/world
Navigation

L’État islamique lui dit qu’elle vient de manger les restes de son fils

Bloc situation État islamique
Photo Archives / AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le Journal | Une mère venue arracher son fils des griffes de l’État islamique en Irak se serait fait répondre par les ravisseurs que le plat de viande qu’elle venait de manger était composé des restes de son enfant.

Le Journal | Une mère venue arracher son fils des griffes de l’État islamique en Irak se serait fait répondre par les ravisseurs que le plat de viande qu’elle venait de manger était composé des restes de son enfant.

Un Britannique de retour d’Irak où il a combattu l’État islamique (EI) a confié cette histoire au journal The Sun.

«Je déteste l’État islamique en raison de ce qui est arrivé à une vieille femme kurde d’une tribu non loin», a raconté Yasir Abdulla, un père de famille de 36 ans, au quotidien.

Selon lui, une vieille femme kurde aurait fait le chemin jusqu’à Mossoul, dans le nord de l’Irak, afin de récupérer son enfant.

«Son fils avait été capturé par des combattants de l’EI, puis fait prisonnier à Mossoul. Elle était déterminée à trouver son fils. Elle s’était même rendue au quartier général de l’EI et avait demandé à lui parler», a expliqué celui qui est rentré d’Irak la semaine dernière.

La mère n’avait qu’une seule idée en tête, selon lui: négocier la libération de son fils.

Viande et riz

À l’arrivée de la mère désespérée au quartier général, les combattants lui auraient proposé de se reposer après son long voyage.

Ainsi, on lui aurait offert de quoi manger avant de l’amener voir son fils.

«Ils lui ont amené des tasses de thé et un repas fait de viande cuite, de riz et de soupe. Elle a pensé qu’ils étaient bien aimables», a rapporté le Britannique.

Une fois les plats dégustés, la mère aurait alors insisté pour voir son fils.

C’est à ce moment que les combattants de l’EI auraient ri.

«Tu viens juste de manger ton fils», auraient répondu les combattants de l’EI à la mère éplorée.

Selon The Sun, les hommes lui auraient ajouté qu’ils avaient assassiné son fils, puis découpé sa dépouille avant de le lui servir.

Au terme de son récit, M. Abdulla a assuré qu’il entendait bien retourner au Moyen-Orient combattre les extrémistes.

– Avec le The Sun, le Daily Mail et le New York Post