/lifestyle/psycho
Navigation

Aider un ado anxieux

Aider un ado anxieux
Illustration Benoit Tardif, Colagene.com

Coup d'oeil sur cet article

Depuis quelque temps, Alex ne performe plus aussi bien à l’école ni dans son sport. Ses parents ne comprennent pas ce qui se passe, car ils le voient plus stressé, colérique, avec des difficultés à dormir. Alex a même commencé à avoir des maux de ventre et de cœur avant ses examens et ses compétitions. Son père lui dit souvent: «C’est dans ta tête que ça se passe! Arrête de stresser!!!»

C’est vrai. C’est dans la tête d’Alex que ça se passe, mais aussi dans son corps tout entier qui ressent une grande anxiété.

Vous aurez beau dire à votre adolescent qui traverse une mauvaise passe d’arrêter d’avoir peur ou d’arrêter de stresser, ce ne sont malheureusement pas ces mots qui vont l’en empêcher.

L’anxiété de l’adolescence, c’est une émotion de peur qui se vit de l’intérieur et qui ne se raisonne pas. Son intensité peut varier d’une personne à une autre et d’un moment à un autre, allant d’une simple vague passagère à un véritable tsunami.

On pourrait comparer l’anxiété d’Alex comme s’il était face à une montagne: plus Alex perçoit la montagne haute à gravir et ardue, plus il se sent petit face à celle-ci et plus son anxiété sera grande et envahissante.

Partie de la vie

L’anxiété fait partie de la vie et elle permet d’affronter certains obstacles.

Comme cet adolescent intimidé avant d’aborder une fille ou bien cette adolescente qui travaillera fort, bien avant la date prévue, pour sa présentation orale.

L’anxiété fait partie intégrante de la vie des adolescents. Fort heureusement, seulement 10 % des adolescents développent un trouble anxieux.

Il n’est pas nécessaire d’attendre qu’un trouble soit installé avant d’agir.

L’Association canadienne pour la santé mentale mentionne que l’anxiété constitue actuellement le principal problème en matière de santé mentale chez les adultes, et qu’un tiers de la population en serait affecté.

Comme en d’autres domaines, la prévention a bien meilleur goût.

 

Psychologue spécialiste des questions familiales, Nathalie Parent est aussi l'auteure du livre Alex, surmonter l’anxiété à l’adolescence. ​

 

9 trucs pour guérir l’anxiété de vos ados

1. L’adolescent doit chercher l’origine et la cause de son anxiété pour en trouver le sens. Quand, comment et pourquoi les crises d’anxiété ont débuté? Il y a habituellement un élément déclencheur à un épisode d’anxiété. Parfois, c’est plus vague et l’anxiété est là depuis le tout jeune âge.

2. L’ado doit affronter ce qui lui fait peur pour éviter le cercle vicieux de l’anxiété.

3. Connais-toi toi-même. Lorsque l’ado connaît ses forces et ses faiblesses, ses qualités et ses défauts, il est plus en mesure d’avoir confiance en lui et de vivre des réussites face à ses peurs.

4. L’ado doit mener une vie équilibrée. Faire de l’exercice ou du sport, mais aussi trouver des moments de détente et de repos, de rires et de plaisir.

5. Apprendre à respirer. Il existe différents exercices de détente, certains plus actifs que d’autres. Mais la respiration aide vraiment à diminuer l’anxiété quand elle est pratiquée quotidiennement.

6. L’ado doit prendre le temps d’être en contact avec ses émotions. Bien souvent, derrière l’anxiété, il y a d’autres émotions et les découvrir aide à éliminer l’anxiété.

7. Les parents d’un ado anxieux doivent lui faire confiance et lui donner plus d’autonomie. S’ils surprotègent leur adolescent, ils renforcent inconsciemment son sentiment de manque de confiance en soi.

8.  Les parents doivent être présents et l’accompagner dans ce qu’il vit. Attention à ne pas mettre trop de pression sur ses performances. Les parents doivent d’abord encourager ses efforts.

9. Les parents peuvent aider leur ado en prêchant par l’exemple. Si vous êtes anxieux, faites ce qu’il faut pour travailler votre anxiété, ça va aider votre ado.