/news/green
Navigation

Il chauffe sa serre avec du crottin de cheval

L’agronome Vincent Leblanc réussit à faire pousser des tomates en plein hiver sans débourser un sou d’électricité.
Photo Le Journal de Montréal, Nathalie Deraspe L’agronome Vincent Leblanc réussit à faire pousser des tomates en plein hiver sans débourser un sou d’électricité.

Coup d'oeil sur cet article

SAINTE-LUCIE | Un agronome réussit à faire pousser des tomates par -35o sans utiliser d’énergie. La simple chaleur du compost permet de faire vivre tout un écosystème alimentaire.

SAINTE-LUCIE | Un agronome réussit à faire pousser des tomates par -35º sans utiliser d’énergie. La simple chaleur du compost permet de faire vivre tout un écosystème alimentaire.

Vincent Leblanc a cueilli ses premières tomates en janvier, alors qu’il faisait -35º dehors. Ce jour-là dans sa serre, le thermomètre a grimpé à 24º. Et ça n’a pas coûté un sou d’électricité.

«J’ai récupéré du fumier d’une écurie du coin et j’ai ajouté des copeaux de bois pour avoir un bon compost. La chaleur créée par les bactéries du compost est récupérée par un système de tuyauterie qui chauffe l’eau de mes bassins. Les racines de mes plantes trempent dans l’eau chaude.»

Cette méthode s’appelle l’aquaponie, une technique millénaire qui vise l’autosuffisance alimentaire.

Comme les Aztèques

L’aquaponie est le mariage de l’aquaculture et de l’hydroponie. Les Aztèques ont été les premiers à utiliser cette technique. Les Asiatiques l’ont également utilisée dans les rizières avant l’arrivée des engrais. Le but est de créer un écosystème qui permette aux gens de se nourrir à longueur d’année sans s’approvisionner en Californie ou ailleurs. Ça c’est beaucoup développé en Australie et dans les pays scandinaves.

Après quatre ans d’expérimentation, Vincent Leblanc estime qu’il est sur la bonne voie. «Avec l’aquaponie, on règle deux problèmes: les eaux usées des engrais et celles de la pisciculture.» Maintenant que son concept est au point, l’agronome entend donner des formations afin de ramener cette technologie au goût du jour.