/misc
Navigation

Tout le grand ménage à faire selon «Le bordel informatique»

Bloc - bordel informatique
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Les derniers coups de filet de l’UPAC et ses retombées ont mis en évidence un arbre devant une forêt de questions et problèmes encore à résoudre. Petite synthèse de ce que la série « Le bordel informatique » soulève.

Comme annoncé la semaine dernière, j’augmente la déjà longue liste du Tableau des raisons pour une enquête publique sur l’informatique à Québec des questions et problèmes que la série d’enquêtes « Le bordel informatique » a soulevés.

Rappelons que depuis deux ans, le bureau d’enquête du Journal documente divers dérapages informatiques dans les secteurs publics et privés. Au fil des révélations et des nouvelles, un portrait tout aussi inquiétant que complexe s’est dévoilé à nous.

À quelques reprises, le journaliste Jean-Nicolas Blanchet a produit des synthèses de plusieurs de ses observations (notamment celle-ci en fin d’année 2014). Ici, je reformule l’ensemble de la série sous forme de questions. Manifestement, il apparait déjà de cette liste que le « grand ménage » qu’annonce le président du Conseil du Trésor, Martin Coiteux, ne peut se résumer à des suivis du récent coup de filet de l’UPAC.

De même, lorsqu’on se reporte à l’ensemble du Tableau des questions recensées, il apparait aussi que les mesures administratives annoncées, aussi nécessaires soient-elles, ne suffiront pas non plus à sortir Québec du « bordel » actuel.

Je continuerai à mettre à jour le Tableau au fur et à mesure de la recension des questions et problèmes soulevés par différents acteurs ou observateurs du monde informatique.

Note : Les citations précédant les questions et mesures énumérées ci-après ne représentent qu’un échantillon de tous les cas mentionnés. Les numéros des questions et mesures sont ceux du Tableau des raisons pour une enquête publique sur l’informatique à Québec. Les nouvelles entrées ont leur numéro marqué d’un astérisque « ». Enfin, les nombres entre parenthèses réfèrent aux textes sources (liste en fin de texte).

Questions soulevées

Finances publiques

  • Le Dossier Santé Québec « était promis pour 2011 à un cout de 543 M$. Québec cible maintenant 2021 et 1,6 G$. La facture continuera de grimper, selon plusieurs de nos sources qui craignent même que le projet, tel qu’imaginé, n’existe jamais. »

F-01

Pourquoi autant de dépassements de couts dans les projets informatiques? (22, 28, 29, 30, 31, 51, 53, 55, 63, 72, 73, 76, 77)

JNB, SPGQ, LV

F-02

Pourquoi des dépassements de couts aussi grands? (22, 28, 29, 30, 31, 51, 53, 55, 63, 72, 73, 77)

JNB, SPGQ, LV

 

Conception des projets

  • Très souvent ce sont les vendeurs qui « représentent des firmes de technologie de l’information et font la promotion, auprès des instances publiques, de produits et services qui coutent des millions de dollars » alors que « les représentants des organisations publiques sont souvent aussi très peu connaisseurs. »
  • « Quand je fais mon marché, si je ne sais pas ce que je veux acheter, mon panier sera plein en sortant. Ç’a été surtout ça le problème » déclare Stéphane Bédard, président du Conseil du Trésor.

*C-08

Dans quelle mesure, les systèmes informatiques adoptés correspondent-ils à l’offre des firmes vendeuses plutôt qu’aux besoins réels des organismes publics acheteurs? (17, 65)

JNB, SB

 

  • « Les couts du projet SAGIR sont passés de 83 M$ à 1 G$. L’année 2014 a permis de savoir que la facture allait même être encore plus salée. Ce projet est tellement long à développer que la technologie choisie sera périmée avant même que le projet soit terminé. Une bonne partie des travaux et des centaines de millions de dollars doivent être relancés. »
  • « Le pouvoir politique s’est défilé du projet informatique SAGIR au cours des dernières années parce qu’il est devenu “trop compliqué”, dénonce le ministre et président du Conseil du trésor, Stéphane Bédard. »

*C-09

Certains projets informatiques sont-ils trop gros et ambitieux pour être viables? (22, 51, 65, 73)

JNB, SB

 

  • Le ministère de la Santé et des Services sociaux « a un casse-tête énorme et il doit choisir ses priorités puisqu’il compte pas moins de 1080 projets informatiques dans ses plans. »

*C-10

Les organismes publics ont-ils une vision stratégique permettant de prioriser correctement leurs projets informatiques? (22, 28, 55)

JNB

 

Octroi des contrats publics

  • Le codirigeant d’EBR, Mohamed El Khayat est accusé d’avoir bâti un stratagème frauduleux avec le grand patron informatique du ministère de la Sécurité publique, Abdelaziz Younsi.
  • Huit individus employés de Revenu Québec, IBM e EBR sont accusés d’avoir auraient participé à un stratagème de fraude dans l’octroi d’un contrat informatique de 24 M$ à Revenu Québec.

O-03

Existe-t-il de la collusion dans l’octroi des contrats public? (36, 37, 38, 44, 48, 57, 58)

UPAC, JNB

 

  • « Même par appel d’offres, il n’est pas si difficile pour une organisation de “s’arranger” pour qu’une seule firme soit en mesure de soumissionner. Il suffit d’insérer des clauses précises qui ne permettent qu’à une seule firme de soumissionner. Les statistiques démontrent encore que plusieurs contrats informatiques sont octroyés alors qu’une seule firme a soumissionné. »
  • « Le Directeur général des élections (DGEQ) a finalement annulé l’embarrassant appel d’offres en sécurité informatique qui ciblait une seule entreprise. »
  • Le ministère de la Santé et des Services sociaux « avait choisi IBM avant même d’étudier si la concurrence était préférable. »
  • « À quatre reprises depuis 2011, la firme informatique Fujitsu a remporté un appel d’offres public qu’elle avait en partie élaboré. »
  • « Le tiers des plus importants contrats informatiques accordés au cours des deux dernières années par Québec ont été octroyés alors qu’une seule entreprise a soumissionné pour l’appel d’offres. Plus des deux tiers des 121 contrats étudiés n’ont attiré qu’un ou deux soumissionnaires. »

*O-04

Les appels d’offres sont-ils rédigés de manière à favoriser certains fournisseurs en matériels ou logiciels (14, 15, 16, 17, 24, 26, 27, 32, 34, 46, 54, 59, 61, 62, 67, 68, 69, 70, 71, 78, 79)

JNB, ARQ, FQCIL

 

  • « Pour bien paraitre et éviter d’avoir l’air de favoriser une firme, l’organisme va ainsi écrire inutilement un appel d’offres très ciblé au lieu de demander l’autorisation de passer par un gré à gré » parce qu’« implanter les produits d’une autre firme serait trop risqué pour les systèmes informatiques de l’organisme. »

*O-05

Certains appels d’offres sont-ils inutiles parce qu’on ne peut raisonnablement faire affaire qu’avec un seul fournisseur déjà identifié? (17)

JNB

 

Gestion des projets

  • « Sans détour, le ministre de la Santé, Gaétan Barette, a reconnu que le grand projet d’informatisation de la Santé, qui regroupe le Dossier santé Québec (DSQ), est un échec retentissant dont il sera difficile de se sortir. »
  • « Déjà frappé par les retards et les millions de dollars gaspillés, le grand projet informatique du Curateur public du Québec (CPQ) connait des ratés importants depuis son lancement le mois dernier. »
  • « Plus de trois ans après l’implantation chaotique de son système informatique, la CARRA est toujours plongée dans un bourbier administratif qui coute très cher aux contribuables. »
  • « Le gouvernement veut être remboursé par deux firmes privées après avoir dépensé des centaines de milliers de dollars dans un projet informatique qui n’a jamais vu le jour au ministère de la Justice. »
  • « Le ministère des Ressources naturelles a constaté son échec (...) dans le développement du projet informatique IDGL-2, destiné à la cartographie. »
  • « Suspendu en mars 2012 après un gaspillage de plusieurs dizaines de millions de dollars, le projet d’informatisation du système de justice québécois est toujours “au point de départ” 15 ans après avoir été lancé. »

G-01

Pourquoi autant de retards dans les échéanciers de livraison? (28, 29, 30, 31, 47, 51, 53, 55, 63, 66, 73, 75,76)

GB, JNB, SPGQ, LV

G-03

Pourquoi autant de projets se soldent-ils en systèmes dysfonctionnels ou carrément inopérants? (28, 29, 30, 31, 47, 48, 51, 53, 55, 56, 63, 66, 73, 76)

GB, JNB, SPGQ, LV

 

  • Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, déplore la dépendance de son ministère envers les consultants privés spécialisés en informatique. « Son ministère a versé 10 millions de dollars pour seulement une vingtaine de consultants en informatique qui travaillent depuis plus de trois ans à même ses bureaux. »
  • « Alors que Québec cherche à réduire ses dépenses, les contribuables québécois ont dû payer plus d’un milliard de dollars l’an dernier pour des consultants privés en informatique intervenus dans les projets du gouvernement. »
  • « Il y a des consultants qui sont là depuis tellement longtemps qu’on les confond avec des fonctionnaires. J’en connais qui travaillent pour les mêmes organismes depuis 10 ans. » : Éric Caire, CAQ (lui-même ancien consultant en informatique)
  • « Le développement du projet SAGIR a rendu le gouvernement “prisonnier” et “son rapport de force est déséquilibré” avec le privé, évalue le ministre et président du Conseil du trésor, Stéphane Bédard. »
  • « Le gouvernement est “dépendant à trop peu de joueurs” en informatique, a lancé le président du Conseil du trésor, Stéphane Bédard. »

G-02

Pourquoi le gouvernement est-il si dépendant envers les firmes privées? (12, 17, 20, 25, 45, 53, 58, 60, 64, 65, 71, 73)

JNB, PA, EC, CAQ, SB, SFPQ, LV

 

  • Le Centre de services partagés du Québec conclut une entente avec Microsoft Canada sans passer par un processus d’appel d’offres public ni explorer des solutions moins couteuses, dont les logiciels libres.

G-07

Quels sont les obstacles à l’accroissement de l’utilisation du logiciel libre dans l’État québécois? (78, 79)

FQCIL, JNB

 

  • Le « “tableau de bord” des projets informatiques du gouvernement (...) est un site internet gouvernemental qui affiche la progression (échéanciers et couts) des différents projets informatiques des ministères et organismes québécois. (...) Cependant, il ne présente toujours pas les projets des réseaux de l’éducation et de la santé qui, à eux seuls, représentent près de la moitié des 3 milliards dépensés par le Québec chaque année en informatique. » Et beaucoup d’indications sont carrément trompeuses : des projets censés bien se dérouler sont en fait en difficulté, hors délais et hors budget.

G-11

Pourquoi le tableau de bord des projets majeurs en informatique ne reflète-t-il pas leurs états réels? (10, 18, 19, 23, 40, 48, 74)

JNB

 

  • « Un expert qui a 25 ans d’expérience en informatique gouvernementale, tour à tour comme employé dans l’entreprise privée, en tant que fonctionnaire et en tant que consultant » soulève :

*G-12

Est-ce que les rôles et responsabilités respectives au sein des organismes publics ainsi qu’entre eux et le fournisseur privé sont bien définis? (13)

JNB

*G-13

Pourquoi les organismes public n’arrive pas à prendre les bonnes décisions (ce qui nous conduit à des dérives comme SAGIR, RENIR, DSQ)? (13, 19, 53, 58, 73)

JNB, LV

*G-14

Confie-t-on les différentes responsabilités aux personnes ayant les bonnes formations, compétences et habiletés? (13, 17, 73)

JNB, LV

 

Politique

  • « Le politique s’était désintéressé de l’informatique [...]. Il se demandait quelles étaient ces bibittes-là et gérait seulement les cas infernaux » : Stéphane Bédard, président du Conseil du Trésor du Québec.

*P-09

Comment faire pour qu’élus et citoyens ainsi qu’individus et organisations concernées puissent discuter intelligemment des dimensions politiques, sociales, légales et éthiques d’un projet informatique? (58)

SB

 

  • « Le gouvernement refuse de rendre publics les documents qui justifient pourquoi il a accordé un contrat de 20 millions de dollars sans appel d’offre à la firme informatique IBM. »
  • « L’informatique a couté aux Québécois environ 3 milliards de dollars l’an dernier, a-t-on appris. Mais impossible d’avoir le chiffre exact, même le gouvernement, à son plus grand désarroi, l’ignore. »

*P-11

Quelle mesure pour assurer une meilleure transparence de la gestion de l’informatique et de l’octroi de contrats publics (39, 40, 48, 52, 66)

JNB

 

Droit

  • Antoine Dumas-Martin avait découvert et dénoncé une faille informatique qui exposait des milliers de renseignements confidentiels de Québécois, dont les siens, aux Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ). Il a été accusé au criminel de piratage informatique. Accusation qui a finalement été abandonnée. Échaudés par cet incident, experts en cybersécurité et journalistes dénoncent le manque de protection des sonneurs d’alarme dans le domaine informatique.

*L-05

Comment améliorer la protection pour les sonneurs d’alarme? (29, 33, 41, 42, 43, 52)

SPGQ, FPJQ, JFL

 

Sécurité et vulnérabilités

  • Le ministère des Transports, malgré les risques qu’il connaissait, entreposait étrangement ses systèmes informatiques dans un troisième sous-sol qui a finalement été inondé. « Le plan de relève, qui devait prendre quelques heures, a duré des semaines. »
  • Une faille informatique majeure sur le portail web des Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ) a permis l’accès à des dizaines de milliers de renseignements personnels et confidentiels de Québécois.

*S-03

Dans quelle mesure, la sécurité des systèmes informatiques du secteur public québécois est-elle assuré contre des risques prévisibles? (11, 35, 49, 50)

JNB, FS

*S-04

Les plans de relève en cas de panne permettent-ils de redonner les services dans des délais raisonnables (eu égard à leur utilité ou nécessité)? (11, 35)

JNB

 

Tableau des mesures proposées

  • « Il y a des consultants externes (...)qui seront remplacés par des ressources internes », déclare Martin Coiteux, président du Conseil du Trésor.

M-03

Expertise de haut niveau au sein du gouvernement (22)

MC

 

M-10

Réforme des pratiques contractuelles (22)

MC

 

  • Selon l’Association québécoise des technologies, « le Québec serait gagnant si les contrats en informatique du gouvernement étaient davantage en mode “forfait” plutôt qu’en mode “horaire”. »

*M-13

Augmenter la part des contrats à forfait par rapport aux contrats à tarif horaire (21)

AQT

 

  • « L’AQT suggère aussi au gouvernement de réduire la taille de ses contrats et de ses projets afin d’être plus efficace et surtout d’éviter que ce soit toujours les mêmes firmes qui décrochent les contrats. »

*M-14

Réduire la taille des projets et des contrats (21, 22)

AQT, MC

 

  • Le Centre des services partagés (CSPQ) « doit repenser sa mission. L’organisme s’est éparpillé dans toute sorte de domaines. Il n’ajoute pas de la valeur ajoutée dans tout. (...) Qu’il abandonne certaines activités et qu’il se concentre sur celle dans lesquelles il apporte une réelle valeur ».

*M-15

Réviser le partage des tâches et des responsabilités au sein du secteur public (22)

MC

 

* * * * *

10. « L’outil de transparence qui n’est pas transparent », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 8 mars 2015).

11. « 6 M$ pour se relever de l’inondation », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 24 février 2015).

12. « Le ministre Arcand demande des changements », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 12 février 2015).

13. « Et le consultant, il en pense quoi? », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 12 février 2015).

14. « La CAQ soupçonne la RAMQ de favoritisme », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 18 mars 2015).

15. « La RAMQ réplique aux allégations de la CAQ », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 18 mars 2015).

16. « Frappe de l’UPAC : si pire que ça ? », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 12 mars 2015).

17. « L’ABC d’une corruption tolérée », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 26 janvier 2015).

18. « La CAQ exige une enquête interne au MAPAQ », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 2 février 2015).

19. « Un dérapage informatique de 5 M$ camouflé », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 2 février 2015).

20. « Québec a versé 1 milliard $ aux consultants privés l’an dernier », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 8 février 2015).

21. « Consultants à 1 G$ : le privé veut aussi un ménage », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 9 février 2015).

22. « Le bordel informatique prendra-t-il fin en 2015 ? », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 28 décembre 2014).

23. « Le Tableau de bord est de retour », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 17 décembre 2014).

24. « DGEQ : Un autre appel d’offres annulé », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 7 décembre 2014).

25. « Pas d’austérité pour les consultants privés », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 3 décembre 2014).

26. « Contrat de 5,5 M$ sans concurrence à Telus : Sam Hamad peu bavard », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 26 novembre 2014).

27. « Contrat de 5,5 M$ sans concurrence », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 25 novembre 2014).

28. « Le ministre de la Santé “découragé” par l’informatique », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 21 novembre 2014).

29. « Les voix s’élèvent pour dénoncer le bordel informatique », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 18 novembre 2014).

30. « Bogue informatique : Pas d’inquiétude pour le Curateur public », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 17 novembre 2014).

31. « Des ratés informatiques au Curateur public », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 16 novembre 2014).

32. « Le DGEQ annule son appel d’offres controversé », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 27 octobre 2014).

33. « Un sonneur d’alarme accusé : La poursuite criminelle contre notre source est abandonnée », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 16 octobre 2014).

34. « Appel d’offres bidon - Contrat informatique : Les dés pipés du DGEQ », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 5 octobre 2014).

35. « MTQ - Désastre informatique : Le ministère reconnaît ses erreurs », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 30 septembre 2014).

36. « EBR sur la liste noire », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 18 septembre 2014).

37 « L’UPAC frappe de très gros noms », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 11 mars 2015).

38. « Documents judiciaires troublants : L’UPAC n’échapperait pas à la corruption », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 10 septembre 2014).

39. « Informatique – Transparence : Québec refuse de justifier un contrat sans appel d’offres à IBM », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 13 juillet 2014).

40. « Politique : Confusion à la direction informatique », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 25 juin 2014).

41. « Notre source accusée : Le privé à la défense du sonneur d’alarme », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 17 juin 2014).

42. « Protection des dénonciateurs : Pas intéressé à répondre », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 16 juin 2014).

43. « Informatique : Il aide le gouvernement et se fait accuser au criminel », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 15 juin 2014).

44. « L’UPAC frappe ses supérieurs et un fleuron informatique de Québec », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 4 juin 2014).

45. « Enquête – Informatique : Les ex-dirigeants du ministère rapatriés comme consultants privés », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 31 mai 2014).

46. « Santé - Où vont vos impôts ? : Un étrange contrat de 20 millions de dollars sans appel d’offres », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 29 mai 2014).

47. « Bordel Informatique : SAGIR s’étouffe à son premier jour », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 21 mai 2014).

48. « Informatique au gouvernement : La CARRA hantée par son “histoire d’horreur” », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 27 avril 2014).

49. « Faille informatique : LOJIQ suspend son portail web après notre reportage », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 23 avril 2014).

50. « Informatique - Renseignements personnels : Des milliers de renseignements personnels exposés aux pirates », Félix Séguin (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 22 avril 2014).

51. « Ça chire » encore dans le projet informatique SAGIR  », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 20 avril 2014).

52. « Le bordel informatique : Chasse aux journalistes en informatique », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 30 mars 2014).

53. « Contrats informatiques : Pot-pourri des récentes bêtises informatiques », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 2 mars 2014).

54. « Encore des contrats de l’UQAM destinés uniquement à Cisco », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 26 février 2014).

55. « L’informatique en santé a couté 500 M$ en une année », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 24 février 2014).

56. « Après 760 000 $, le projet est abandonné par Québec  », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 19 février 2014).

57. « Enquête – Informatique : Pratiques douteuses entre le gouvernement et CGI », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 7 janvier 2014).

58. « Du ménage dans le bordel informatique », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 29 décembre 2013).

59. « Contrat public : Une firme gagne 4 appels d’offres qu’elle a préparés pour Québec », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 19 décembre 2013).

60. « SAGIR : On devient “prisonnier”, dit le ministre », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 25 novembre 2013).

61. « Le bordel informatique : Le MTQ retire un contrat octroyé à CGI », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 10 décembre 2013).

62. « Contrat – UQAM : Appel d’offres annulé », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 9 aout 2013).

63. « Projet SAGIR : Ça va nous coûter une fortune », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 10 octobre 2013).

64. « Le bordel informatique : Le privé prend-il trop de place ? », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 10 octobre 2013).

65. « Le bordel informatique : SAGIR est devenu “trop compliqué” », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 10 octobre 2013).

66. « Informatique : Un mégabug à Ressources naturelles », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 22 aout 2013).

67. « Informatique - Appel d’offres : L’Université Laval aux aguets », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 7 aout 2013).

68. « Appel d’offres : L’UQTR recule », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 2 aout 2013).

69. « Appel d’offres en informatique : À l’UQÀM de se justifier », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 30 juillet 2013).

70. « UQAM - Appel d’offres : C’est le “Far West” dans le marché de l’informatique », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 29 juillet 2013).

71. « Contrats – Informatique : Révision des pratiques exigée », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 20 juin 2013).

72. « Informatique : Petite concurrence, grosse facture », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 24 février 2013).

73. « Dossier Santé Québec : L’ignorance a couté cher », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 24 février 2013).

74. « Problème avec le logiciel qui devrait signaler les problèmes », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 6 juin 2013).

75. « Informatique : Une autre année de retard », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 4 avril 2013).

76. « La justice croule sous le papier », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 24 février 2013).

77. « Santé - Dossiers informatisés : Chaotique et coûteuse », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 29 mars 2013).

78. « Les logiciels libres écartés ? », Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 10 février 2013).

79. « Microsoft Canada : Pas d’appel d’offres», Jean-Nicolas Blanchet (site des Journal de Montréal et Journal de Québec, 7 février 2013).

 * * * * *

AQT : Association québécoise des technologies

ARQ : Association des revendeurs du Québec

CAQ : Coalition Avenir Québec

GB : Gaétan Barette, ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec

EC : Éric Caire

FPJQ : Fédération professionnelle des journalistes du Québec

FQCIL : Fédération québécoise des communautés et des industries du libre

FS : Félix Séguin

JFL : Jean-François Lisée

JNB : Jean-Nicolas Blanchet

LV : Lise Verreault, sous-ministre de la Santé et des Services Sociaux

MC : Martin Coiteux, président du Conseil du Trésor du Québec

PA : Pierre Arcand, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles

SB : Stéphane Bédard

SFPQ : Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec

SPGQ : Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec

UPAC : Unité permanente anticorruption


Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante: