/news/consumer
Navigation

La guerre aux œuvres de charité

Les entrepreneurs privés ont envahi le monde de la collecte des dons de vêtements usagés

Coup d'oeil sur cet article

Il y a des millions de dollars à faire avec les dons de vêtements usagés, mais l’argent se retrouve de plus en plus souvent dans les poches d'entrepreneurs privés qui livrent une guerre sans merci aux organismes de charité, les privant du coup d’une source vitale de financement.

Ces derniers mois, Le Journal a mené une enquête sur le monde méconnu des boîtes de dons, ces grosses cloches métalliques disposées en bordure des rues, où les gens sont invités à jeter les vêtements dont ils veulent se débarrasser.

Premier constat troublant: loin d’être de banals rebuts, ces pièces de linges usés sont aujourd’hui à l’origine d’un lucratif commerce totalisant des millions de dollars.

Jusqu’à 55 000 $ le conteneur

La multiplication désordonnée des boîtes de dons force les villes à légiférer.
Photo Le Journal de Montréal, Isabelle Maher
La multiplication désordonnée des boîtes de dons force les villes à légiférer.

Sur le marché international, un conteneur de vêtements usagés peut valoir jusqu’à 20 000 $ et s’il est rempli de chaussures, jusqu’à 55 000 $. Les montants en jeu ont alléché des entrepreneurs privés, qui ont inondé le paysage urbain de boîtes de dons. L’an dernier, 77 000 tonnes de vêtements usagés ont quitté le port de Montréal, pour prendre le chemin de la Tunisie, de l’Inde ou du Pakistan.

«Des exportateurs privés s’enrichissent en ne se donnant pas la peine de trier les vêtements. Ils les expédient sans faire travailler personne au Québec», regrette Marie-Josée Filteau, directrice de CERTEX, qui emploie 145 personnes handicapées pour traiter 6000 tonnes de vêtements usagés par an.

Alors que des entrepreneurs privés s’empressent d’expédier leur récolte à l’étranger, l’entreprise d’insertion sociale Certex procure de l’emploi à 145 personnes à Saint-Hubert pour faire le tri de vêtements usagés.
Photo Le Journal de Montréal, Isabelle Maher
Alors que des entrepreneurs privés s’empressent d’expédier leur récolte à l’étranger, l’entreprise d’insertion sociale Certex procure de l’emploi à 145 personnes à Saint-Hubert pour faire le tri de vêtements usagés.

De plus, si des exportateurs ne se cachent pas faire des affaires, d’autres entrepreneurs sans scrupules utilisent tous les subterfuges pour rafler les dons. Sur les boîtes, rares sont les organisations qui n’assurent pas soutenir une bonne cause. Souvent, les termes utilisés le suggèrent d’emblée: dignité humaine, famille monoparentale, enfants handicapés, etc.

Dans les faits, quand on gratte un peu, on découvre que certains ne donnent que des miettes à une bonne œuvre, d’autres s’en vantent ouvertement.

«Tout l’argent va dans leurs poches et ils n’aident personne, ça me choque! J’ai la mèche courte avec ce sujet-là», lance Chantal Desrosiers, directrice d’Entraide Diabétique, qui déplore que ses compétiteurs privés paient des loyers pour obtenir l’exclusivité du terrain privé où ils posent leurs boîtes.

Tous dans le même sac

Pire encore, les municipalités commencent à réagir à la multiplication chaotique des boîtes bleues, orange, vertes ou rouges sur leur territoire. On les interdit, pénalisant du coup autant les fondations de charité que les entrepreneurs à la recherche d’un profit rapide.

Philippe Siebes, directeur de l’organisme Le Support qui a dû retirer près d’une centaine de boîtes de  sa fondation.
Photo Le Journal de Montréal, Ben Pelosse
Philippe Siebes, directeur de l’organisme Le Support qui a dû retirer près d’une centaine de boîtes de sa fondation.

«Les villes nous ont obligés à retirer 85 boîtes depuis un an. Nous, on respecte les règlements, alors que les boîtes des autres sont toujours là», déplore Philippe Siebes, de l’organisme Le Support, fondation de la déficience intellectuelle.

«On cherche encore la solution», admet Sylvie Parent, conseillère municipale à Longueuil.

En l’absence d’un cadre clair, n’importe qui peut improviser pour récolter des vêtements usagés. Le Journal a tenté l’expérience en installant une boîte de dons aux couleurs d’une fondation bidon. Vous serez étonnés d’apprendre combien de centaines de kilos de dons nous avons amassées en un seul mois.

 

Le Journal crée une fondation bidon et amasse des centaines de kilos de vêtements usagés.

N’importe qui peut récolter des dons

Rien de plus facile que d’amasser des dons de vêtements usagés. En un mois, avec une seule boîte de recyclage, Le Journal a recueilli plus de 710 kilos de guenilles et d’articles divers au nom d’une fondation bidon.

En certains endroits, comme ici à l’angle des boulevards Saint-Martin et des Laurentides à Laval, plusieurs boîtes se font compétition, les unes à côté des autres.
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier
En certains endroits, comme ici à l’angle des boulevards Saint-Martin et des Laurentides à Laval, plusieurs boîtes se font compétition, les unes à côté des autres.

Pour montrer à quel point n’importe qui peut improviser pour récolter et revendre des vêtements usagés, nous avons «créé» la Fondation Mille Soleils.

Avec un slogan accrocheur – Pour une enfance heureuse –, un logo et un coup de pinceau, notre boîte a été placée successivement dans quatre endroits de la région de Montréal.

Une offre en 24 heures

Moins de 24 heures après son installation dans l’arrondissement Saint-Léonard, le téléphone a sonné: «Bonjour, Fondation Mille Soleils? J’ai vu votre boîte et je veux vous offrir d’acheter vos vêtements».

Au bout du fil, l’entrepreneur privé indique: «Je peux offrir 0,70 $ ou 0,75 $ du kilo de vêtements».

Il ne pose aucune question sur les activités de notre «fondation» ou ses administrateurs. Peu lui importe que la Fondation Mille Soleils n’existe pas, qu’elle ne soit pas enregistrée officiellement comme organisme de bienfaisance.

Pas le temps de vérifier

«Je n’ai pas le temps de vérifier. J’achète de n’importe qui, à gauche, à droite. Je n’ai pas le choix, je dois faire du volume pour remplir des conteneurs», dira plus tard en entrevue cet exportateur.

L’homme, qui a accepté de se confier à condition qu’on préserve son anonymat, raconte qu’il expédie des vêtements à la tonne par bateau, dans d’immenses conteneurs. Ils prennent le chemin de la Tunisie, carrefour international du recyclage de vêtements.

«Là-bas, j’ai des contacts, je vais réussir à en obtenir environ 1 $ le kilo», explique l’entrepreneur.

Une boîte performante

Avec une collecte de 712 kilos en un mois, notre boîte peut être jugée comme «performante», estime Philippe Siebes, directeur de l’organisme Le Support, qui a aidé Le Journal à mener l’expérience.

Une récolte étonnante bien que notre Fondation Mille Soleils ait été inconnue du public. En fait, peu semblent se soucier de qui héritera de leurs guenilles.

«La vérité? Les gens se foutent éperdument de la boîte. Leur sac de vêtements traîne dans leur voiture et ça les achale. Ils vont donner à la première boîte qu’ils voient», affirme Deitan Dumais, un entrepreneur privé qui possède les boîtes du Fonds dédié au sport, un organisme qui n’est pas enregistré et ne verse rien à la cause.

Même en chinois

«Je vous gage que j’installe une boîte écrite en chinois et, sans rien comprendre, ils vont mettre quand même leurs sacs de vêtements dedans», ajoute-t-il.

«Les gens font confiance en espérant que ça servira», croit Fabien Durif, directeur de l’Observatoire de la consommation responsable. Moi-même, je donne dans une boîte sans me donner le temps de vérifier par fainéantise en espérant que l’organisme fasse bien les choses.»

♦ Le matériel­ récolté a été remis à l’organisme Le Support, fondation de la déficience intellectuelle.

 


Une fondation bidon payante

Photo Le Journal de Montréal, Chantal Poirier

Notre fondation imaginaire, Mille Soleils - Pour une enfance heureuse, a reçu 712 kilos en dons. Notre expérience en résumé:

  • 467 kilos de vêtements récoltés
  • 245 kilos d’articles divers (livres, peluches, bottes, jouets, valise, etc.)
  • Boîte mise en bordure de rue de la mi-avril à la mi-mai.
  • Positionnée à côté de boîtes de compétiteurs.
  • Aucune autorisation demandée; aucun constat d’infraction décerné.
  • La valeur de revente des vêtements pourrait varier entre 0,60 $ et 0,75 $ du kilo.

Rosemont

Photo Le Journal de Montréal, Stéphane Alarie
  • Vêtements: 93 kg
  • Articles divers: 14 kg

Laval

Photo Le Journal de Montréal, Isabelle Maher
  • Vêtements: 25 kg
  • Articles divers: 9 kg

St-Léonard

Photo Le Journal de Montréal, Isabelle Maher
  • Vêtements: 235 kg
  • Articles divers: 33 kg

St-Hubert

Photo Le Journal de Montréal, Isabelle Maher
  • Vêtements: 114 kg
  • Articles divers: 189 kg

 

Comme des champignons

Les villes dépassées

La multiplication des boîtes force l’adoption de règlements.

La course pour les vêtements usagés entraîne la multiplication des boîtes de dons en bordure des rues. À Laval, sur un tronçon de 3,6 km du boulevard Dagenais Ouest, on peut par exemple compter 16 boîtes, soit une tous les 225 mètres en moyenne.
Photomontage
La course pour les vêtements usagés entraîne la multiplication des boîtes de dons en bordure des rues. À Laval, sur un tronçon de 3,6 km du boulevard Dagenais Ouest, on peut par exemple compter 16 boîtes, soit une tous les 225 mètres en moyenne.

La guerre des cloches de vêtements usagés a pris une telle ampleur que plusieurs administrations municipales ont dû réagir.

À Laval, on en comptait déjà plus de 500 l’an dernier. Et il y en a encore plus aujourd’hui, admet le directeur des relations publiques au cabinet du maire.

«Les municipalités voisines les ont carrément interdites ce qui fait que chez nous elles prolifèrent. Notre ville en est infestée», constate François Brochu.

Laval est l’une des municipalités où Le Journal a posé sa boîte pour recueillir des dons au nom d’une fondation qui n’existe pas. Comme partout où nous avons mené l’expérience, aucun inspecteur n’a émis d’avis ou de constat d’infraction.  

«Vous nous avez pris de court, comme les autres qui profitent de la situation depuis des mois», concède M.Brochu. 

L’administration Demers planche d’ailleurs sur un nouveau règlement pour octobre. 

Une vignette, la solution ?

Vignette qui sera exigée à St-Léonard pour contrer la guerre des boites de dons.
Photo courtoisie
Vignette qui sera exigée à St-Léonard pour contrer la guerre des boites de dons.

Sensibles à l’argument de la pollution visuelle de la multiplication chaotique des boîtes, plusieurs administrations ont déjà légiféré. Le plus souvent, sans se soucier de l’impact sur les organismes de charité.

C’est le cas à Saint-Léonard. Notre boîte bidon y a réalisé sa meilleure performance en y amassant 268 kilos de matériel, à quelques centaines de mètres de la mairie et en toute impunité. 

«On ne peut pas inspecter partout tous les jours», se défend Johanne Couture, directrice de l’aménagement urbain.

Elle assure que l’arrondissement entend faire respecter son règlement. Des poursuites sont en cours et dès cet été, on exigera une vignette sur les boîtes autorisées, qu’elles soient de fondations de bienfaisance ou d’entreprises lucratives.

«On ne fait pas la distinction entre les fondations reconnues et les autres», reconnaît-elle.

À Rosemont–La Petite-Patrie, les boîtes de dons ont envahi le territoire alors qu’on ne les permet que sur l’espace privé. 

«On croit en la bonne foi des propriétaires de boîtes, les gens vont se conformer», pense Marie-Claude Perreault, responsable des communications.   

Une situation qui choque les responsables d’organisations charitables qui vivent des dons de vêtements. Pendant qu’eux respectent sagement les règles, des entrepreneurs privés les ignorent pour empocher les profits provenant des dons.

À Longueuil, la conseillère Sylvie Parent se montre réaliste. «Pas simple de s’attaquer à ce problème, nous, on cherche encore la solution», avoue-t-elle.

 


Qui profite de vos dons ?

À qui va l’argent tiré des dons de vêtements usagés? Difficile de s’y retrouver. Les boîtes pullulent, disparaissent, réapparaissent, changent de look, de nom, de cause. Sur la cloche, on vous promet d’aider une cause, mais dans les faits vous remplissez souvent sans le savoir les poches d’un entrepreneur privé. Pendant ce temps, de véritables organismes de bienfaisance en arrachent. Le Journal a répertorié plus d’une quinzaine de ces boîtes de dons dans la région de Montréal et a tenté d’obtenir des réponses de leurs propriétaires.

 

Le nom contre de l’argent

Fondation Rêves d’enfants

Revenus: 93 900 $ 
Dons: 10 000 $ 
Source: états financiers 2013-14, Normand Beaupré 

Normand Beaupré ne s’en cache pas: il remet 12 % de ses revenus à la Fondation Rêves d’enfants, dont il utilise le nom pour amasser des dons de vêtements. «Je n’ai aucun scrupule à utiliser leur nom, je leur donne de l’argent; la moindre des choses c’est que je puisse mettre leur nom sur ma boîte, plaide-t-il. Il y aurait fraude si je n’avais pas fait d’entente avec eux. C’est de la business, c’est moi qui prends les risques.» L’entente de partenariat entre Rêves d’enfants et Multi-Recyclage, qui possède 12 boîtes, est en vigueur jusqu’en mars 2016.

 

Généreux, vraiment ?

Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier

Association des Généreux pour enfants handicapés

Revenus: 331 949 $ 
Dons: 3600 $ 
Source: Agence de revenu du canada 2013 

L’organisme enregistré l’Association des Généreux a versé 1 % de ses revenus au Centre de développement Yaldei, une école privée qui offre des services aux enfants autistes ou souffrant de retards de développements. Selon la porte-parole, Lilian Vennor, le maigre montant versé s’explique par le fait que la fondation n’a pas atteint ses objectifs financiers.

 

La dignité à venir

Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier

Fondation pour la sauvegarde de la dignité humaine

Revenus: 6000 $ 
Dons: 0 $
Source: Ismael Koker, entrepreneur

Ismael Koker, le propriétaire des 70 boîtes de la Fondation pour la sauvegarde de la dignité humaine jure que son organisme n’est «pas une business», mais bien une fondation. «Ils ont fait une erreur, ils ont écrit inc. Il faut qu’ils changent ça», explique celui qui possède une entreprise de conciergerie, sans être enregistré comme fondation. «En quatre mois, on a fait 6000 $. Quand on aura un numéro de charité, on va faire un chèque pour aider des gens», promet-il.

 

Le sport attendra

Photo Le Journal de Montréal, Chantal Poirier

Fonds québécois dédié aux sports

Revenu: non divulgué
Dons: 0 $
Source: Deitan Dumais, entrepreneur

«Au début, mes intentions étaient nobles», dit Deitan Dumais. L’homme qui possède deux entreprises, dont une d’exportation de vêtements usagés, prétend soutenir le sport. Mais sa fondation n’est pas enregistrée. «Au début, j’ai donné 10 000 $ pour un camp de hockey. Mais avec la guerre sauvage, les villes qui m’envoient des constats d’infraction et les frais d’avocats qui me coûtent des milliers de dollars, je ne peux donner pour le moment», confesse-t-il.

 

Attendre pour un fort impact

Photo courtoisie

Fondation des étoiles

Revenus: 2,9 M$
Dons: 80 091 $
Source: Agence de revenu du canada

La Fondation des étoiles avait des revenus de 2,9 M$, dont 30 000 $ provenant des boîtes de dons en 2014, mais n’a versé que 80 091 $ au CHUS pour la recherche pédiatrique. «On a retenu l’argent, 900 000 $, pour mieux la remettre aux chercheurs et avoir un impact beaucoup plus fort», explique la PDG Josée St-Pierre. La fondation vient en effet d’annoncer un investissement de 500 000 $ sur trois ans qui sera consacré à des bourses de formation aux étudiants.

 

Une position très claire

Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier

Recyclage Eco-Actions

Revenu: non divulgué
Dons: 0 $
Source: Khali Elaroussi, entrepreneur

«Moi je ne donne à personne, je m’adresse aux gens qui veulent recycler, je ne me cache pas derrière une fondation et je peux le crier sur tous les toits», lance Khali Elaroussi. Le propriétaire de l’entreprise Recyclage Eco-Actions dénonce ceux qui prétendent faussement soutenir une cause. «Ce n’est pas honnête. Si tout le monde s’affichait clairement sur ses boîtes, on aurait moins de problèmes.»

 

Situation critique

Photo Le Journal de Montréal, Chantal Poirier

Le Support, fondation de la déficience intellectuelle

Revenus: 3 223 655 $
Dons: 397 884 $
Source: Agence de revenu du canada

Avec une baisse de 32 % des dons de vêtements depuis 3 ans et des boîtes de dons interdites dans plusieurs municipalités, l’organisme qui soutient des projets pour les personnes déficientes intellectuelles a du mal à respecter ses engagements. «Je dois annoncer à des organismes que je dois cesser mes versements. J’capote là», confie le directeur Philipe Siebes. En 2012, Le Support a versé 1,6 M$ à la cause. L’an dernier l’organisme a dû réduire cette aide à 397 884 $. 

 

Une directrice en colère

Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier

Entraide diabétique

Revenus: 4 871 522 $   
Dons: 545 000 $ 
Source: Agence de revenu du canada

«Des boîtes de dons, j’en perds quatre par jour», lance Chantal Desrosiers. La directrice d’Entraide Diabétique, qui a versé 545 000 $ l’an dernier à Diabète Québec, s’inquiète pour la survie de son organisation. Elle peste contre les villes qui bannissent les cloches et les entrepreneurs privés qui paient des loyers pour obtenir l’exclusivité du terrain privé où ils installent leurs boîtes. «Tout l’argent va dans leurs poches et ils n’aident personne, ça me choque! J’ai la mèche courte avec ce sujet-là», dit-elle.

 

Une guerre sale

Photo Le Journal de Montréal, Pierre-Paul Poulin

Grands frères Grandes sœurs

Revenus: 2,2 M$
Dons: 592 000$ 
Source: États financiers fournis par la fondation - Agence de revenu du canada

«Nous, on vit uniquement de la collecte de vêtements. Cette guerre nous fait mal. Nos dons aux organismes ont baissé de 20 % alors que les frais fixes eux ne bougent pas», explique Jean Laberge, Grands Frères Grandes Sœurs du Grand Montréal.

 


Des organisations muettes

Des propriétaires de boîtes se targuent de soutenir des causes, mais quand vient le temps d’expliquer leurs activités, ils refusent de répondre à nos questions.

 

Le relais

Photo Le Journal de Montréal, Pierre-Paul Poulin

«On ne veut pas parler au Journal», a répondu sèchement un homme avant de nous raccrocher la ligne au nez. Nous avons fait plusieurs appels à l’organisme qui n’est pas enregistré Le Relais. Sur ses boîtes de dons, on peut lire «lerelaiscanada.ca nous supportons des organismes et des œuvres de charité». Impossible de savoir lesquels. Leur site internet ne fonctionne pas, le nom de domaine n’existant plus depuis mars 2015.

 

Fondation québécoise de la famille monoparentale

Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier

Malgré nos demandes d’entrevue répétées, l’administrateur des boîtes de la Fondation québécoise de la famille monoparentale (FQFM) ne s’est jamais manifesté. Gabriel Fonta possédait une compagnie de déménagement. Il nous a été impossible de voir ses installations et de savoir comment il aidait les familles.

 

Un enfant des sourires

Photo courtoisie

L’organisme Un enfant des sourires aide qui exactement? Difficile à dire. Son administrateur, Abdallah Lamfedel ne nous a jamais rappelés. Selon un bénévole qui a répondu au téléphone, une partie des dons de vêtements serait envoyée dans un local de la rue Chabanel, où des gens dans le besoin peuvent venir se vêtir gratuitement. L’autre partie serait vendue et expédiée en Tunisie pour «aider les enfants là-bas». L’argent récolté servirait à payer le loyer, le camion et les locaux, nous dit-on. L’organisation n’est pas enregistrée comme organisme de bienfaisance, mais immatriculée en tant qu’entreprise. 

 

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.