/news/society
Navigation

Il y a 100 ans, des détenus arrivaient en Abitibi

spirit lake
Photos courtoisie Mary Manko fut la dernière survivante du camp Spirit Lake 1915-1917. Elle est aujourd’hui décédée. Le camp d’internement a été fermé en raison des abus de certains gardiens de prison après que des détenus eurent fait la grève pour se plaindre de mauvais traitements.

Coup d'oeil sur cet article

Le 13 janvier 1915, les premiers prisonniers arrivaient à Spirit Lake, le plus important camp d’internement de l’histoire du Québec, situé près d’Amos, en Abitibi. Ils y seront traités comme des esclaves pendant deux ans.

Lorsque le Canada est entré dans la Première Guerre mondiale, en 1914, une des premières mesures a été d’annoncer l’internement préventif de tous les citoyens provenant de pays ennemis.

Plus de 8500 personnes, dont 1200 à Spirit Lake, ont ainsi été emprisonnées en raison de leur origine ethnique. À Spirit Lake, 90 % des détenus étaient Ukrainiens, mais il y avait aussi des Allemands, des Turcs et des Bulgares.

En théorie, à Spirit Lake, le régime n’avait rien de tortionnaire et il était soumis à la Convention de La Haye, qui exigeait de traiter les prisonniers de guerre comme des soldats. Mais un rapport de 1915 indique que les soldats faisaient subir des sévices aux détenus. En 1916, les détenus ont fait la grève et se sont plaints de mauvais traitements.

Les prisonniers étaient obligés de travailler dans des conditions pénibles. On leur faisait défricher des terres agricoles, couper du bois de chauffage, récolter des légumes, etc. «Certains travaillaient aussi pour les notables de la ville d’Amos pour 25 sous par jour», raconte le président de la Corporation Spirit Lake, James Slobodian.

Les repas étaient le plus souvent composés de légumes pas frais et de viande avariée.

 

Hauts barbelés

En janvier 1915, des soldats canadiens enlèvent, ni plus ni moins, les citoyens ukrainiens qui se trouvaient majoritairement dans la paroisse Saint-Michel, à Montréal. On les a fait embarquer dans un train en direction de l’Abitibi, et on les a débarqués au camp d’internement de Spirit Lake.

La prison est entourée de hauts barbelés et les 200 gardiens sont armés. Il est pratiquement impossible de s’en échapper en raison de l’immense forêt qui entoure le camp.

Pendant les deux ans que le camp sera ouvert, trois détenus ont réussi à s’échapper. Deux évadés sont revenus d’eux-mêmes, victimes des mouches noires de l’Abitibi et de l’immensité du territoire. Le troisième a réussi à marcher environ 80 km sur la voie ferrée avant de se faire assassiner à Colombourg par un agriculteur.

Pas moins de 21 détenus sont décédés à Spirit Lake. Les visiteurs du Centre d’interprétation, situé à La Ferme, en Abitibi, peuvent d’ailleurs toujours visiter le cimetière qui avait été installé là.

 

Usines d’armements

À l’été 1916, le camp de Spirit Lake se vide de plus en plus. À court de travailleurs pour les usines, le gouvernement ordonne aux immigrants de travailler dans les usines d’armements.

«Le camp a été officiellement fermé en janvier 1917 en raison des abus de certains gardiens», a indiqué M. Slobodian.


Fer de lance de l’économie de la région

Lorsque les 1200 prisonniers arrivent à Spirit Lake, en janvier 1915, la ville d’Amos vient tout juste d’être fondée et compte à peine 800 habitants, dont 200 gardiens de prison.

Le camp a été installé près d’Amos grâce aux contacts qu’entretient le premier maire de la municipalité, Hector Authier, avec le gouvernement fédéral.

Pas fiers

Le camp a été un fer de lance pour l’économie d’Amos. Selon le président de la Corporation Spirit Lake, James Slobodian, 250 000 $ ont été dépensés au magasin général pendant les deux ans que le camp a été ouvert.

«C’était beaucoup d’argent, en 1915. Le gouvernement achetait des vêtements pour les enfants ainsi que de la nourriture. Les enfants allaient à l’école. Les gens ne sont pas fiers de cette époque, mais ça a aidé l’économie au début d’Amos», soutient M. Slobodian.

Hector Authier savait que la guerre se terminerait bien un jour. Il voulait profiter de la présence des détenus pour préparer l’après-guerre.

Lorsque le camp a été fermé, les quelque 500 hectares de terres agricoles qui avaient été défrichées ont été transformés en ferme expérimentale.

En 1935, les clercs de Saint-Viateur se sont également installés sur le site.

Cimetière

La Corporation Spirit Lake a investi 1,2 M$ afin d’aménager un Centre d’interprétation dans l’ancienne église de La Ferme. Les visiteurs peuvent notamment y voir l’ancien cimetière du camp Spirit Lake.