/travel
Navigation

Sri Lanka, enfin un peu de verdure !

Coup d'oeil sur cet article

Que ce soit à travers des paysages urbains ou en pleine nature, notre regard croise sans cesse d’immenses statues de Bouddha en pleine méditation. Le Sri Lanka invite au recueillement et à faire le point à ce stade de notre cheminement.

À la mi-parcours de notre voyage autour du monde, une grande période de réflexion s’imposait. Nous étions déjà un peu plus expérimentés, mais en même temps conscients qu’il y avait encore beaucoup à découvrir.

Venant de passer plus de deux mois en Inde, il est tentant de comparer ces deux pays. Malgré leur proximité, des différences importantes entre ces destinations se remarquent.

Le Sri Lanka donne une certaine idée de ce à quoi l’Inde pourrait ressembler si les rues indiennes étaient plus propres. Beaucoup de verdure nous entoure, même dans des villes importantes comme Kandy.

Le Code de la route est respecté et les voitures acceptent de céder le passage aux piétons. Pour traverser une rue, j’ai été surpris sur le coup de ne plus être obligé de devoir courir comme un débile.

Mais question confort à l’hôtel, nous avons continué d’être dans le rudimentaire. Certaines coquerelles étaient géantes. Leur taille avoisine environ celle de mon petit doigt.

Pour parvenir à ne pas trop s’en faire, un bon moyen est de se persuader qu’à cette grosseur ce n’est plus un insecte, mais un animal de compagnie! L’idée n’est pas mauvaise, considérant comment nous raffolons tous des animaux.

Les Sri-Lankais n’ont pas l’air de s’en faire avec ces bestioles. Le réceptionniste de l’hôtel a éclaté de rire quand nous avons osé nous plaindre de la présence de cette coquerelle mutante. De son pied nu, il a écrasé la coquerelle sur le sol. Selon lui, il venait de régler le problème.

Prenez note que je vous épargne, ici, à quoi pouvait ressembler une coquerelle broyée, le bruit d’écrabouillement et les détails de ce qui a pu ressortir entre les orteils du brave homme.

En planifiant notre année à l’étranger, nous avions convenu que nous voyagerions à très petit budget. Je trouvais même quelque chose d’amusant à cette situation. Je voulais me prouver que moi, un Occidental, je n’avais pas besoin de luxe et que je serais capable de survivre à n’importe quoi.

Cela faisait partie de l’aventure et je devenais le héros d’un film d’Indiana Jones.

Mais, voilà, un film d’Indiana Jones, ça dure deux heures tout au plus. Quand la projection est terminée, nous retrouvons notre vie exactement comme elle était avant. Après six mois, toujours à endurer des conditions extrê­mes, l’effet de nouveauté s’était dilué.

Pendant un long trajet en train, Annie et Zachary parlaient à tour de rôle les plats qu’ils auraient aimé déguster. C’est une façon de passer le temps, quand nous avons six heures de route à faire. Quiche aux épinards, saumon avec une sauce à la moutarde à l’ancienne, sushis de notre restaurant de l’avenue Mont-Royal et, pour finir, tarte aux pommes faite maison avec une boule de crème glacée à la vanille française. Mais quelle torture quand, à la fin de la journée, nous mangerons encore des nouilles ou du riz un peu fade.

Il faut faire bien attention avec la nostalgie, car même si nous nous ennuyions souvent d’un certain confort, il est clair qu’une fois de retour, ce sont de ces moments en famille dont nous allons nous ennuyer. Je parle de ces moments banals et parfois pénibles, mais qui nous soudent les uns aux autres.

Assurément, l’être humain éprouve de la difficulté à profiter du moment présent.

Notre prochaine aventure, dans l’édition du 7 février 2015, traitera du combat de Mathieu contre des orteils vietnamiens.


À savoir

  • Le Sri Lanka (appelé Ceylan jusqu’en 1972) a été identifié, en 2013, par Lonely Planet comme la nouvelle destination numéro 1 à visiter.
  • Non seulement on y trouve des sites enchanteurs, mais un des atouts de ce pays est les nombreuses options proposées à ses visiteurs. Il est possible d’aller sur des plages et de s’adonner à diverses activités nautiques (parfait pour le surf) ou de faire des randonnées comme sur l’Adam’s Peak, en plus des safaris, des expéditions en mer et des nombreux temples bouddhistes à visiter.
  • Au Sri Lanka, il y a aussi des villes des plus agréables comme Kandy, avec un lac en plein centre, et Galle, avec ses anciennes fortifications toujours en place. Et puis, d’un point de vue pratique, il s’agit d’un des endroits de tout notre périple où le transport d’une ville à une autre s’est avéré le plus facile et le moins onéreux, avec un système d’autobus locaux efficace.
  • Pour visionner des vidéos de notre voyage et obtenir d’autres informations, nous vous invitons sur le site www.leschienserrants.com