/opinion/columnists
Navigation

Casino, Pointe-Saint-Charles et Québec bloqué : le mythe

casino Montreal
Photo Agence QMI / Archives

Coup d'oeil sur cet article

J’ai le plus grand respect pour mon collègue Christian Dufour. Je suis ses écrits depuis mon adolescence et c’est en partie de lui que je tiens mon rêve caché de devenir moi aussi ce qu’on appelle un « pundit » en Amérie.

En plus, c’est un Saguenéen, alors...

C’est donc avec une certaine répugnance que c’est sur un de ses textes que je m’appuie pour réfuter une fausseté constamment répétée de loin en loin depuis 10 ans, au point d’en être devenue un fait de commune renommée. Ça faisait longtemps que je voulais me gâter un texte là-dessus.

Désolé, ça tombe sur vous, M. Dufour, même si vous êtes loin d’être le seul à le dire.

Cela étant, il écrit dans le Journal de ce matin : « Nous payons enfin le prix pour avoir bêtement refusé en 2006 la proposition de Guy Laliberté d’ancrer le Cirque à Montréal, avec un grand projet de développement dans Pointe-Saint-Charles, comportant un casino ayant suscité l’indignation des groupes communautaires. »

On entend ça tout le temps, c’est un des principaux éléments évoqués pour servir le mythe du « Québec bloqué » : même Guy Laliberté n’arrive pas à implanter un projet du Cirque du Soleil à Montréal. Tout le monde s'est mis contre lui!

La vérité, ce n’est pas ça.

La vérité, c’est que dans ce projet, le Cirque ne faisait qu’apporter une contribution au concept architectural. Une forme de direction artistique.

La vérité, c’est que si le Cirque prévoyait y créer un spectacle pour l’inauguration, il n’a jamais été question d’y installer un spectacle permanent, comme c’est le cas à Vegas. De l’avis même de Guy Laliberté, ça aurait été impossible à rentabiliser. Même l’espoir que le site puisse accueillir les tournées du Cirque était formulé au conditionnel.

La vérité, c’est que rien ne permettait de penser que de déménager le Casino de l’Île-Sainte-Hélène à Pointe-Saint-Charles aurait attiré davantage de touristes déjà prêts à traverser des milliers de kilomètres, ce qui était la promesse initiale de l’ouverture des casinos au début des années 90.

La vérité, c’est que les seuls revenus supplémentaires que Loto-Québec aurait générés avec ça seraient venus des poches d’une clientèle déjà pauvre qui aurait été ainsi incitée à aller davantage au Casino vu sa proximité. Ceux-là ne franchissent pas des milliers de kilomètres.

La vérité, c’est que le déménagement du Casino à Pointe-Saint-Charles, c’était un mauvais projet et que la principale raison pour laquelle ça ne s'est pas fait, bien c’est ça.

Quiconque prétend le contraire trahit le fait de s’être trop fait influencer par la « spin » ambiante ou essaie de vous entrainer dans son complexe de persécution fantasmé et un peu romantique de vivre dans un « Québec bloqué ».

C'est ça, la vraie vie. Et ça n’a surtout rien à voir avec les raisons pour lesquelles Guy Laliberté vend le Cirque du Soleil aujourd’hui.