/news/education
Navigation

Le ministre Moreau affirme que la lutte au décrochage scolaire ne sera pas touchée par l’abolition des CRÉ

Le ministre Moreau affirme que la lutte au décrochage scolaire ne sera pas touchée par l’abolition des CRÉ
SIMON CLARK /JOURNAL DE QUEBEC/A

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, affirme que l’abolition des Conférences régionales des élus n’aura pas d’impact sur la lutte au décrochage scolaire, un avis que ne partagent pas des intervenants en région.

Le ministre Moreau a affirmé jeudi que les budgets consacrés à la persévérance scolaire, via des ententes spécifiques, seront transférés dans les municipalités régionales de comté (MRC). «Il y a zéro sous de coupé», a-t-il affirmé.

Mais en région, on en doute. «On ne sait pas comment les MRC vont s’y prendre, on ne connaît pas les règles du jeu. Est-ce que les sommes seront vraiment consacrées au décrochage scolaire? On s’est fait dire que ce type d’enveloppe disparaissait avec les CRÉ», affirme Michel Perron, sociologue à l’Université du Québec à Chicoutimi qui s’intéresse à la persévérance scolaire depuis des années.

Les employés des CRÉ seront mis à pied dès la fin mars, alors que les ententes spécifiques reliées à la persévérance scolaire prennent fin au printemps 2016. Ce sont les CRÉ qui devaient négocier leur renouvellement, qui n’a pas été confirmé.

Le Journal rapportait jeudi que la lutte au décrochage scolaire en région, pilotée par les CRÉ, est touchée par la disparition annoncée de ces instances. Dans la région de la Capitale-Nationale, les activités organisées cette année dans le cadre des Journées de la persévérance scolaire sont beaucoup moins importantes que lors des années précédentes.

— Avec la collaboration de Marc-André Gagnon