/misc
Navigation

Un policier musulman est mort, lui aussi

Still image taken from amateur video shows gunmen shooting a wounded police officer outside the offices of French satirical newspaper Charlie Hebdo in Paris
Photo Reuters

Coup d'oeil sur cet article

Dans la mer de réactions à l’attaque sanglante survenue au Charlie hebdo, un « détail » semble être passé inaperçu jusqu’à maintenant. Un « détail » qui me semble pourtant être digne de mention.

C’est qu’un policier musulman est tombé, lui aussi, sous les balles des Fous de Dieu. 

Il s’appelait Ahmet Merabet. Il avait 41 ans. Le hasard a voulu qu’il patrouille dans le quartier du Charlie Hebdo au moment de l’attentat, mercredi. C’est d’ailleurs lui qu’on a pu voir sur des images atroces (retirées du web par décence depuis), étendu au sol et grièvement blessé, suppliant les tueurs de lui laisser la vie.

Ahmet Merabet
Still image taken from amateur video shows gunmen shooting a wounded police officer outside the offices of French satirical newspaper Charlie Hebdo in Paris

L’un d’entre eux l’a froidement achevé d’une balle à la tête. Fidèle au fanatisme religieux et cruel... Aucun respect pour la vie humaine. Aucune pitié... 

Bref, dans la tuerie insensée du Charlie Hebdo, un homme de confession musulmane est mort, lui aussi tout simplement parce qu’il faisait son travail, parce qu’il défendait la liberté.

À ceux et celles tentés par l’envie de se livrer au profilage religieux, de récupérer l’œuvre de barbares pour alimenter l’islamophobie ou de mettre tous les musulmans « dans le même panier », j’aimerais reproduire cette phrase de l’excellent chroniqueur du New York Times Nicolas Kristof en réaction à l’attentat au Charlie Hebdo: « Certains lisent le Coran et font sauter des écoles pour jeunes filles. Mais il sont encore plus nombreux à lire le Coran et construire des écoles pour jeunes filles ». 

Matière à réflexion...