/news/society
Navigation

Logement insalubre: un locataire poursuit son proprio pour outrages

Tejinder Singh
Photo Michael Nguyen Tejinder Singh

Coup d'oeil sur cet article

Poursuivi par un locataire pour outrage au tribunal, le propriétaire d’un logement insalubre de Parc-Extension a plaidé non coupable à cette accusation, jeudi.

«Non coupable», a annoncé Kujtin Canaj en salle d’audience par le biais de son avocat.

M. Canaj compte ainsi se défendre contre son locataire Tejinder Singh, qui l’accuse d’avoir fait fi de deux décisions de la Régie du logement.

M. Singh avait en effet dénoncé l’insalubrité de son appartement de la rue Querbes, où il vivait avec sa femme et ses deux enfants. Coquerelles, vermines, moisissures: l’état de son appartement était assez grave pour que la Ville ordonne une évacuation d’urgence en 2013.

La Régie avait ordonné à M. Canaj de réintégrer le locataire une fois les réparations terminées, mais le propriétaire a plutôt reloué le logement à une autre personne. M. Singh, un réfugié indien, avait dû trouver un nouveau logement.

Dans une autre décision, la Régie avait ordonné à M. Canaj à payer 3000 $ à M. Singh, mais ce dernier attend toujours de voir la couleur de l’argent.

Excédé, le locataire a entamé une poursuite civile pour outrage au tribunal.

«J’en ai assez, c’est vraiment difficile», a laissé tomber le résident de Parc-Extension ce jeudi au palais de justice de Montréal.

Problème persistant

Mais encore maintenant, les coquerelles sont toujours présentes dans l’immeuble, déplore André Trépanier du Comité d’action de Parc-Extension, un groupe qui aide M. Singh dans ses démarches.

«On veut que l’infestation arrête», a-t-il déclaré ce jeudi au palais de justice de Montréal, en demandant à la Ville d’agir le plus rapidement possible dans cette affaire.

Le dossier reviendra à la cour le 18 février pour la suite des procédures. Advenant un verdict de culpabilité, M. Canaj risque une peine variant d’une amende à la prison.