/news/politics
Navigation

Les jeunes pas tous des carrés rouges

Coup d'oeil sur cet article

Le cliché du jeune carré rouge environnementaliste, idéaliste, rêveur et révolutionnaire sur les bords n’est pas si généralisé, à un croire un sondage Léger mené pour le compte de l’Institut du nouveau monde publié dans Le Devoir, ce matin.

Par exemple, au sujet de l'exploitation des hydrocarbures au Québec, industrie à laquelle l’actuel mouvement étudiant s’oppose avec vigueur, près de la moitié (48 %) des 18-34 ans semble en faveur, selon le sondage, alors que 41 % s’y oppose. Ils sont cependant 78 % à juger que la protection de l’environnement doit être priorisée.

Concernant l’autre grand thème du mouvement, l’austérité, les répondants âgés entre 18 et 34 ans sont à peu près le même nombre à soutenir les réformes du gouvernement Couillard (14 % «vont à la bonne vitesse» et 26 % vont trop lentement») qu’à croire qu’elles vont trop vite (43 %).

Les jeunes sont tout aussi divisés sur l’interventionnisme du gouvernement.

Le sondage mené fin février auprès de 1062 répondants pose plusieurs questions du genre.

Il en ressort, selon Michel Venne, directeur général de l’Institut du nouveau monde, que «la nouvelle génération pose un regard pessimiste, on peut même dire réaliste, sur la société». Transporté au contexte du mouvement actuel, il constate que  «la grève étudiante ne lève pas. Les jeunes qui veulent changer le monde sont minoritaires. Ils se heurtent à la résistance des plus vieux et de leur propre génération. Certains des jeunes qui militent pour un changement social se sont radicalisés », explique-t-il, toujours dans Le Devoir.


 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.