/homepage
Navigation

La marmotte gaspésienne Fred a vu son ombre lundi matin et prédit donc un printemps tardif

La marmotte gaspésienne Fred a vu son ombre lundi matin et prédit donc un printemps tardif
Nelson Sergerie

Coup d'oeil sur cet article

VAL-D’ESPOIR - La marmotte québécoise Fred de Val-d'Espoir, en Gaspésie, a vu son ombre tôt lundi matin. Le printemps sera donc tardif.

« Ici, à Val-D’Espoir, le 2 février 2015, Fred la marmotte prédit un hiver qui sera tardif », a déclaré le député néodémocrate Philip Toone - au nom de Fred - par un mercure à moins 23 degrés.

L’hiver durera donc six autres semaines, comme le veut la légende.

La prédiction de Fred est en ligne avec la majorité de ses homologues : Shubenacadie Sam de la Nouvelle-Écosse et la célèbre marmotte américaine Phil Punxsutawney, de la Pennsylvanie, ont vu leur ombre.

Seule note discordante : la marmotte ontarienne Willie ne l’a pas vue.

Fred la marmotte
La marmotte gaspésienne Fred a vu son ombre, ce qui indique que l’hiver durera six autres semaines, selon la légende.
Photo Nelson Sergerie
La marmotte gaspésienne Fred a vu son ombre, ce qui indique que l’hiver durera six autres semaines, selon la légende.

Bonne moyenne pour Fred

Selon Roberto Blondin, initiateur du jour de la marmotte gaspésienne il y a six ans, le taux de prédiction de Fred est très bon.

« Je pense qu’elle s’est juste trompée la cinquième année, l’an dernier. Fred a été magané par les médias sociaux parce qu’il avait prédit un printemps hâtif », se souvient M. Blondin qui croit que sa prédiction de cette année sera « juste ».

Fred aura peut-être raison puisqu’un avis de blizzard est en vigueur pour les régions de Chandler, Percé et Gaspé, les Îles-de-la-Madeleine et la Basse-Côte-Nord. Entre 10 et 15 centimètres de neige sont attendus en Gaspésie avec des vents jusqu’à 70 km/h. Jusqu’à 30 centimètres s’abattront sur la Basse-Côte-Nord, accompagnés de vents pouvant atteindre 110 km/h.

Sa notoriété est en croissance : « En France - France 2 je crois - a accepté notre lien qu’on met sur Internet, en évoquant le fait que c’est la marmotte francophone de l’Amérique du Nord », illustre M. Blondin.

Message politique

Les élus présents à l’événement ont profité de la tribune pour dénoncer une fois de plus les propos du Conseil du patronat du Québec, qui proposait d’utiliser les fonds versés aux municipalités dévitalisées afin d’inciter financièrement les citoyens à quitter les régions pauvres du Québec.

« C’est la pire affaire que j’ai entendu depuis des années », indique le maire de Percé, André Boudreau.

« Cela a plutôt stimulé les gens. Ce sont des déclarations sans fondement », ajoute le député péquiste de Gaspé, Gaétan Lelièvre.

Depuis, le CPQ a révisé sa position, plaidant plutôt pour la coopération afin de trouver des « solutions durables ».