/sports/tennis
Navigation

L’importance de l’entourage

Andre Agassi conseille à Eugenie Bouchard de bien s’entourer

Coup d'oeil sur cet article

Récemment, la mère d’Eugenie Bouchard, Julie Leclair, a été montrée du doigt par certains. On lui reproche de trop «couver» sa fille. D’autres se demandent si son entraîneur, Sam Sumyk, est l’homme de la situation. Questionné à ce sujet, Andre Agassi a souligné l’importance de l’entourage dans la vie d’un athlète.

Récemment, la mère d’Eugenie Bouchard, Julie Leclair, a été montrée du doigt par certains. On lui reproche de trop «couver» sa fille. D’autres se demandent si son entraîneur, Sam Sumyk, est l’homme de la situation. Questionné à ce sujet, Andre Agassi a souligné l’importance de l’entourage dans la vie d’un athlète.

Agassi, détenteur du Grand Chelem d’or en carrière, ne connaît pas du tout la mère de Bouchard. Il n’a pas voulu s’avancer sur le rôle qu’elle joue dans la vie de la jeune joueuse. Mais il est tout de même bien placé pour savoir que la pression venant d’un parent existe. Il l’a lui-même vécu avec son père et il en a longuement fait état dans son autobiographie,  Open.

«J’ai vu des parents qui sont passés du rôle d’entraîneur à celui d’agent, de thérapeute à nutritionniste. Mais peu importe l’environnement, ce n’est pas productif de penser qu’une personne puisse occuper tous ces rôles», a-t-il affirmé lorsque rencontré par Le Journal en marge du C2MTL.

Son seul conseil est de savoir bien s’entourer.

«C’est bien d’avoir des gens autour de toi sur qui tu peux compter, des gens avec de bonnes intentions. Dans la vie, tout tourne autour des gens. Tu espères seulement que ceux qui sont autour de toi sont des personnes dont tu as besoin et non des gens qui ont besoin de toi», a sagement dit le gagnant de huit titres majeurs.

Ne pas juger

La chute libre de Bouchard est un sujet chaud depuis quelques mois. Tout un chacun cherche à expliquer ses huit défaites à ses neuf derniers matchs, entre autres déboires.

Au cours de sa carrière, Agassi a touché le fond après avoir connu de grands succès. Rien de comparable puisque Bouchard n’a que 21 ans, mais l’Américain a dû se refaire une confiance sur le circuit Challenger avant de revenir triompher une dernière fois en Grand Chelem, alors que plus personne ne croyait en lui quelques mois plus tôt.

On a également demandé à Agassi s’il croyait savoir ce qui cloche chez la Québécoise. Sa réponse a été plutôt surprenante.

«Je pense que le problème, c’est que tout le monde essaie de spéculer à savoir ce qui se passe dans sa tête. On a tous nos façons de faire avec nos propres situations, nos peurs, nos objectifs. C’est difficile de juger quelqu’un sans avoir passé du temps dans ses souliers.

«Il ne s’agit pas de spéculer sur ce qui se passe, mais plutôt d’espérer que la personne en difficulté puisse se concentrer sur les bonnes choses qui mèneront dans la bonne direction. Et je pense que les perceptions qu’ont les gens et toutes les étiquettes qui lui ont été collées doivent être mises de côté», a-t-il dit.

Agassi est bien placé pour savoir que l’image de l’athlète est très importante. Il a d’ailleurs été le visage d’une publicité de Canon, dont le slogan était «Image is everything» (Tout est dans l’image).

 

Rester soi-même

Tout comme Eugenie Bouchard, Andre Agassi a connu du succès jeune, remportant son premier tournoi sur le circuit de l’ATP à seulement 17 ans. Lui aussi a rapidement été au centre de l’attention.
 
Comme tous les athlètes, il a connu des moments forts, d’autres beaucoup plus difficiles. S’il avait quelques recommandations à faire à une étoile montante du tennis, ce serait d’abord et avant tout de rester soi-même.
 
«Je lui dirais de définir le succès pour elle-même. Ne pas laisser les autres le faire pour elle. Je dirais qu’il est important de bien définir le succès, parce que si tu le définis de la mauvaise façon, tu vas passer ton temps à essayer d’être quelqu’un que tu n’es pas et c’est du grand gaspillage d’énergie», a confié l’Américain de 45 ans, retraité depuis 2006.
 
Nadal en exemple
 
Pour appuyer ses propos, Agassi a donné l’exemple de l’attitude de Rafael Nadal, un des meilleurs joueurs de l’histoire.
 
«Si tu regardes Nadal, c’est un gars qui est on ne peut plus humble malgré son excellence au tennis. Il a une certaine perception du succès et ça ne semble pas se résumer pas à la victoire. On dirait que ça passe aussi par la façon dont il choisit de travailler et d’agir dans la vie. De l’extérieur, du moins, c’est admirable.»
 
L’attitude de Bouchard a été soulignée en caractère gras dans les médias et par les amateurs de tennis depuis quelque temps, notamment lorsqu’elle a refusé de serrer la main d’une adversaire avant la Coupe Fed.
 
Une étape à la fois
 
Pour se sortir de sa torpeur, Agassi propose à Bouchard de simplement essayer de s’améliorer petit à petit.
 
«Elle devrait se concentrer à devenir meilleure chaque jour. Ensuite, tu bâtis ton momentum, tu perds des matchs serrés, et finalement, tu  as un déclic avec une victoire qui peut complètement changer la trajectoire de ta carrière.»
 
Agassi a comparé les hauts et les bas d’une carrière au cours de la bourse. «Si tu le regardes tous les jours, ça te rend fou et pendant ce temps, tu ne peux pas performer.»