/news/politics
Navigation

Écoles de villages menacées: Couillard dément

Le premier ministre Philippe Couillard
Photo Le Journal de Québec, Simon Clark Le premier ministre Philippe Couillard

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement n'a pas l'intention de couper les vivres et de fermer les écoles de villages, promet le premier ministre Philippe Couillard.

«Il est hors de question de faire en sorte, directement ou indirectement, de mettre la moindre menace que ce soit envers nos petites écoles de petites communautés. J'y tiens particulièrement beaucoup (...) S'il y a lieu de clarifier les choses, le ministre de l'Éducation le fera», a promis jeudi le chef du gouvernement à l'occasion de la période des questions à l'Assemblée nationale.

Philippe Couillard répondait à une question du chef du Parti québécois Pierre Karl Péladeau. «La mesure problématique est dans la section Fonctionnement des règles budgétaires (...) On parle de 800 écoles potentiellement touchées, selon la Fédération des commissions scolaires (...) Les petites écoles dans les régions du Québec, c'est le coeur de la collectivité. Un village sans école, n'attire plus les familles», a soutenu le chef du PQ.

Un article publié dans notre livraison de jeudi révélait que le ministère de l'Éducation songe à appliquer deux mesures visant les écoles «partiellement occupées». Une coupe de 27 % dans l'allocation vouée aux écoles de villages et la fin du financement aux écoles occupées à moins de 50 %. «La règle dont il (le chef du PQ) parle ne vise pas ces situations-là et s'il y a nécessité de clarifier, ce sera clarifié.

«Elle vise d'autres situations dans d'autres endroits beaucoup plus peuplés au Québec où il y a des immeubles partiellement utilisés qu'on pourrait mieux utiliser», a expliqué le premier ministre. La Fédération des commissions scolaires demande l'appui des parents pour convaincre le gouvernement d'épargner les écoles de villages.