/investigations
Navigation

Mandat en France pour l’ex-VP d’Hydro

<b>Marie-José Nadeau</b><br />
Administratrice
Photo courtoisie Marie-José Nadeau
Administratrice

Coup d'oeil sur cet article

L’ex-numéro deux démissionnaire d’Hydro-Québec, Marie-José Nadeau, ne restera pas inactive. Elle vient d’être nommée administratrice de la multinationale française Engie, un géant mondial de l’énergie.

L’ex-numéro deux démissionnaire d’Hydro-Québec, Marie-José Nadeau, ne restera pas inactive. Elle vient d’être nommée administratrice de la multinationale française Engie, un géant mondial de l’énergie.

Marie-José Nadeau, dont le mandat est de quatre ans, fera partie du conseil d’administration le plus féminisé du CAC 40, l’indice boursier des valeurs françaises.

Le nouveau conseil est en effet composé de 19 membres, dont 11 femmes.

Au sein de ce conseil siège un autre Québécois, Paul Desmarais Jr, de Power Corporation.

Fière

«Je suis fière de l’invitation qui m’a été faite», a-t-elle déclaré à notre Bureau d’enquête.

Et de poursuivre: «C’est une entreprise qui est très active sur plusieurs continents.»

L’ex-vice-présidente exécutive d’Hydro-Québec qui a démissionné en janvier dernier avec le président Thierry Vandal, a confirmé à notre Bureau d’enquête qu’elle a fait l’objet d’un processus de sélection indépendant avec la contribution d’un chasseur de têtes.

Rémunération inconnue

Invitée à dévoiler sa rémunération comme administratrice indépendante, l’ex-vice-présidente a paru contrariée. «Je suis retraitée. J’ai le droit à ma vie privée. Consultez les rapports.»

Selon le dernier rapport annuel disponible, les administrateurs indépendants du conseil, comme Albert Frère, l’homme le plus riche de Belgique, et Paul Desmarais Jr, ont touché en 2014 une rémunération à titre d’administrateurs variant de 27 500 à 136 700 euros (soit entre 37 800 et 188 000 $).

Nouveau nom

GDF-Suez qu’on vient à peine de baptiser sous le nouveau nom d’Engie est issu du démembrement de l’entreprise d’État EDF-GDF et à la suite de la politique européenne qui a imposé de casser les monopoles pour faire place à plus de concurrence.

L’entreprise est présente dans 70 pays et son chiffre d’affaires est de 75 milliards d’euros.

Marie-José Nadeau avait eu l’occasion en juin 2014 de participer à un atelier sur l’avenir de l’énergie avec le PDG de GDF-Suez, Gérard Mestrallet, lors d’une conférence à Montréal du Forum des Amériques, patronné par Power Corporation.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.