirigée contre des femmes qui incarnaient, pour lui, le féminisme. Personne ne peut s'improviser un psychologue de salon et savoir quelle importance ont eu les origines culturelles de son père, le divorce de ses parents, ses relations avec le sexe opposé. Qu'il soit misogyne n'explique pas pourquoi il l'était. Je ne suis pas intéressé à lire sa lettre. Un acte terroriste exclut du débat démocratique la personne qui le commet, débat qui existe par l'échanges des idées à la lumière de la raison. Certaines féministes récupèrent cet événement pour nourrir leur idéologie. Elles alimentent parfois la séparation entre les sexes et je pense que c'est malsain pour la société. Mais je sais que cela ne changera pas. Le féminisme est devenu une religion d'État. C'est aussi un lobby efficace, pinailleur et opiniâtre. Comme homme, il faut refuser l'expiation des péchés commis par les autres. Chercher de l'aide si on se sent mal psychologiquement. Ne pas se mettre en position de vulnérabilité par un comportement inapproprié ou en créant des alliances qui peuvent nous handicaper professionnellement et financièrement. Les hommes qui paient des pensions alimentaires à vie en savent quelque chose! J'aime croire que la plupart des femmes aiment les hommes, et que la plupart des hommes aiment les femmes, même s'il existe un antagonisme séculaire des sexes. Il faut composer avec nos différences, qui fait aussi l'intérêt de cette attraction, si nous voulons une société plus agréable à vivre.

A.Guilbert dit :
7 décembre 2014 à 20 h 57 min

@ Marie L.

Si son père avait été Algérien chrétien il aurait eu le même comportement. Cet homme endossait ce genre de comportement.

Vraiment ???? Vous prétendez qu'il existe une culture chrétienne tirée du Nouveau Testament commandant aux chrétiens de battre et de tuer les femmes ?

Pouvez vous nous donnez des détails ?

audrey dépault dit :
7 décembre 2014 à 20 h 58 min

Cette lettre nous confirme que Marc Lépine n'était qu'un grand malade. Qu'il impute aux femmes en général, son mal de vivre n'en fait pas un intégriste anti-féministe pour autant.

Lors de ces évènements, on a pointé du doigt tous les hommes en général, laissant entendre que tous à un certain degré cautionnait l'anti-féministe. C'était une récupération malsaine de cet évènement. Et toutes les commémorations tendent encore à perpétuer cet état d'esprit. Le tout me met très mal à l'aise. En faire ainsi un symbole est une grande exagération par rapport à ce qui s'est vraiment passé.

C'est très malheureux pour ces jeunes femmes qu'on a privé d'un avenir prometteur, mais c'est aussi malheureux de se servir de leur mort de cette façon.

On devrait mettre autant d'énergie à soigner tous ces malades qui sont des bombes à retardement.

Nelson dit :
7 décembre 2014 à 21 h 03 min

ENTREVUE À LA MÈRE AVEC JOURNALISTE HAROLD GAGNÉ, PUBLIÉ 6 DÉC. 2014,

Pourquoi Marc a-t-il fait ça? Est-ce que vous avez de nouvelles explications?

Je reste sur les trois hypothèses que j’ai dégagées pendant mes 17 ans de silence.

La première: est-ce que mon fils avait une maladie mentale qu’on ignorait? Parce que, dans ce temps-là, on ne diagnostiquait pas les maladies mentales comme aujourd’hui. Peut-être avait-il des tendances schizophréniques, et qu’il a fait ce geste-là en état de psychose, je ne sais pas.

Mais ça demeure une hypothèse parce qu’on ne peut rien prouver, et il n’avait pas été diagnostiqué comme tel.

Aujourd’hui, on met beaucoup ces meurtres-là sur la faute de la maladie mentale, et je me demande si on essaie de déresponsabiliser les personnes des gestes qu’elles posent.

L’hypothèse que je retiens le plus, c’est que mon fils avait certainement des blessures émotionnelles. C’est-à-dire des sentiments de rejet, d’abandon, de trahison, qui remontent à l’enfance.

À l’époque où j’ai laissé mon mari, mes enfants n’avaient que cinq ans et trois ans. Et je me suis longtemps posé la question: quel impact ça pouvait avoir sur un petit enfant d’être abandonné, de laisser sa maison, de ne plus voir son père?

Et puis, mon fils ne s’exprimait pas. Et tout ce qui n’est pas exprimé s’imprime à l’intérieur de toi.

Quand tu n’as pas réglé tes blessures de l’enfance, elles reviennent et tu vas réagir de la même façon.

Cela dit, il y a une troisième hypothèse qui me vient à l’esprit. Le fait qu’il ait mentionné «je hais les féministes». J’ai l’impression que mon fils a voulu se venger des femmes, probablement parce que les femmes l’ont fait souffrir.

Longtemps, je me suis demandé: est-ce que moi-même j’étais en cause? Parce que j’aurais pu passer pour une féministe.

Mais je ne pense pas que mon fils se serait attaqué à moi. Mais oui, souvent je me dis, est-ce que c’est vers moi que sa colère était dirigée ?