/news/consumer
Navigation

Faute d’argent, Ricky Dee ferme son resto mexicain

Ricky Dee
Photo courtoisie L'animateur de radio Ricky Dee.

Coup d'oeil sur cet article

L’animateur de radio Ricky Dee n’a plus d’argent pour tenir son restaurant mexicain Limon, qu’il a fermé lundi. Plusieurs de ses employés craignent de ne jamais être payés et accusent leur ancien boss de «fermeture sauvage».

«Je ne peux plus faire vivre mon staff avec mon salaire d’animateur de radio», s’est défendu hier Ricky Dee, qui dit avoir hypothéqué sa maison de Saint-Sauveur pour tenter de conserver le restaurant qu’il a ouvert en 2006 sur la rue Notre-Dame, à Montréal.

Ce n’est pas la première fois que le populaire DJ a des ennuis financiers avec son commerce. Il a intenté l’an dernier une poursuite pour fraude de 270 000 $ contre son ancien associé et réclame plus de 600 000 $ à sa caisse populaire. Il accuse maintenant son partenaire d’affaires Dominique Lafond, qui détient 10 % des actifs, d’être responsable de sa déroute.

Nouvelle chicane

Le restaurant Limon situé sur la rue Notre-Dame, à Montréal.
Photo Le Journal de Montréal, Judith Plamondon
Le restaurant Limon situé sur la rue Notre-Dame, à Montréal.

«Il a quitté le bateau en décembre et me doit plus de 40 000 $. Ça semble peu, mais en restauration, la marge de manœuvre est mince», soutient Ricky Dee, le roi des demandes spéciale​s de la station Rouge FM.

Joint hier, M. Lafond a préféré ne pas commenter l’affaire, qui pourrait selon lui se rendre devant les tribunaux. Comme les employés, il a appris lundi que le Limon fermait ses portes.

Ricky Dee avait du mal à dire hier ce qu’il adviendra de ses 12 employés et était incapable de confirmer que tous allaient recevoir leur 4 %. Il jure cependant les avoir prévenus lundi de la fermeture du restaurant, ce que nient tous les employés à qui Le Journal a parlé.

«Il a fait changer les serrures et n’a rien dit à personne. C’est une fermeture sauvage», a commenté un employé, qui n’a pas voulu être identifié par crainte de représailles.

Possible vente

Les employés de Ricky Dee craignent de ne jamais toucher leur dernière paie et leur 4 %. «Il ne nous dit rien! Il n’a même pas eu les couilles de nous expliquer sa décision en personne», a dit une autre.

Hier, Ricky Dee était indécis quant à l’avenir du Limon. Il a d’abord dit qu’il comptait effectuer des rénovations dans son local. Puis il a admis qu’il avait entrepris des pourparlers pour vendre son restaurant à Alexandre Bastide, qui songe à y établir une autre succursale du L’Gros Lux, un populaire resto-bar du Plateau.

«Mais il n’y a rien de signé pour l’instant. Je vais peut-être rouvrir après les rénovations... si j’ai le cash», a dit Ricky Dee, Richard Drouin de son vrai nom.