/news/health
Navigation

Les dentistes veulent la fluoration de l’eau pour combattre la carie

Les enfants québécois ont 40 à 50 % plus de caries que les autres enfants nord-américains là où l’eau est fluorée, selon le gouvernement.
Photo courtoisie Les enfants québécois ont 40 à 50 % plus de caries que les autres enfants nord-américains là où l’eau est fluorée, selon le gouvernement.

Coup d'oeil sur cet article

Après plus de 60 ans de débats, le président de l’Ordre des dentistes dénonce l’inaction du gouvernement québécois dans le dossier de la fluoration de l’eau, une mesure qui permettrait de réduire jusqu’à 40 % les cas de carie dentaire.

«Qu’est-ce qui se passe au Québec? On veut des enfants avec des caries? Il n’y a pas de logique du tout», déplore Barry Dolman, président de l’Ordre des dentistes du Québec.

« Solution facile »

«C’est le temps de prendre des décisions. Il y a une solution facile, ça prend juste de la volonté politique», ajoute-t-il.

Dans son dernier éditorial de la revue de l’Ordre, le Dr Dolman écrit que les Québécois se font «enfirouaper» par des groupes non crédibles qui s’opposent à la fluoration de l’eau.

«Je suis de plus en plus inquiet de voir que notre société est incapable de prendre des décisions appuyées sur des bases scientifiques, pour la simple raison que le public est incapable de faire la distinction entre des données qui s’appuient sur la rigueur scientifique et des propos anecdotiques ou véhiculés par des personnages sans crédibilité ni connaissances.»

Voilà maintenant 65 ans que la fluoration de l’eau fait l’objet de débats de santé publique au Québec, plusieurs groupes s’y opposant (voir autre texte).

En fait, le gouvernement est favorable à cette mesure, mais la décision revient aux municipalités.

Présentement, seulement cinq villes fluorent leur eau dans la province.

Loin de l’objectif

Interrogé à ce sujet, le Dr Horacio Arruda, directeur national de la santé publique du Québec, avoue que ce résultat est loin de l’objectif.

«Si je suis satisfait? La réponse est non», indique le Dr Arruda.

«C’est le dossier où l’on performe le moins par rapport à ce qu’on voudrait atteindre comme objectif», ajoute-t-il, bien qu’il refuse de dévoiler un taux visé.

Pourtant, le ministère de la Santé (MSSS) indique que cette mesure réduit de 20 à 40 % la carie dans la population.

Le MSSS ajoute que les enfants québécois ont de 40 à 50 % plus de caries que les autres enfants nord-américains, où la fluoration de l’eau est répandue à 70 %.

 

Barry Dolman. Président de l’Ordre des dentistes du Québec
Photo courtoisie
Barry Dolman. Président de l’Ordre des dentistes du Québec

Des Économies

Toujours selon le MSSS, chaque Québécois économiserait 80 $ en frais de dentiste par année grâce à la fluoration de l’eau. Cet impact toucherait sans doute davantage les gens défavorisés.

Malgré tout, le Dr Arruda ne croit pas que la fluoration doit devenir obligatoire.

«Mais ça ne veut pas dire que les municipalités sont laissées à elles-mêmes. On n’est peut-être pas assez agressifs en termes d’information.»

M. Dolman a récemment rencontré le Dr Arruda à ce sujet pour ramener le dossier à l’ordre du jour.

«Tous ces coûts peuvent être effacés par un plan d’action qui donne des résultats concrets», insiste le Dr Dolman.

«On n’a pas lancé la serviette», assure le docteur Arruda, directeur national de la santé publique du Québec.


La fluoration en bref

  • √ On ajoute des fluorures dans l’eau pour prévenir la carie.
  • √ Les fluorures diminuent l’action des bactéries et rendent les dents plus résistantes.
  • √ Il n’y a aucun impact sur le goût, l’odeur et l’apparence de l’eau.
  • √ Chaque Québécois économiserait 80 $ en frais de dentistes par année grâce à la fluoration.
  • √ Seulement cinq villes au Québec fluorent l’eau de leur usine de filtration : Pointe-Claire, Dorval, Lévis (St-Romuald), Saint-Georges et Châteauguay.

Source : MSSS


De l’argent jeté à l’eau, disent les opposants

La fluoration de l’eau est l’équivalent d’imposer un médicament à toute une population, déplore la coalition Eau Secours!.

«Après, ce sera quoi? Si on met du fluor, pourquoi pas du Prozac pour soigner les humeurs?» questionne Martine Chatelain, présidente de la coalition.

«Une fois que c’est dans l’eau, tu n’as plus le choix. Tous les gens pour qui c’est contre-indiqué [le fluor] de la boire, ils font quoi? Ils achètent de l’eau en bouteille?» poursuit-elle.

Lumières rouges

Ouvertement opposée à la fluoration de l’eau potable, la coalition s’appuie sur plusieurs études scientifiques récentes qui montrent que cette mesure n’est pas souhaitable.

«Il y a suffisamment de lumières rouges pour qu’on arrête ça», ajoute-t-elle.

Outre les risques pour la santé et l’environnement, Mme Chatelain souligne qu’on consomme seulement 1 % de toute cette eau.

«Le reste sert à laver notre linge et nos autos, ou à faire pousser nos légumes, dit-elle. C’est carrément jeter de l’argent à l’eau.»

Au cours des dernières années, la coalition qui regroupe 230 organismes différents a aidé plusieurs mouvements citoyens qui souhaitaient abolir ou interdire la fluoration dans leur municipalité.

Depuis 2000, 17 villes se sont positionnées contre cette mesure au Québec.

S’attaquer au sucre

Par ailleurs, Mme Chatelain souligne qu’il existe plusieurs autres moyens de réduire la carie dentaire.

«Le sucre est la vraie base des problèmes de carie dentaire. On pourrait aussi étendre la gratuité du dentiste pour les enfants jusqu’à 18 ans», suggère-t-elle.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.