/news/currentevents
Navigation

Scandale des pots-de-vin au CUSM: la femme d'Arthur Porter plaide coupable

Porter
Ben Pelosse

Coup d'oeil sur cet article

Pamela Porter, conjointe de l'ex-patron du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), Arthur Porter, a été condamnée à deux ans moins un jour de prison, en plus de se faire confisquer de l'argent sale et des propriétés au montant de 5,5 millions $, jeudi après-midi.‎

La femme de 54 ans a plaidé coupable à une accusation de recyclage des produits de la criminalité, en marge du scandale des 22 millions $ en pots-de-vin ‎présumément versés par d'anciens cadres de SNC-Lavallin pour que la firme obtienne le contrat de construction de 1,3 milliard $ du super hôpital montréalais. Pamela Porter est restée impassible dans le box des accusés.

Elle évite ainsi la tenue d'un procès qui aurait pu aboutir à une peine plus longue et à la possibilité de se voir condamnée à des pénalités financières encore plus lourdes.

De plus, la poursuite a consenti à l'abandon de l'accusation de complot qui pesait sur elle.‎

Les détails entourant les faits de la cause, ainsi que les noms de ses coaccusés, ont été frappés d'une ordonnance temporaire de non publication par le juge Claude Leblond.

La nature exacte des sommes et des propriétés saisies ne peut être rendue publique. Me Paul Mercier, procureur chargé de récupérer ces produits de la criminalité, s'est réjoui que ces propriétés tombent maintenant aux mains de l'État.

Détenue

Pamela Porter s'est aussi vu créditer l'équivalent de neuf mois de détention provisoire déjà purgés et qui s'ajoutent à sa peine de deux ans d'emprisonnement.

Elle est détenue depuis ‎qu'elle a été arrêtée pour la seconde fois en l'espace d'un an et demi, le 3 septembre, par les enquêteurs de l'escouade Marteau, le bras policier de l'Unité permanente anticorruption (UPAC).‎

Les policiers et la Couronne a‎vaient alors établi que la somme de 250 000 $ que Mme Porter avait déposée devant le tribunal à titre de caution afin de recouvrer sa liberté provisoire, en juin 2013, provenait en partie des pots-de-vin allégués.

Extradée

Pamela Porter avait été appréhendée en mai 2013 au Panama, à sa descente d'un avion en provenance des Bahamas, alors qu'elle était visée par un mandat d'arrestation au Québec.

Elle n'a pas ‎contesté son extradition au Canada et a été amenée à Montréal le mois suivant. Disant souffrir d'un cancer du poumon depuis plus de deux ans, Arthur Porter est toujours détenu à la prison de La Joya.

Neuf accusés

Pamela Porter est la première à reconnaître sa culpabilité dans cette affaire.

Des accusations ont été déposées contre neuf personnes dans le cadre de cette enquête de l'UPAC, baptisée "projet Lauréat", dont plusieurs ex-cadres de SNC-Lavallin. Ceux-ci sont toujours en attente de procès, à Montréal.