/investigations
Navigation

De la propagande intégriste à Montréal

De la propagande intégriste à Montréal
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

À la Mosquée de Montréal, notre Bureau d’enquête a trouvé de la propagande faisant l’apologie de la charia, du terrorisme palestinien et des attentats suicides. Le fascicule, intitulé Controversial Questions about Islam and Comments, fait près d’une centaine de pages. Le Journal l’a trouvé dans un présentoir à l’entrée de la mosquée, que fréquentent notamment des enfants de l’école.

À la Mosquée de Montréal, notre Bureau d’enquête a trouvé de la propagande faisant l’apologie de la charia, du terrorisme palestinien et des attentats suicides. L’organisation exploite aussi une école primaire subventionnée dans le même immeuble.

Le fascicule, intitulé Controversial Questions about Islam and Comments, fait près d’une centaine de pages. Le Journal l’a trouvé dans un présentoir à l’entrée de la mosquée, que fréquentent notamment des enfants de l’école.

«Je pense que c’est presque criminel, dit Errol Mendes, professeur de droit constitutionnel à l’Université d’Ottawa. En gros, la brochure dit que c’est correct de commettre des actes terroristes!»

Le texte contient des passages à la limite de la propagande haineuse, selon cet expert des droits et libertés.

L’auteur du fascicule est un certain Saeed Ismaeel, un Saoudien sans formation religieuse contacté par notre Bureau d’enquête. En voici quelques extraits.

Du bon terrorisme
  • C’est celui du «croyant», qui l’utilise «pour défendre sa propre vie, sa dignité et sa propriété ou pour défendre les innocents opprimés».
  • Ces terroristes sont «les plus courageux et féroces, parce qu’ils considèrent la vie comme un moyen, et non comme un but en soi».
  • «Peut-être que ça explique les opérations suicides menées par les Palestiniens opprimés.»

Des châtiments extrêmes

  • «Si un gouvernement islamique met [ces lois] en œuvre, il ne fait que son devoir», mentionne l’auteur au sujet de la peine capitale, des 100 coups de fouet pour l’adultère et du sectionnement de la main d’un voleur.
  • L’auteur défend même la peine de mort pour ceux qui renient l’islam, sans toutefois l’endosser clairement.

Des juifs et du génocide

  • «Comme c’est le cas de tous les groupes minoritaires, les juifs étaient bien traités par la majorité quand ils se comportaient bien dans leurs pays d’origine, mais maltraités quand ils se comportaient mal.»

Du Voile islamique obligatoire

  • «Une musulmane devrait reconnaître que c’est le commandement d’Allah, et qu’elle doit supporter [le hijab] si elle est sincère pour éviter la colère d’Allah.»

De la polygamie

  • «Il est évident qu’il y a plus de femmes que d’hommes dans le monde. Ça veut dire que si nous avons seulement une épouse par homme, plusieurs femmes n’auront pas la chance de se marier.»

Les responsables de la Mosquée de Montréal et des Écoles musulmanes de Montréal ont refusé de répondre aux questions du Bureau d’enquête.

Et à Sherbrooke

Notre Bureau d’enquête a aussi rapporté de la propagande intégriste d’une visite de l’Association culturelle islamique de l’Estrie, principale mosquée de Sherbrooke.

Chiheb Esseghaier, accusé d’avoir comploté pour faire exploser un train de Via Rail, a fréquenté ce lieu de culte de 2008 à 2010.

Trois jeunes musulmans radicalisés, dont le Bureau d’enquête rapportait la disparition en octobre, ont aussi prié à cet endroit.

Comme celui de la Mosquée de Montréal, l’immeuble de l’Association (ACIE) appartient à une filiale de l’Islamic Society of North America.

Voici des extraits de Quelques Enseignements indispensables à tout musulman, un ouvrage trouvé dans un présentoir attenant à la salle de prière.

Des droits des femmes
  • «La femme doit obéir à son mari dans ce qui est convenable, en particulier quand il a envie d’elle.»
  • Si un homme a répudié sa femme moins de trois fois, il peut la reprendre. «Le consentement de la femme n’est pas une condition de validité pour sa reprise.»

Des droits des homosexuels

  • «L’homosexualité est un horrible péché.»

Des non musulmans

  • Les «mécréants», soit «tous les adeptes des religions autres que l’islam», sont destinés à l’enfer.

Questionné au sujet de cet ouvrage, le secrétaire général de l’ACIE, Youssef Regragui, assure que ce fascicule a été déposé à l’entrée par un inconnu.

«Tout le monde s’est plaint de ces ouvrages, dit-il. Ils n’ont pas été approuvés par nos hautes instances.»

Il assure que l’ACIE a porté plainte à la police. Vérifications faites, la police de Sherbrooke n’a aucun rapport sur cet événement.


QUÉBEC PREND L’AFFAIRE « TRÈS AU SÉRIEUX »

 

Yves Bolduc, Ministre de l’Éducation
Photo d'archives
Yves Bolduc, Ministre de l’Éducation
Québec «prend très au sérieux» les révélations de notre Bureau d’enquête sur les liens entre quatre écoles musulmanes et deux organismes islamistes soupçonnés d’avoir eu des liens financiers avec le terrorisme. En entrevue, le ministre de l’Éducation Yves Bolduc dit vouloir «agir très vite» pour «corriger la situation».
 
Mis au courant de la situation, le gouvernement a immédiatement décidé de modifier les règles d’attribution des permis pour les écoles privées. Le Ministère compte déposer un projet de loi qui prévoit l’«habilitation sécuritaire» des dirigeants scolaires, comme le gouvernement le fait déjà avec les garderies.
 
Yves Bolduc se dit aussi «troublé» par les extraits de la propagande intégriste que notre Bureau d’enquête a trouvée à la Mosquée de Montréal, qui exploite une école primaire subventionnée dans le même immeuble, dans Notre-Dame-de-Grâce.
«Dès qu’on a pris connaissance de vos informations, il y a eu une réunion d’urgence, dit Yves Bolduc. Étant donné que ce sont des allégations qui sont de nature criminelle, on a transféré l’information à la Sécurité publique, qui va la transférer aux policiers pour qu’ils puissent faire l’enquête» sur cette propagande.
 
«Comportements incompatibles»
 
Québec devrait pouvoir déposer en chambre les changements à la Loi sur l’enseignement privé d’ici le printemps, selon Yves Bolduc. «Elles vont modifier les critères d’octroi et de renouvellement des permis des écoles privées, dit-il. Pour les dirigeants, c’est-à-dire les propriétaires, les directeurs, les administrateurs, il va y avoir une habilitation judiciaire pour s’assurer qu’il n’y a pas d’antécédents judiciaires ou de comportements incompatibles avec la tâche.»
 
Parmi ces «comportements incompatibles», le ministre cite un dossier criminel, la diffusion de propagande haineuse et l’appartenance à une organisation liée au terrorisme.
 
Les dirigeants ou propriétaires d’écoles qui échoueraient à cette «habilitation sécuritaire» se verraient priés de quitter leurs fonctions ou de vendre leurs actions pour garder ou obtenir un permis du ministère de l’Éducation.
 
Yves Bolduc dit vouloir agir rapidement «pour la sécurité de nos enfants». «On espère qu’avec la collaboration des oppositions, on sera capable d’adopter le projet de loi rapidement.»