/opinion/columnists
Navigation

Baiser dans un parc? Bof, pas grave...

Joël Legendre
Photo d'archives Joël Legendre

Coup d'oeil sur cet article

Coudonc, est-ce le monde qui est à l’envers ou moi?

J’ai l’impression d’être dans Alice au pays des merveilles.

Je me suis endormi, et je me suis réveillé dans un monde où le haut est en bas, et le bas, en haut...

Tout risquer

Prenez l’affaire Legendre.

À entendre certains, l’animateur est la pauvre victime d’une machination orchestrée par de méchants journalistes travaillant pour l’Empire du Mal.

Se rendre dans un parc pour baiser en public avec des inconnus ne serait pas si grave, une activité olé-olé, c’est tout. Certains aiment se faire taper sur les fesses pendant l’amour, d’autres aiment s’envoyer en l’air dans des parcs, pas de quoi fouetter une chatte...

Allez dire ça aux gens qui vivent près de ce parc. C’est rendu qu’ils ne peuvent même plus y circuler ou y jouer avec leurs enfants tellement c’est rempli d’hommes qui se branlent ou se font sucer dans les buissons...

Le parc en question est connu mondialement comme un lieu de partouze! J’ai parlé avec un journaliste qui a fait un reportage sur le sujet, il a vu des gars se sodomiser sur des tables de pique-nique!

Comme on a pu le voir à J.E., les policiers de Longueuil ne savent plus comment endiguer le phénomène. Encore tout récemment, les flics ont remis 40 contraventions pour indécence et obscénité!

Vous croyez que c’est drôle? Vous aimeriez que ça se passe dans votre cour?

Tu fais tranquillement ton jogging et tu vois 10 bonshommes les culottes baissées en train de s’astiquer le balai en te regardant...

Serrer le cou au jars

Les gens qui baisent dans ces parcs pourraient s’envoyer en l’air dans des saunas, personne ne dirait rien.

Mais non. Ce qu’ils aiment, c’est le risque. C’est ça, leur kick: la peur de se faire prendre...

Or, quand on risque, le mot le dit, on peut gagner ou on peut perdre.

Joël Legendre a perdu. Il a misé sa famille, sa carrière et sa réputation pour un trip de cul qui dure quelques secondes, et il a perdu.

Il n’a qu’une personne à blâmer: lui.

Ce qu’il vit est dur, très dur. Mais en même temps, on peut espérer que ça va servir de leçons à d’autres.

Actuellement, les gars qui se font prendre le pinceau à l’air dans le parc Marie-Victorin paient leur amende, puis recommencent.

Avec ce qui s’est passé, ça va peut-être calmer leurs ardeurs.

Est-ce trop demander de pouvoir aller jouer dans un parc avec des enfants sans voir des gars se chatouiller le poireau, se polir la banane ou s’étrangler le dindon?

Indignation à deux vitesses

Quant aux bien-pensants qui pourfendent «le sensationnalisme des médias Québecor», si ce genre de truc était arrivé à un animateur de «radio poubelle» de Québec ou à un député conservateur au lieu d’être arrivé à un artiste que vous aimez et qui fait partie de la «bonne gang», feriez-vous preuve d’une telle compassion?

Bien sûr que non.

Vous diriez: «On le savait! Il a toujours eu l’air d’un pervers, on le voyait dans ses yeux!»

*****

Vous désirez réagir à cette chronique dans nos pages Opinions? Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante: jdm-opinions@quebecormedia.com .