/news/politics
Navigation

L'ancien maire de Montréal Jean Doré est mort

Coup d'oeil sur cet article

Jean Doré, l’ancien maire de Montréal décédé lundi d’un cancer du pancréas, a ouvert l’hôtel de ville aux citoyens après des années de politique derrière des portes closes de l’administration de Jean Drapeau.

Denis Coderre a salué l'apport de l'un de ses prédécesseurs à la vie montréalaise dans un message publié sur le réseau social Twitter lundi après-midi.

Jean Doré savait que sa maladie était incurable, le taux de survie associé à ce type de cancer dépasse à peine 8 %, mais il se disait serein face à la mort. L’annonce de sa maladie, en septembre 2014, a rappelé à plusieurs Montréalais son passage à l’hôtel de ville à titre de 39e maire de 1986 à 1994.

Élu à titre de maire en novembre 1986, Jean Doré a mis fin au règne de 29 ans du Parti Civique et de son ancien chef, Jean Drapeau.

«L’arrivée de Jean Doré a marqué la fin d'un style de politique particulièrement autocrate. Il rendait la politique aux citoyens», résume le chef du Bloc québécois et ami de longue date de M. Doré, Gilles Duceppe.

«C’est à son arrivée que les Montréalais ont eu leur premier mot à dire à l’hôtel de ville», résume le doyen des conseillers municipaux montréalais, Marvin Rotrand.

Quelques semaines après son entrée en poste, son premier coup d’éclat a été d’instaurer une période de questions des citoyens au conseil municipal.

«M. Doré a aussi veillé à la création des premières commissions municipales et il a fondé l’Office de consultation publique de Montréal. Avant lui, Montréal était géré comme un petit village», rappelle M. Rotrand.

Femmes et minorités

Les femmes et les communautés ethniques ont également pu prendre une place plus importante dans l’administration municipale grâce à Jean Doré, soutient l’ancien élu du RCM Arnold Bennett.

«Il a promu plusieurs femmes à des postes très élevés dans la fonction publique. Ça ne s’était jamais fait auparavant», raconte M. Bennett.

«On a aussi laissé la porte grande ouverte aux minorités visibles en mettant en place des programmes pour encourager leur embauche à la Ville. Avant M. Doré, une énorme portion de la population était exclue de la vie municipale», ajoute-t-il.

L’ancien premier magistrat a également réussi à rassembler tous les Montréalais autour de sa vision pour la Ville, du jamais vu en politique municipale, selon M. Duceppe.

«Jean Doré était un souverainiste, mais il a su travailler avec la communauté anglophone. Le premier président de son comité exécutif était Michael Fainstat», raconte le chef du Bloc.

Pointe-À-Callières

C’est aussi grâce à ses efforts que le musée Pointe-à-Callières a vu le jour en 1992 au-dessus des vestiges archéologiques du berceau de Montréal, soutient la fondatrice du musée, Francine Lelièvre.

«Il avait un grand amour pour sa ville et il l’a démontré en s’attachant à son lieu de naissance [...] et je pense que le musée que nous avons réalisé lui rend honneur», souligne-t-elle.

Avec le sable récupéré lors de la construction, la Ville a pu créer une plage sur le parc Jean-Drapeau, qui sera bientôt rebaptisée en l’honneur de M. Doré.

«Il a toujours cru que Montréal avait la force pour être une métropole culturelle et il avait raison. Ses réalisations ont optimisé et mis en valeur la culture montréalaise», résume la directrice générale de Pointe-à-Callières.


Jean Doré en quelques dates

- Né le 12 décembre 1944 à Montréal.

- En 1970 et 1971, il est l’attaché de presse de René Lévesque, chef du Parti québécois.

- En 1972, il devient directeur général, et ensuite président, de la Fédération des associations coopératives d'économie familiales (ACEF).

- En 1974, il participe à la fondation du parti Rassemblement des citoyens de Montréal (RCM) et devient son premier trésorier.

- En 1982, il devient chef du RCM et brigue le poste de maire, mais est défait par le maire Jean Drapeau. Il obtiendra toutefois un siège au conseil grâce à une élection partielle en 1994.

- En novembre 1986, le RCM remporte 55 des 58 postes de conseiller lors des élections municipales, et Jean Doré devient maire de Montréal.

- En 1990, le RCM et Jean Doré remportent une deuxième élection à la mairie.

- En 1994, Jean Doré et son parti sont défaits par Vision Montréal et son chef, Pierre Bourque. Il tentera en vain un retour en politique lors des élections de 1998.


Quelques accomplissements de Jean Doré

- Il a mis en place la période de questions aux élus lors des séances mensuelles du conseil municipal.

- Il a nommé la première femme, Léa Cousineau, à la tête du comité exécutif de la Ville.

- Il a orchestré le financement, la construction et l’inauguration du musée Pointe-à-Callières ainsi que la conversion du Biodôme en musée.

- Il a créé l’Office de consultation publique de Montréal et les premières commissions municipales.

- Il a divisé la ville en neuf arrondissements, chacun dirigé par son propre conseil afin de décentraliser le pouvoir qui s’était concentré lors de l’ère Drapeau.

- Il a créé les premières pistes cyclables et voies réservées à Montréal. À la fin de sa carrière, son administration avait mis en place près de 150 kilomètres de voies cyclables.

- Il a permis à Guy Laliberté d’implanter le Cirque du Soleil sur le site de l’ancienne carrière Miron, dans Saint-Michel.


Ce qu’ils ont dit

«Avec Jean Doré [...] on a eu une véritable vie démocratique au conseil municipal, de véritables débats et une vision d’avenir qui était fondée sur la consultation des citoyens montréalais et une ville de proximité.»
-Jean-François Lisée, député péquiste
 
«C’est un jour triste. [Ma conjointe] Yolande et moi perdons un grand ami.» 
-Gilles Duceppe, chef du Bloc québécois
 
«Il a été un tournant après que Montréal eut connu les années de Jean Drapeau. M. Doré a été bien plus qu'une transition.»
-Denis Coderre, maire de Montréal
 
«Il est arrivé avec des idées qu'on n'avait jamais vues avant. C'est le maire qui a inauguré la première piste cyclable de Montréal sur la rue Rachel. C'est celui qui a transformé les vieilles bibliothèques poussiéreuses en Maisons de la culture.»
-Luc Ferrandez, chef  de l’Opposition officielle à la Ville de Montréal
 
«Décès d'un homme sympathique et passionné de Montréal, Jean Doré. Sympathies à ses proches et à sa famille.»
-François Legault, chef de la Coalition avenir Québec