/news/education
Navigation

Le financement des universités pourrait être réduit de 144 M$

Un rapport suggère aussi de hausser les frais de scolarité des étudiants étrangers

Un comité sera chargé d’établir une nouvelle grille de financement en s’inspirant des coûts observés dans les neuf plus grandes universités québécoises dont l’Université Laval (ici le pavillon Louis-Jacques Casault).
Photo d'archives Un comité sera chargé d’établir une nouvelle grille de financement en s’inspirant des coûts observés dans les neuf plus grandes universités québécoises dont l’Université Laval (ici le pavillon Louis-Jacques Casault).

Coup d'oeil sur cet article

Un rapport recommande au ministre de l’Éducation de réduire le financement des universités de 144 millions et de majorer les droits de scolarité pour les étudiants étrangers.

Un rapport recommande au ministre de l’Éducation de réduire le financement des universités de 144 millions et de majorer les droits de scolarité pour les étudiants étrangers.

Le financement de la formation des étudiants québécois passerait de 2,27 milliards à 2,12 milliards, entre 2013-2014 et 2015-2016, suivant un rapport sur le financement des universités qui vient d’être rendu public. Les universités québécoises se disent sous-financées de 800 millions par année.

Nouvelle grille

Ce rapport avait été commandé par le gouvernement Marois à l’occasion du sommet sur l’enseignement supérieur tenu en février 2013 dans la foulée du conflit étudiant du printemps 2012. Les auteurs du rapport,Mme Hélène Tremblay et M. Pierre Roy, recommandent au gouvernement de répartir le financement des universités selon les coûts observés pour chaque discipline et chacun des trois cycles d’études.

Un comité d’experts sera chargé d’établir une nouvelle grille de financement en s’inspirant des coûts observés dans les neuf plus grandes universités québécoises: Universités de Montréal, McGill, Laval, Sherbrooke, UQAM, Concordia, HEC, Polytechnique et École d’études supérieures.

Étudiants étrangers

Il y aura des perdants, reconnaissent les auteurs. Les universités de taille modeste situées en région devront recevoir des ajustements, suggèrent-ils. Il s’agit des composantes de l’Université du Québec (hors Montréal), de l’INRS, de l’Université Bishop’s, de l’ÉNAP et de l’Institut des sciences de la mer de Rimouski.

Par ailleurs, les étudiants étrangers devraient payer plus cher pour étudier au Québec, suggère le rapport Tremblay-Roy. Ces droits de scolarité varient de 10 200 à 13 200 $ par année pour les champs d’études réglementés. Québec pourrait les augmenter progressivement à 14 690 $ et réaliser à terme des économies de 95 millions en 2020.Les droits de scolarité des étudiants québécois continueront à être indexés annuellement, a promis le gouvernement Couillard.


En bref

  • Financement pour l’enseignement aux étudiants en 2013-2014, 2,27 milliards;

  • Financement recommandé en 2015-2016, 1,12 milliard;

  • Augmentation droits de scolarité pour les étudiants étrangers et possibilité de générer des économies annuelles de 95 millions;

  • Nombre d’étudiants étrangers dans les universités québécoises; 33 000 sur un total dépassant les 225 000.