/sports/hockey/homepage
Navigation

Une vie de fou... mais ils aiment ça !

Gilles Côté parcourt 75 000 km par année au volant de sa voiture

Gilles Côté, recruteur pour les Sharks, parcourt 75000 kilomètres pa année au volant de savoiture.
Photo agence qmi, JEAN-FRANCOIS DESGAGNES Gilles Côté, recruteur pour les Sharks, parcourt 75000 kilomètres pa année au volant de savoiture.

Coup d'oeil sur cet article

Gilles Côté, 72 ans, est le doyen des recruteurs, du moins parmi ceux qui travaillent à temps plein. Il n’est pas prêt à prendre sa retraite et il a d’ailleurs signé en 2014 une prolongation de contrat de deux ans avec l’organisation des Sharks de San Jose.

«Que voulez-vous, j’aime ça, le hockey», raconte ce résident de Charlesbourg, au retour d’un long voyage en voiture dans les Maritimes, d’une distance de 3384 km.

«Ce boulot me garde jeune. C’est une vie de fou, certes, mais on ne s’ennuie jamais, ajoute Côté. Je ne me vois pas assis sur ma terrasse à regarder pousser les fleurs ou à voir la neige s’accumuler devant la fenêtre.»

Il avoue que les gens ne comprennent pas toujours en quoi consiste le travail d’un recruteur.

«Il y en a qui nous disent qu’on ne travaille pas vraiment, qu’on est chanceux d’assister gratuitement à tous ces matchs de hockey...»

75 000 km par année

Côté aime voyager en voiture. Il parcourt en moyenne 75 000 km par année au volant de sa voiture et il a l’habitude de voyager seul.

«Je passe plus de temps dans mon véhicule qu’à la maison», souligne celui qui a fait ses débuts comme recruteur amateur dans les années 1980, avec les Capitals de Washington.

Côté a connu l’époque où il était facile de suivre les activités de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

«Les équipes étaient toutes au Québec et plusieurs d’entre elles étaient rapprochées, rappelle-t-il. Les distances à parcourir étaient beaucoup plus courtes qu’aujourd’hui. Vous savez, le Cap-Breton, c’est loin.

«Je peux me retrouver le jeudi soir à Shawinigan, le vendredi à Halifax, le samedi à Saint-John et le dimanche à Bathurst avant de revenir à mon domicile au Québec.»

Son boulot l’amène aussi à assister à des matchs de hockey collégial dans le nord-est des États-Unis, comme à Albany et à Syracuse.

Pas de bouffe à l’aréna

Il va sans dire qu’un recruteur qui est toujours entre deux déplacements recherche les restaurants où il peut se faire servir rapidement.

«J’aime prendre un repas en fin d’après-midi, dans des restos comme St-Hubert et Scores, mentionne Côté. Non, je ne mange pas de hot dogs dans les arénas...»

Il s’installe ensuite dans les gradins de l’amphithéâtre avec son cahier de notes à la main pour préparer ses rapports sur les joueurs susceptibles d’intéresser les Sharks.

«Le lendemain, je transfère tout cela sur le logiciel RinkNet, explique-t-il. Ce fut difficile à apprendre au départ, mais on sauve tellement de temps avec l’informatique. On réalise aussi des entrevues avec les joueurs par le truchement de Skype. Les temps ont bien changé.»

Savoir être convaincant

L’un de ses meilleurs coups au repêchage a été de convaincre les Sharks de repêcher le défenseur Marc-Édouard Vlasic en deuxième ronde en 2005. Côté est bien fier aussi de la sélection de l’attaquant Logan Couture en première ronde en 2007.

«Les Sharks ne disposaient pas de choix de première ronde cette année-là et j’avais insisté auprès de Doug Wilson pour le convaincre de manœuvrer afin d’en obtenir un», explique-t-il.

«J’étais persuadé que Couture deviendrait un excellent joueur dans la LNH. Doug avait alors effectué deux transactions afin de mettre la main sur le premier choix des Blues (9e au total). Il ne l’a jamais regretté.»


Des semaines de travail chargées

Claude Carrier, des Devils, nous livre le compte-rendu de ses déplacements lors de sa plus récente mission de dépistage dans l’Ouest canadien:

1- Lundi 2 février

  • Départ de l’aéroport de Québec à 6 h 30, arrivée à Toronto à 8 h 30, vol Toronto-Saskatoon à midi, arrivée à 15 h 15.
  • Location de voiture et je prends la direction de Regina. Arrivée à 19 h.
2- Mardi 3 février
  • J’assiste au match opposant les Raiders de Prince Albert et les Pats de Regina
3- Mercredi 4 février
  • Match entre Prince Albert et les Warriors de Moose Jaw. Trajet aller-retour de Regina totalisant 90 minutes.
4- Jeudi 5 février
  • Journée de congé. 
  • Retour en voiture de Regina à Saskatoon
  • Durée: 3 heures.
5- Vendredi 6 février
  • J’assiste au match entre les Broncos de Swift Current et les Raiders de Prince Albert. Voyage aller-retour d’une durée de trois heures.
6- Samedi 7 février
  • Match entre les Blades de Saskatoon et les Broncos de Swift Current. Voyage aller-retour d’une durée de six heures.
7- Dimanche 8 février
  • Match entre les Hitmen de Calgary et les Blades de Saskatoon.
8- Lundi 9 février
  • Départ de l’aéroport de Saskatoon à 7 h, arrivée à Vancouver à 7 h 10 (heure de l’Ouest). Location de voiture à l’aéroport. J’assiste au match entre les Thunderbirds de Seattle et les Giants de Vancouver à 14 h. 
  • Je passe la nuit à Vancouver.
9- Mardi 10 février
  • Voyage en voiture de Vancouver vers Seattle. Durée: 2 h 30. Match en soirée entre les Rockets de Kelowna et les Thunderbirds de Seattle.
10- Mercredi 11 février
  • Match entre les Americans de Tri-City et les Silvertips d’Everett. 
  • Trajet de 45 minutes en voiture entre mon hôtel à Lynnwood et l’aréna à Everett.
11- Jeudi 12 février
  • Journée de congé. Trajet de quatre heures en voiture de Seattle à Portland
12- Vendredi 13 février
  • Match entre les Americans de Tri-City et les Winterhawks de Portland.
13- Samedi 14 février
  • Trajet en voiture de quatre heures entre Portland et Seattle. J’assiste au match entre les Thunderbirds de Seattle et les Silvertips d’Everett. 
14- Dimanche 15 février
  • Je devais assister au match entre les Royals de Victoria et les Thunderbirds de Seattle, mais des maux d’estomac me forcent à rester à l’hôtel.
15- Lundi 16 février
  • Départ de l’aéroport de Vancouver à 9 h 10. 
  • Arrivée à Montréal à 16 h 54. Départ de Montréal vers Québec à 18 h 40. Arrivée à 19 h 50.

On a demandé à Gilles Côté, recruteur amateur pour les Sharks de San Jose, de nous fournir un exemple d’une semaine de travail typique:
 
1- Lundi 13 octobre
  • Travail de bureau à la maison de Charlesbourg. Pendant deux heures, je rédige, sur RinkNet, les rapports d’évaluation sur les joueurs que j’ai surveillés lors du match de la veille. 
  • Je remplis mon compte de dépenses et j’effectue les réservations d’hôtel pour les prochains déplacements, en plus de discuter au téléphone avec entraîneurs et connaissances.
2- Mardi 14 octobre
  • Travail de bureau à la maison (courriels, téléphone). Je visionne les récents matchs des Sharks que j’ai enregistrés pendant mon absence, question de voir la progression de nos jeunes.
3- Mercredi 15 octobre
  • Je quitte Québec pour me diriger vers Longueuil, afin d’assister à un match de la Ligue de hockey junior du Québec entre Longueuil et Saint-Léonard. Retour à la maison vers minuit. Distance parcourue en voiture: 504 km.
4- Jeudi 16 octobre
  • Je rédige un rapport sur le match de la veille et je quitte vers Shawinigan en milieu d’après-midi pour assister à  la  partie entre les Cataractes et le Phoenix de Sherbrooke. Je rencontre les entraîneurs et je remets un questionnaire adressé aux joueurs ciblés. Retour à Québec vers minuit. Distance parcourue en voiture: 335 km.
5- Vendredi 17 octobre
  • Je quitte la maison à 7 heures pour me diriger en voiture jusqu’à Halifax. Arrivée à 17h30. J’assiste au match entre les Mooseheads et les Screaming Eagles du Cap-Breton. Discussions avec les entraîneurs et remise de questionnaire aux joueurs. Je quitte Halifax à 22h30 en direction de Moncton. Distance parcourue en voiture: 1355 km
6- Samedi 18 octobre
  • Je rédige mon rapport d’évaluation sur les deux derniers matchs auxquels j’ai assisté. Je quitte vers 15 heures en direction de Saint-John pour assister à la rencontre entre les Sea Dogs et les Wildcats de Moncton. Rencontre avec les entraîneurs et remise de question-naire à des joueurs. Retour à Moncton à minuit. Distance parcourue en voiture: 355 km.
7- Dimanche 19 octobre
  • Je rédige mon rapport sur le match de la veille et je me dirige vers Bathurst à 11h pour assister à la rencontre entre le Titan et les Islanders de Charlottetown, qui commence à 16h. Départ de Bathurst à 17h30 pour retourner chez moi à Charlesbourg à 23h. Distance parcourue en voiture: 835 km.

TOTAL POUR LA SEMAINE : 3384 KM