/news/politics
Navigation

Le projet de loi antiterroriste adopté à la Chambre des communes

VOY-WEEK-END-OTTAWA
Photo d'Archives

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – Le projet de loi antiterroriste prend le chemin du Sénat après que la Chambre des communes eut adopté le document législatif en troisième lecture mercredi soir.

Le projet de loi C-51 vise notamment à accroître les pouvoirs de surveillance des agences de renseignement canadiens.

Il a été adopté à 183 voix contre 96. L’opposition libérale s’est rangée du côté du gouvernement conservateur pour faire avancer le projet de loi à la Chambre haute. Les néo-démocrates, le Bloc québécois, Forces et Démocratie et le Parti vert s’y sont opposés.

«La Loi antiterroriste de 2015 fournira à nos services de police et nos organismes d’application de la loi les outils nécessaires pour protéger les Canadiens contre les menaces graves et changeantes des organisations terroristes comme l’EIIS», a déclaré Steven Blaney, ministre de la Sécurité publique.

«Notre gouvernement continuera de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des Canadiens et les protéger contre le terrorisme djihadiste, qui ne cesse d’évoluer», a-t-il ajouté.

La loi a suscité la controverse depuis son dépôt au mois de janvier. Nombreux sont ceux et celles qui ont dénoncé le projet de loi, craignant que les libertés civiles soient menacées.

D’anciens premiers ministres, le Barreau canadien, des universitaires et des gens d’affaires ont d’ailleurs élevé leurs voix contre C-51.

«Le NPD dénonce haut et fort l’adoption du projet de loi C-51. Des milliers de Canadiens sont descendus dans la rue pour protester contre ce projet de loi qui va éroder nos libertés et nos droits. Ces gens ne voulaient pas que la peur triomphe sur les valeurs mêmes qui guident notre démocratie», a déclaré le député néo-démocrate de la Colombie-Britannique, Randall Garrison, à la suite du vote, dénonçant du même coup les libéraux pour avoir voté pour le projet de loi.

La Chambre haute devra maintenant compléter son examen de C-51. Le projet de loi devrait ensuite recevoir la sanction royale.

 

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.