/sacchips
Navigation

Michèle Richard se trompe d’avion !

Elle se trompe d’appareil et se retrouve dans un avion d’Alaska Airlines, en direction de Los Angeles

Michèle Richard
Photo les archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

La chanteuse Michèle Richard a vécu toute une mésaventure mardi soir à l’aéroport de Ixtapa, au Mexique.

Au lieu de monter à bord de l’avion de Sunwing devant la ramener à Montréal, elle s’est trompée d’appareil et s’est retrouvée dans un avion d’Alaska Airlines, en direction de Los Angeles.

Les deux Boeing 737 étaient stationnés l’un à côté de l’autre sur le tarmac de l’aéroport. Là-bas, les passagers doivent marcher sur la piste et emprunter un escalier mobile jusqu’à l’appareil.

Malgré des couleurs de fuselage très différentes, Mme Richard a confondu les deux appareils.

Les agents de bord d’Alaska Airlines n’ont jamais réalisé qu’elle avait en main la mauvaise carte d’embarquement. Michèle Richard s’est assise dans le même siège qu’elle aurait dû occuper à bord de l’avion de Sunwing. Par un incroyable hasard, ce siège était apparemment libre.

Et Michèle Richard s’est ainsi envolée à bord du vol 291 d’Alaska Airlines à destination... de Los Angeles!

«C’est rocambolesque cette affaire-là. Que la compagnie l’ait laissée rentrer dans l’avion, c’est une erreur grave, a affirmé Michaël Roy, le gérant de Michèle Richard. Une fois qu’elle a vu que la destination n’était pas bonne, elle était bien énervée. L’agent de bord lui a offert un thé vert.»

Même si tout le monde autour d’elle parlait anglais, ce n’est qu’une fois le décollage complété que la chanteuse a réalisé sa méprise.

Pendant ce temps, à Ixtapa, l’équipage du vol 558 de Sunwing cherchait désespérément à retrouver la passagère manquante. Le décollage a dû être retardé d’environ une heure.

Au-delà de cette situation embarrassante, l’incident soulève bien des questions sur le plan de la sécurité aérienne.

Alaska Airlines minimise cet aspect en expliquant que «la passagère avait franchi tous les points de fouille nécessaire».

«Nous croyons que c’est une erreur de bonne foi de sa part, a expliqué Halley Knigge, porte-parole d’Alaska Airlines. Lorsqu’elle a réalisé son erreur, nous avons avisé les douaniers américains avant l’atterrissage à Los Angeles.»

«Ils l’ont fouillée. Ils lui ont posé des questions», a ajouté son gérant.

Les autorités n’ont imposé aucune sanction à la chanteuse.

Une équipe d’Alaska Airlines s’est occupée de trouver un vol de retour vers Montréal. «Et comme c’est leur erreur, c’est eux qui ont payé le billet», a précisé le gérant de la chanteuse.

Après plus de 18 heures d’avion, la chanteuse est finalement rentrée à Montréal.